Actions FDJ : que faut-il en faire maintenant ? Entre chute des mises (-60%), réduction du dividende et récession à venir...

Actions FDJ, privatisation, récession COVID © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
Les actionnaires ayant bénéficié de la privatisation de la FDJ peuvent être satisfaits de leur opération. Le cours de l’action est toujours largement au-delà du prix d’introduction. En revanche, l’incertitude grimpe, chute des mises depuis le confinement (-60%), baisse du dividende 2019 de -30%, et récession à venir... Ne faudrait-il pas prendre ses gains pendant qu’il est encore temps ?

Publié le , mis à jour le

Cours de 25 € pour une action FDJ, +25,62% de plus-values !

Sacrée performance pour les actions FDJ. Une privatisation qui a cartonné. Maintenant que le cours de la FDJ tutoie ses plus hauts, ralliant également son objectif de cours fixé par certains analystes, ne serait-il pas temps de réaliser ses plus-values ? Dès lors que les +20% de plus-valus sont constatées sur le cours d’une action, hormis avoir une sévère conviction d’une envolée du cours, il est toujours plus que prudent de réaliser tout ou partie de ses bénéfices. Et compte-tenu des conditions économiques actuelles et des incertitudes multiples, la prudence devrait s’imposer..

Un chiffre d’affaires en baisse de 100 millions d’euros au 1er trimestre

Au premier trimestre 2020, La Française des Jeux (FDJ) a enregistré des mises en recul de -5%, à 4,1 milliards d’euros, et un chiffre d’affaires en baisse de 1 %, à 0,5 milliard d’euros. « La bonne dynamique du début d’année a été stoppée par les premières conséquences de l’épidémie de Covid-19 », a expliqué l’opérateur de jeux d’argent et de paris sportifs en ligne.

Les Français jouent moins depuis le confinement, chute de -60% des mises

Depuis le 16 mars, début du confinement, les mises affichent un recul de près de -60%. Cette chute n’est pas liée seulement à la fermeture de bureaux de tabac, ou la crainte de s’y rendre ou ses contraintes (attestation de sortie), les jeux en ligne sont toujours accessibles. L’engouement pour les jeux d’argent est tout simplement moindre. Sur un mois de confinement, cette tendance se traduit aujourd’hui par un impact mécanique proche de 100 millions d’euros sur le chiffre d’affaires et de 50 millions d’euros sur l’Ebitda. Les mois d’avril et de mai seront largement défavorables pour la FDJ.

La FDJ se prépare à la récession

Pour faire face à la crise sanitaire, FDJ a d’ores et déjà engagé un plan d’actions visant à économiser sur le reste de l’année 2020 plus de 80 millions d’euros, soit plus de 10 % de ses coûts fixes annuels.

Réduction de -30% du dividende 2019

Compte tenu de cette situation financière solide, le groupe n’a pas demandé à bénéficier des dispositifs publics de soutien financier ou d’activité partielle. A ce titre, la FDJ n’est pas tenue d’annuler le versement de son dividende 2019. Toutefois, à des fins de préservation financière, le groupe a décidé de réduire de 30% le dividende proposé au titre de l’exercice 2019 à 0,45 euro par action. Au 20 avril, FDJ dispose d’une trésorerie mobilisable supérieure à 800 millions d’euros. Sous l’hypothèse d’une reprise progressive à partir de mi-mai, la consommation de trésorerie mensuelle du groupe en mai et en juin devrait être limitée à environ 10 millions d’euros.

Aucune vision pour 2020

Au vu de la faible visibilité actuelle, FDJ n’est pas en mesure de donner des perspectives pour 2020. Tout est dit.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Actions FDJ : que faut-il (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également