Seuil de pauvreté : 14,8% des Français, soit 9,3 millions de personnes sont pauvres en France

14,8% des Français, soit 9,8 millions de personnes sont pauvres en France © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
L’INSEE a publié le nouveau seuil théorique de la pauvreté monétaire pour la France, sur la base des chiffres de 2018. Ce seuil de pauvreté s’établit à moins de 1.063€ de revenu disponible par mois. Le nombre de pauvres en France a augmenté de +0.70% en 2018, la proportion de pauvres en France ressort en hausse de +4.96%.

Publié le , mis à jour le

Seuil de pauvreté monétaire de 1.063€

En 2018, en France métropolitaine, le niveau de vie médian de la population s’élève à 21.250 euros annuels, soit 0,3 % de plus qu’en 2017 en euros constants. Il poursuit sa lente progression depuis cinq ans, après avoir diminué à la suite de la crise économique de 2008. Les 10 % de personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 11 210 euros. Les 10 % les plus aisées ont un niveau de vie au moins 3,5 fois supérieur, au-delà de 39 130 euros.

Seuils de pauvreté en France (source chiffrée INSEE)
Seuils de pauvreté
Années Seuil de pauvreté monétaire (en €) Proportion de pauvres en France (%) Variation de la proportion de pauvres en France (%)
20181.063 €14.80%+4.96%
20171.060 €14.10%+0.70%
20161.056 €14.00%-1.42%
20151.046 €14.20%+1.42%
20141.042 €14.00%-2.00%
2013977 €14.30%+0.00%
2012987 €14.30%0.00%
2011977 €14.30%+1.41%
2010964 €14.10%+4.44%
2009956 €13.50%+3.80%
2008949 €13.00%+1.70%

En 2018, les niveaux de vie évoluent de façon contrastée. Celui des ménages les plus aisés augmente nettement. Il bénéficie de la progression des revenus du patrimoine, liée à la forte hausse des dividendes dans un contexte de fiscalité plus incitative à leur distribution plutôt qu’à leur capitalisation et d’une hausse des revenus d’activité. Celui des ménages les plus modestes se replie, principalement en raison d’une baisse des allocations logement.

9,3 millions de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté

En 2018, 9,3 millions de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté monétaire, soit 1 063 euros par mois. Le taux de pauvreté s’établit à 14,8 % en 2018. Il s’accroît de 0,7 point sur un an. L’intensité de la pauvreté est stable à 19,6 % en 2018.

Êtes-vous riche ? Combien faut-il gagner pour être considéré comme riche en France ?

Êtes-vous riche ? Combien faut-il gagner pour être considéré comme riche en France ?
Êtes-vous riche ? © FranceTransactions.com/stock.adobe.com

La baisse des allocations logement induite par la réforme de la réduction du loyer de solidarité explique une part importante de la baisse du revenu des ménages modestes et de la hausse du taux de pauvreté. Cette baisse ampute les niveaux de vie tels qu’ils sont normalement mesurés, même si elle a été compensée dans le parc social par des baisses correspondantes des loyers, donc des dépenses des ménages concernés.

Le taux de pauvreté des retraités en hausse en 2018

Le taux de pauvreté des retraités reste ainsi très inférieur à celui de l’ensemble de la population en 2018 (8,7 % contre 14,8 %). Toutefois, la proportion de retraités pauvres progresse de 1,1 point entre 2017 et 2018, alors qu’elle était relativement stable depuis 2014. Cette hausse est majoritairement portée par l’augmentation du taux de pauvreté des personnes seules âgées de 65 ans ou plus (+ 2,1 points). Le niveau de vie médian des retraités diminue de 1,9 % en euros constants en 2018, pénalisé par la non-revalorisation des pensions servies par le régime général et par la hausse du taux de CSG prélevé.

La transformation de l’impôt de solidarité sur la fortune en impôt sur la fortune immobilière modifie peu l’évolution des inégalités de niveau de vie

Au 1ᵉʳ janvier 2018, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Sont redevables les personnes physiques domiciliées en France (pour les biens immobiliers situés en France ou à l’étranger) ou à l’étranger (pour les biens immobiliers situés en France), et propriétaires au 1ᵉʳ janvier d’un patrimoine net taxable supérieur à 1,3 million d’euros. Le périmètre des biens imposables à l’IFI comprend l’ensemble des biens et droits immobiliers détenus directement ou indirectement par le foyer fiscal. Il est moins large que celui de l’ISF, qui incluait notamment le patrimoine financier. Le barème d’imposition est inchangé.

L’ISF ne fait pas partie du périmètre du revenu disponible mesuré par les enquêtes Revenus fiscaux et sociaux, faute de données disponibles par le passé. Cette année, la mise à disposition de données sur l’ISF et l’IFI a permis d’estimer un niveau de vie incluant l’IFI pour 2018, et l’ISF pour 2017.

En 2018, 0,4 % des ménages de France métropolitaine étaient redevables de l’IFI, soit trois fois moins que pour l’ISF en 2017 (1,2 %). Ces impôts concernent en grande majorité les ménages de niveau de vie élevé : 78 % des redevables de l’IFI et 62 % des redevables de l’lSF font partie des 5 % de ménages les plus aisés.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Seuil de pauvreté : 14,8% (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également