Quand l'InsurTech déborde sur la banque

Publié le  à 21 h 35

SingLife
Tandis que, en France, les tentatives des compagnies d’assurance de prendre pied dans les services bancaires se délitent progressivement – la cession par la Macif de Socram Banque à Arkéa en étant le dernier épisode en date –, une jeune pousse singapourienne nous donne l’exemple d’une approche combinant intelligemment les deux univers.
SingLife, fondée en 2017 et première à obtenir une licence complète d’assureur dans le pays depuis 1970, ciblait jusqu’à maintenant le domaine de la santé, avec deux contrats pour les maladies graves et le cancer, assortis d’une troisième solution de couverture en cas de décès. Désormais, elle étend son champ d’action vers une protection générale contre les accidents de la vie, qui sera prochainement concrétisée par le lancement d’une garantie du risque de licenciement… et d’un compte d’épargne.
Ce dernier a de quoi surprendre, mais la startup justifie son introduction en estimant que les économies des consommateurs constituent, elles aussi, un facteur important de bien-être au quotidien et qu’elles méritent à ce titre d’être protégées. Joignant les actes aux discours, elle promet un rendement élevé sur les fonds déposés (2,5% sur les premiers 10 000 SGD, à ce jour), qui restent totalement disponibles. Au-delà de ces caractéristiques classiques, SingLife ajoute deux ou trois petits plus pour séduire.
En premier lieu, elle offre une carte de débit adossée directement au compte d’épargne, ce qui permet de lever toute ambiguïté quant à sa liquidité effective. Pour faire bonne mesure, la dite carte porte elle-même quelques avantages, tels que l’absence de frais sur les transactions réalisées à l’étranger. En outre, l’ensemble est entièrement gratuit, la seule contrainte étant le dépôt minimal (de 500 SGD) exigé à l’ouverture.


Carte SingLife


Cependant, le plus intéressant dans la démarche est ailleurs. Il réside en effet dans les réponses que SingLife apporte – quoique sous une forme expérimentale, à ce stade – à la grande question que se posent, de manière plus ou moins insistante, beaucoup de ses consœurs : comment convaincre des utilisateurs que l’intégration de produits bancaires au cœur de l’assurance leur profite ? De plus, la jeune pousse explore simultanément la possibilité de nouvelles synergies susceptibles de stimuler son activité principale.
Une application mobile combinant les fonctions aujourd’hui standards d’une carte de paiement – notification instantanée des dépenses, suivi du solde, des transactions et des intérêts perçus au jour le jour… – et une gestion à 360° des garanties souscrites constitue un des principaux éléments de cette stratégie. D’une part, elle matérialise l’idée que l’épargne fait partie de la protection individuelle et, d’autre part, elle encourage le maintien d’une relation régulière avec l’assureur (le défi numéro 1 du secteur).
Enfin, l’inclusion automatique d’une couverture décès (gratuite) à l’ouverture du compte d’épargne – certes pour un montant modeste (5% du total des dépôts) – est une autre manière, habile, de renforcer le lien entre les deux mondes, avec une dimension promotionnelle attractive et une incitation subtile à se pencher sur les bénéfices de cette assurance, souvent mal connue et entourée d’une mauvaise image. Le client pourrait être ainsi amené à compléter le montant de sa garantie, voire souscrire d’autres produits.
Le résultat de l’initiative de SingLife est un délicat assemblage de concepts éprouvés et d’idées originales, qui, si aucun d’eux n’est en mesure, seul, de réduire la difficulté pour les assureurs de valoriser leurs incursions dans la banque, peuvent, ensemble, catalyser le vieux rêve d’un mariage avantageux pour toutes les parties prenantes.

Voir en ligne : http://cestpasmonidee.blogspot.com/...

Plus d'infos : La Bourse de Paris suspendue aux négociations sur le Brexit (-0,09%)

La Bourse de Paris suspendue aux négociations sur le Brexit (-0,09%) L’indice CAC 40 a perdu 5,15 points à 5.696,90 points, dans un volume d’échanges moyen de 3,3 milliards d’euros. La veille, il avait progressé de 1,04% pour terminer à un nouveau plus haut depuis décembre (...)Lire la suite...

Plus d'infos : HSBC France va déménager son siège historique des Champs-Elysées

HSBC France va déménager son siège historique des Champs-Elysées La filiale française du mastodonte bancaire britannique compte installer quelques 1.200 collaborateurs au 38 avenue Kleber, à environ 500 mètres de son siège actuel, situé au numéro 103 de la célèbre avenue parisienne et au 15 (...)Lire la suite...

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Quand l'InsurTech (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...