Assurance vie : Placement sà»r ou chateau de carte?

Bienvenue au bar ! Discussion ouverte sur tous les thèmes, bien souvent inclassables...

Modérateurs : FranceTransactions, 24heures

cbcompta
Messages : 123
Enregistré le : 12/02/2009 11:01

Assurance vie : Placement sà»r ou chateau de carte?

Messagepar cbcompta » 27/03/2009 07:38

Je vous encourage à  cliquer sur le lien ci-dessous pour avoir quelques réponses chifrées.


http://blogs.lexpress.fr/attali/2009/03 ... verite.php

buffetophile
Messages : 768
Enregistré le : 21/11/2008 18:52

Messagepar buffetophile » 27/03/2009 10:19

ouais enfin J. attali .
je prefere l'appeller Jacques ATTILA la o๠il parle et ecrit , les emplois disparaissent...
n'est ce pas lui qui est un tenant de la libéralisation à  tout crin pour permettre l'apparition de nouveaux métiers ? il omet juste de préciser que ce seront de nouveaux métiers qualifiés mais tres peu rémunérés....
comme par exemple la distribution des médicaments aux auxilliaires de vie au lieu des infirmieres ...lol..de nouveaux emplois peu rémunérés ? c'est sur ...mais avec quels risques ....
buffeto

cbcompta
Messages : 123
Enregistré le : 12/02/2009 11:01

Messagepar cbcompta » 27/03/2009 19:54

Que l'article soit d'Attali n'est pas très important. Il faut plutôt en retenir les chiffres qui montrent que les banques et assureurs sont sous-capitalisés, de sorte que s'il y avait un mouvement de retrait massif, très peu de gens pourraient récupérer leur argent. C'est le résultat de ce système à  effet de levier complètement fou. Les particuliers ne savent pas o๠va l'épargne qu'ils placent dans l'assurance vie, ce peut être dans un établissement en faillite ou quasi faillite, comme RBS, AIG, ou pire, Madoff, bien que pour ce dernier c'est déjà  trop tard.
L'assurance vie n'est pas un placement sans risque comme veulent le faire croire les financiers, tout particulièrement lorsqu'elle est en unité de compte. Et les chiffres qui font ressortir un ratio de fonds propres de seulement 1/25 sont vraiment inquiétants. C'est pourquoi j'ai parlé de "chateau de carte dans le titre".
Il suffit d'ailleurs de se demander comment l'assurance vie peut rapporter 5% dans une économie mondiale qui ne fait même pas autant de croissance, et qui devrait même avoir une croissance nulle en 2009. D'o๠vient le rendement offert? C'est le règne de l'opacité.

buffetophile
Messages : 768
Enregistré le : 21/11/2008 18:52

Messagepar buffetophile » 28/03/2009 14:17

les assurances vie en euros sont placées en général par les compagnies sur des emprunts d'état qui en général sont surs.
Ces contrats sont majoritairement investit dans des produits à  taux garanti : obligations du secteur public ou privé.
bon mais qu'y a t il de vraiment garanti? l'immobilier ? à  voir ce qui se passe aux USA et commence en france on peut se dire que c'est pas si sur que ca....
Buffeto

cbcompta
Messages : 123
Enregistré le : 12/02/2009 11:01

Messagepar cbcompta » 29/03/2009 19:02

Le hic c'est que le rendement des emprunts d'état est très loin des 5% "garantis" par les assurances vie en 2009. Le 1 an se négocie à  0.9%. Le 5 ans à  2.7% Le TME est à  3%.

Pascal BOUCHET
Messages : 503
Enregistré le : 29/08/2008 06:21

Messagepar Pascal BOUCHET » 31/03/2009 10:48

Bonjour cbcomtpa,

il faut distinguer les rendements obligataires sur le marché primaire et sur le marché secondaire. Les taux que vous indiquez concernent les anciennes obligations sur le marché secondaire. Ces taux s'expliquent par la hausse du nominal des obligations du fait de la crise financière et de la baisse des taux directeurs par les banques centrales.
il est tout à  fait possible de trouver des placements ayant un rendement de 5% annuel, il n'y a qu'à  voir les émissions obligataires en ce moment, ou les sociétés sont obligées de payer un spread de crédit important pour arriver à  se financer sur les marchés, puisque les banques ne prête (presque) plus d'argent. Ce qui n'est pas garanti en revanche, c''est la valeur de l'obligation entre la date d'émission et la date d'échéance, fluctuant selon les évolutions des taux directeurs futurs. Ces mêmes taux repartiront à  la hausse à  moyen terme une fois la crise actuelle bien digérée et l'économie bien repartie, mais ce ne sera pas avant 2 ou 3 ans.
Donc oui aux émissions obligataires de maturité à  2 ou 3 ans, non aux Emissions obligataires > 3 ans. Ce n'est que mon point de vue de Conseiller en Investissement Financier ;-)

Cordialement,

Pascal BOUCHET
Gérant Associé
BOUCHET PATRIMOINE