Taux d’intérêts : la remontée s’amorce, OAT 10 ans positif et crédits immobiliers en hausse

Publié le

Très médiatisé, le passage du taux de la dette française à 10 ans sous le territoire négatif pourrait n’avoir duré que quelques mois. Les taux se redressent, et cela commence à se sentir même au niveau des crédits immobiliers. Quelques banques ont d’ores et déjà haussé de quelques points de base leurs offres.
Taux d'intérêts : la remontée s'amorce, OAT 10 ans positif et crédits immobiliers en hausse
Evolution de l’OAT 10 ans ©FranceTransactions.com/TradingView

Taux de l’OAT 10 ans, une remontée, lentement mais surement

Évolution du taux de l’OAT 10 ans
© FranceTransactions.com (source des données: Banque de France)

La passage du taux de la dette française en territoire négatif avait marqué les esprits. La France pouvait emprunter et recevoir des intérêts. Mais cette aubaine pourrait bien être de courte durée. Le taux de l’OAT 10 ans étant repassé en territoire positif récemment. Cette hausse des taux d’intérêt est mondiale, ce qui confirme cette tendance de fond.

Remontée des taux, le poids de la dette française de nouveau un problème sur 2020 ?

La France doit emprunter pas moins de 205 milliards d’euros en 2020. La remontée des taux d’intérêts pourra redevenir un souci majeur pour le pays, surendetté. Si le gouvernement a pris soin de budgéter un taux d’intérêt allant de 0.20% à 0.70% sur 2020, un emballement de la remontée des taux provoquerait une nouvelle crise de la dette.

Remontée des taux des crédits immobiliers

Les taux de la dette de l’Etat et ceux pratiqués par les banques pour les crédits immobiliers ne sont pas directement liés. Cependant, les tendances sont similaires.
En novembre, selon le courtier VousFinancer, les premières légères hausses de taux de l’année sont constatées, même si certaines banques continuent à les baisser en fonction de leur appétence à prêter.

Durcissement des conditions d’octroi des crédits immobiliers

D’ailleurs, Vousfinancer note en cette fin d’année un durcissement global des critères d’octroi de prêts, plus sensible qu’en 2018, comme en témoignent les résultats d’un sondage interne réalisé fin octobre auprès de ses 200 agences de courtages en crédit. Reste à savoir si cette évolution est propre à la fin de l’année ou si elle se poursuivra en 2019… Et si certaines banques remontent légèrement leurs taux, ils restent globalement très bas, ce qui conduit les banques à être plus attentives à la rentabilité des crédits qu’elles accordent, au détriment de certains profils d’emprunteurs…

Quelques remontées de taux pour certains profils mais encore d’importantes décotes pour d’autres

En novembre, on assiste aux premières remontées de taux, de 0,05 à 0,15 %. Des hausses modérées qui souvent ne concernent souvent que certaines durées (longues) ou profils (à faibles revenus) et sont même parfois accompagnées de baisses sur d’autres typologies d’emprunteurs, en fonction des profils ciblés par les banques en question. Une banque nationale a néanmoins remonté ses taux de 0,10%, mais elle reste parmi celle qui propose les taux les plus bas. A l’inverse, d’autres banques poursuivent leurs baisses ce mois-ci. Donc globalement, en cette fin d’année, la tendance reste à la stabilité. Les taux moyens restent stables à 1,05 % sur 15 ans, 1,25 % sur 20 ans et 1,45 % sur 25 ans.

« En cette fin d’année, si les banques accordent toujours des taux record aux profils qu’elles souhaitent capter, comme elles ont dépassé leurs objectifs de production de crédits, certaines sont plus restrictives pour les profils considérés comme moins rentables pour elles à ce niveau de taux… On observe ainsi les premières remontées de taux… Finalement, en cette fin d’année, les écarts de taux et d’accès au crédit se creusent selon les profils. Pour certains, nous avons des difficultés à obtenir un accord de financement par manque d’apport notamment, et pour d’autres nous parvenons à négocier encore des taux record grâce à un bon niveau d’épargne et de revenus  » explique Jérome Robin, directeur général de Vousfinancer.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Taux d'intérêts : la (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également