Le CAC40 perd -3,49% sur la semaine, en recul de -19,98% depuis le début de l’année

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Paris est descendue sous les 4.800 points vendredi (-1,43%), une première en deux mois, manquant de carburant pour contrebalancer la prise de conscience de la crise par les indicateurs micro et macro-économiques.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

La Bourse de Paris tombe sous les 4.800 points

L’indice CAC 40 s’est replié de 69,2 points à 4.783,69 points. La veille, il avait cédé 2,13%. Sur la semaine, la perte est de 3,49%, ramenant le recul à 19,98% depuis le début de l’année.
Après avoir évolué la première partie de la séance dans le vert, la tendance s’est retournée, notamment sous la pression de l’annonce de la baisse de la confiance des consommateurs américains en milieu d’après-midi. "Le marché a plafonné dans cette semaine animée par les résultats d’entreprises. Globalement, les deux tiers sont au-dessus des attentes, mais le marché a pris conscience de l’ampleur du ralentissement" de l’économie, à l’occasion de toutes ces publications, analyse auprès de l’AFP Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille à Mirabaud France.

Selon lui, le marché est passé "dans une phase de contraction" pour les prochains jours, en l’absence de nouveaux catalyseurs positifs. "Le soutien macroéconomique, comme le budget européen, ou l’action des banques centrales ont déjà été actés."
Ces aides, comme celle renouvelée de la réserve fédérale américaine cette semaine, permettent néanmoins aux marchés de limiter l’ampleur de cette correction, qui ne sera "pas énorme", pour M. Rozier.

Nuages noirs

Les publications de PIB ont encore montré des chutes vertigineuses. Après les États-Unis et l’Allemagne jeudi, vendredi la zone euro dans son ensemble a suivi vendredi, tout comme la France, le Portugal ou l’Italie.
Plus préoccupant pour l’avenir, pour M.Rozier, des "nuages noirs" sont apparus de nouveau en raison de la crise sanitaire aux États-Unis : la confiance des consommateurs s’est nettement détériorée en juillet, tandis que les dépenses des ménages ont moins augmenté que prévu en juin. La veille, les nouvelles demandes d’allocations chômage aux États-Unis ont, elles, progressé.

Les élus démocrates et républicains du Congrès n’ont pas réussi à se mettre d’accord à temps sur le montant et la durée d’une prolongation de l’aide supplémentaire accordée aux millions de chômeurs.
Le bond spectaculaire en juillet de l’activité économique dans la région de Chicago, à forte dominante manufacturière, n’a pas été suffisant pour inverser le sentiment du marché.

La pandémie de Covid-19, qui a fait au moins 673.909 morts dans le monde, n’est toujours pas maîtrisée, mais "le marché passe un peu au-dessus de ces nouvelles, alimenté par les espoirs d’un traitement venant de divers laboratoires pharmaceutiques" poursuit M.Rozier.
Du côté des valeurs, les résultats des entreprises ont de nouveau engendré la plupart des variations significatives.

Engie a gardé la tête de l’indice CAC 40 alors que legroupe a annoncé son intention de recentrer son activité en accélérant son développement dans les renouvelables et les infrastructures. Suez, dont il détient 32% des parts mais où "tout est ouvert" concernant celles-ci selon le président du conseil d’administration d’Engie, a gagné 8,43% à11,19 euros.
Sur le SBF 120, Korian a décollé de 5,65% à 34,76 euros, porté par une progression de son chiffre d’affaires de 4,4% au deuxième trimestre, en dépit du "gel complet de l’activité sanitaire en Italie".
A l’inverse, Legrand a souffert (-5,59% à 65,48 euros),alors que le groupe a vu son bénéfice net amputé d’un tiers ces six premiers mois du fait de la crise sanitaire.
Après sa chute de plus de 9% jeudi à la suite d’une perte nette historique, Renault a récidivé avec un recul de 7,86% à 20,06 euros.
Lagardère a plongé de9,51% à 12,85 euros. Le groupe est tombé dans le rouge au premier semestre, prenant de plein fouet la crise.
Amplitude Surgical a bondi de 32,10% à 2,14 euros, propulsé par l’annonce de la société d’investissement PAI Partners qui prévoit de racheter le fabricant français de dispositifs d’orthopédie pour ensuite le retirer de la cote parisienne.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Le CAC40 perd -3,49% sur (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également