Que valent vraiment les outils « low code » ?

Publié le  à 21 h 32

Brique
Depuis quelques années, les approches « low code » – qui promettent de rendre la création d’applications accessible à tous, sans (presque) requérir de compétences de programmation – gagnent en popularité dans les entreprises où les besoins en développement logiciel explosent. Mais sont-elles vraiment à la hauteur des attentes ?
L’idée est aussi ancienne que les premiers ordinateurs : ne serait-il pas possible de concevoir une plate-forme grâce à laquelle n’importe quel utilisateur pourrait, sans connaissances particulières, assembler visuellement des blocs prêts à l’emploi afin de bâtir la solution qu’il a imaginée. Au vu de plusieurs annonces récentes, de la transition complète d’une banque vers un tel modèle à son adoption par un assureur, il serait facile de croire que le rêve est désormais devenu réalité. Et j’y ai cru.
Malheureusement, il y a quelques semaines, j’ai voulu profiter de cette tendance pour accélérer mon nouveau projet et j’ai alors fait le tour des principales offres du marché à la recherche de celle avec laquelle nous pourrions produire rapidement les premières itérations de notre application mobile et/ou web. J’en ai même sélectionné une poignée pour une deuxième phase d’évaluation, au cours de laquelle j’ai installé des versions de démonstration et tenté de développer concrètement quelques écrans.
Je ne prétendrai certes pas avoir mené un test extensif mais l’impression qu’il me reste de cette expérimentation est une immense déception. Les entrepreneurs qui voudraient fonder leur activité avec des outils « low code » auront intérêt à y réfléchir à deux fois et les responsables qui aimeraient pouvoir les proposer en alternative contrôlée aux pratiques de « shadow IT » (le recours à des services informatiques à l’insu de la DSI) devront se résigner à n’en faire qu’une option réservée à des cas très spécifiques.
Plus précisément, que reprocher à ces solutions ? Les défauts sont finalement toujours les mêmes que dans les générations passées. Tout d’abord, même quand il s’avère viable de créer une application sans programmation, le résultat obtenu reste souvent fonctionnellement limité et parfois graphiquement sommaire. En creusant l’analyse, il ressort que la prise en main est beaucoup trop complexe pour un usage occasionnel tandis que le choix d’un éditeur revient à accepter de lui être pieds et poings liés.
En synthèse, la réalisation d’un projet un tant soit peu sérieux avec une de ces plates-formes demande un investissement conséquent, en apprentissage et en mise au point (ainsi que, dans certains cas, en coûts directs), incompatible avec l’ambition initiale de simplifier la production logicielle. À court et moyen terme, les professionnels du code ont donc encore un bel avenir devant eux, surtout que, en parallèle, leurs outils traditionnels ont énormément progressé et les rendent de plus en plus productifs.


Assemblage de briques

Voir en ligne : http://cestpasmonidee.blogspot.com/...

Plus d'infos : La Bourse de Paris suspendue aux négociations sur le Brexit (-0,09%)

La Bourse de Paris suspendue aux négociations sur le Brexit (-0,09%) L’indice CAC 40 a perdu 5,15 points à 5.696,90 points, dans un volume d’échanges moyen de 3,3 milliards d’euros. La veille, il avait progressé de 1,04% pour terminer à un nouveau plus haut depuis décembre (...)Lire la suite...

Plus d'infos : HSBC France va déménager son siège historique des Champs-Elysées

HSBC France va déménager son siège historique des Champs-Elysées La filiale française du mastodonte bancaire britannique compte installer quelques 1.200 collaborateurs au 38 avenue Kleber, à environ 500 mètres de son siège actuel, situé au numéro 103 de la célèbre avenue parisienne et au 15 (...)Lire la suite...

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Que valent vraiment les (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...