Électricité : Non, la hausse des tarifs EDF de +5.90% prévue au 1er février 2019 n’aura pas lieu

Publié le

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a été court-circuitée par le gouvernement. Cette hausse importante des tarifs réglementés de l’électricité n’est pour autant définitivement annulée, mais uniquement reportée. Cette hausse devrait être effectuée au plus tard le 7 mai 2019.

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a proposé une hausse du tarif réglementé de l’électricité de 5,9% TTC, que le gouvernement n’appliquera pas en période hivernale, a indiqué mercredi le Ministère de la Transition écologique et solidaire.

85 € de hausse moyenne de facture EDF par an

"Le gouvernement, comme la loi l’y autorise, n’appliquera pas ces hausses tarifaires" estimées à 85 euros par an pour un foyer qui se chauffe à l’électricité, a-t-il réagi auprès de l’AFP. "Il fera ainsi usage des délais prévus par la loi afin de protéger les foyers français, notamment les plus modestes, d’une trop forte hausse (...) dans une période de consommation élevée", a-t-il précisé.

Hausse appliquée au plus tard le 7 mai 2019

Le gouvernement dispose d’un délai légal de trois mois à compter de la proposition de la Commission, qui sera transmise après une délibération prévue le 7 février. En amont, la CRE, autorité administrative indépendante, consultera jeudi les fournisseurs et associations de consommateurs.

Cette hausse "serait due principalement à une hausse des prix de marché de gros de l’électricité, ainsi qu’à une augmentation du prix des capacités électriques" a expliqué le ministère, qui rappelle que "la France reste l’un des pays où la hausse est la plus contenue et où l’électricité demeure la moins chère".

Le tarif réglementé d’électricité, appliqué par EDF à environ 26 millions de foyers, est fixé selon une formule de calcul complexe, qui prend notamment en compte l’évolution du prix du marché de gros qui a augmenté ces derniers mois. La CRE propose traditionnellement en août, mais aussi parfois en début d’année, une évolution du tarif hors taxe.

En décembre, le Premier ministre Edouard Philippe s’était engagé à geler les hausses des tarifs de l’électricité et du gaz au 1er janvier 2019, l’une des mesures prises pour apaiser la crise des "gilets jaunes".

Dans le cadre de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, le gouvernement a annoncé son intention de réformer la régulation du marché de l’électricité, pour "faire bénéficier les consommateurs de la stabilité des coûts du parc de production français".

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Électricité : Non, la hausse : Publiez un commentaire ou posez votre question...

3 commentaires

A lire également