Fonds à échéance : miser sur les obligations d’entreprises

©stock.adobe.com
Fonds à échéance : ces nouveaux placements sont de plus en plus nombreux sur le marché, ceux-ci offrent l’opportunité d’un rendement sur une durée déterminée à la souscription, détails...

Publié le , mis à jour le

Face à la morosité persistante sur les marchés, les établissements financiers doivent se creuser les méninges pour séduire à nouveau les investisseurs en mal d’aversion mais aussi de performances. Pour palier à la baisse des rendements, de nouveaux placements [1] font leur apparition.

Fonds à échéance : participer au développement des entreprises !

Le restylage de fond est donc de rigueur, les fonds changent, tant au niveau de leur appellation que de leur structure. Les établissements de gestion proposent notamment des fonds obligataires à échéance. Leur objectif est d’investir sur la place obligataire d’entreprises. En effet, dans un contexte difficile d’obtention des lignes de crédits, les entreprises n’hésitent plus à faire appel aux marché de capitaux pour maintenir leurs sources de financement.

En ligne de mire pour l’investisseur, la mise en place dans sa stratégie d’épargne d’un placement lui permettant d’engranger un rendement annuel supérieur à une obligation d’état ou un placement monétaire, généralement entre 5% et 7%. Sans défaut de titre et si l’investisseur conserve ses parts jusqu’au terme, celui-ci empoche sa mise de départ ainsi que les coupons des obligations.

Le produit offre l’opportunité de placer sur les obligations plus rares à la souscription, de profiter d’une bonne visibilité de part son échéance moyen terme (5 ans) ainsi que d’une rémunération annuelle connue d’avance. Enfin, les gérant conservent les obligations jusqu’à leur terme, l’investissement est donc sécurisé au fur et à mesure que l’échéance se rapproche. Rappelons tout de même que les fonds à échéances s’adressent à des investisseurs ayant la capacité de bloquer leur capital sur de longues périodes.

Fonds à échéance : optimiser son choix et donc son rendement

Pour que le fonds choisit offrent un rendement optimal, le souscripteur devra s’assurer de la diversification du portefeuille pour minimiser l’impact d’un défaut, le nombre de lignes (30 min), la notation des acteurs, la cohérence du rendement cible figurant sur la brochure, les frais d’entrée [2], de gestion [3] et de sortie [4] pour jauger la liquidité du fonds ainsi que l’influence sur la performance finale.

Fonds à échéance : perspectives

Selon les professionnels du marché, l’année 2012 présage une bonne solidité des entreprises qui disposent par ailleurs de bon niveau de trésorerie et des bilans épurés. BNP Paribas Investment Partners confirmait dernièrement que les défauts resteront bas en 2012. Deux arguments étaient avancés, le nombre important d’émetteurs ayant fait faillite entre 2008/2009 et le fait que les entreprises disposent pour la majorité d’actifs liquides leur permettant d’assurer leurs obligations pendant un bon moment sans faire appel au marché.


[1fonds diversifiés, fonds dynamiques...

[21 à 4%

[30.7% à 1.30%

[40 à 3%

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Fonds à échéance : miser (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également