Page 1 sur 1

SCPI dans 5 ans, des rendements de 2% ?

Posté : 09/04/2016 07:13
par lapalusd
Bon soyons clairs, les SCPI sont sans doute le meilleur placement actuel, compte-tenu de leur ratio rendement/risque. Mais il ne vous aura pas échapper que leurs rendements s'effritent également, peu ou proue de la même ampleur que les fonds euros. Or leurs rendements ne sont pas basés directement sur les rendements obligataires, cela pose un léger souci. Quid de leur rendement dans quelques années ? Si les investisseurs se détournent alors de plus en plus des SCPI, ne doit-on pas risque un krach de la valeur des parts ? Je lance le débat, à  vos claviers :)

Posté : 10/04/2016 08:24
par buffetophile
Pierre DAC disait : " les prévisions sont difficiles surtout quand elles concernent l'avenir ".

bizarrement depuis que j'ai démarré ma carrière professionnelle il y a 35ans , on nous promet régulièrement la fin du monde .....et pourtant , nous sommes toujours là .
alors certes les rendements des SCPI risquent de faiblir mais avec une inflation zéro voire une déflation , des emprunts d'état très faibles voire négatifs,avec corrélativement une baisse régulière des rendements des AV en euros , il faut bien faire quelque chose pour envisager des revenus futurs .

alors l'avenir n'est pas écrit mais pour l'instant je ne vois rien de mieux ....

Posté : 11/04/2016 03:03
par lapalusd
Oui, effectivement, la peur fait vendre. Les médias ne cessent de tenter de faire peur pour avoir de l'audience. On nous fait le coup avec le changement de fiscalité de l'assurance-vie chaque année. La polémique sur la possible limitation de garantie des fonds euros en est le meilleur exemple actuel. A croire que les gens aiment bien avoir peur de rien...

Mais avec 35 ans d'expérience, vous avez donc traversé la crise des SCPI des années 1990. La chute de 40% du prix des parts, l'impossibilité de revendre ses parts, etc. Bref, un fiasco total dès lors que le marché de l'immobilier est en crise.

Je ne suis pas convaincu aujourd'hui que les investisseurs qui misent massivement sur les SCPI aient bien conscience qu'aux premiers signes d'essoufflement du marché de l'immobilier, il faudra en sortir le plus rapidement possible. Et selon moi, le premier signe annonciateur, c'est bel et bien la baisse des rendements d'année en année. Dès lors que les rendements des SCPI seront descendus au niveau d'autres, les arbitrages commenceront, et là , ce ne sera plus la même histoire...

Posté : 11/04/2016 07:44
par buffetophile
lors d'une crise c'est comme en bourse ...ceux qui paniquent et qui bradent leurs actifs sont les dindons de la farce.....
j'ai effectivement connu un certain nombre de fluctuations , mais , après la pluie revient le beau temps ...
il suffit de regarder ce qui s'est passé après la crise de 1929 ou aux USA sur l'immobilier en 2008...il y a eu bcp de gens ruinés mais il y a eu aussi des gens qui ont fait de bonnes affaires .
l'immobilier ou la bourse est un jeu à  somme nulle .
pour qu'il y ait des gagnants , il faut qu'il y ait des perdants.

la vie n'est pas un long fleuve tranquille .

Posté : 12/04/2016 03:26
par lapalusd
Oui, hormis que la bourse n'est pas un jeu à  somme nulle, du moins pas sur le marché actions.
Par contre, c'est effectivement le cas sur les produits optionnels (options, etc).
Pour l'immobilier, ce n'est pas non plus un jeu à  somme nulle, un marché dont les prix progressent, profite à  tous. A l'inverse quand un marché de l'immobilier s'effondre, tout le monde perd. Vous pouvez garder vos biens, sans réaliser votre moins-value, pendant 10 ou 15 ans (cf Espagne, USA...) mais vous ne serez jamais certain de revenir à  votre valeur d'achat d'avant crise...

Quel avenir pour les SCPI ?

Posté : 20/05/2016 07:43
par raoul volfoni
Pourquoi commencer cette réflexion en affirmant "Soyons clairs, les SCPI sont sans doute le meilleur placement actuel" pour ensuite n'envisager que les risques que ce placement comporte : baisse ineéuctable des rendements, éventualité d'un krach immobilier..?
Il aurait mieux valu écrire " Les SCPI sont sans doute le pire placement actuel....à  l'exception de tous les autres ..."

A mon sens la solution réside (peut-être !) dans le bon sens : ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier, avoir conscience que rendement et risque sont intimement liés, ne pas se mettre en situation de subir les aléas du marché et pouvoir faire le gros dos. Evidemment, tout ceci ne sonne pas très rock'nroll !
A cet égard la possibilité de loger les parts de SCPI dans une assurance-vie sont un gros atout : en cas de retournement brutal et durable du marché , elles peuvent être rapidement cédées, l'assureur étant tenu de les reprendre, limitant ainsi la perte éventuelle.

Depuis plusieurs années les sirènes médiatiques gémissent sur la baisse continue et inéluctable des fonds en €. Mais lesquels ? Il n'est guère difficile d'en trouver à  acquérir sans frais et qui rapportent entre 2,5 et 3 % avec une inflation nulle.Excusez du peu !. La "nouvelle" source d'inquiétude serait désormais les SCPI ! Bien entendu, seule une voiture qui fonctionne peut tomber en panne , pour les autres c'est déjà  fait ! Les économistes et prévisionnistes sont imbattables quand ils prédisent...le passé ! Pour l'avenir, c'est beaucoup plus délicat ! Et quand on observe le nombre d'investisseurs et les sommes engloutis dans le naufrage Aristophil on se dit que la raison et le bon sens ne sont pas une vertu universelle !

Posté : 29/10/2016 12:56
par patrick67
Sujet surprenant que celui-ci.
"leurs rendements s'effritent également, peu ou proue de la même ampleur que les fonds euros….. Quid de leur rendement dans quelques années ? Si les investisseurs se détournent alors de plus en plus des SCPI, ne doit-on pas risque un krach de la valeur des parts ?"

Ce raisonnement n'a pas lieu d'être pour la bonne raison qu'il n'y a pas de relation entre des fonds euros de l'assurance vie et des parts de SCPI.
J'ai des parts de SCPI depuis 20 ans, et je ne constate pas de diminution de rendement ces dernières années.
Le rendement peut effectivement baisser en apparence parce que la baisse des taux obligataires favorise la hausse des prix de l'immobilier, et donc la revalorisation des parts de SCPI.
Si le rendement est stable et que le prix de la part est revalorisé, alors le rendement apparent baisse. Mais le rendement total incluant la revalorisation est stable ou augmente.
C'est bien le but d'un placement immobilier.
Et si les investisseurs se détournent des SCPI, ce serait plutôt une excellente nouvelle parce qu'il y a beaucoup trop d'argent qui se déverse actuellement sur les scpi.
Ce qui risque d'obliger les gestionnaires à  investir dans des projets largement surévalués… Risque de grosses déconvenues à  venir pour ce genre de scpi. Ou alors le gestionnaire va geler les investissements en attendant meilleure fortune. Dans ce cas là , le rendement sera affecté puisque de grosses sommes seront placées à  taux nuls pendant peut-être longtemps.
Les risques sont là  aujourd'hui et ne pèsent que sur les scpi en cours de constitution.
Personnellement, je me détournerais de celles-ci, et de celles logées dans des assurances vie, et j'essayerais de rentrer dans des scpi fermées dont le capital est entièrement investi et pour lesquelles il est facile de comparer les performances.
Dernier point, je ferais l'investissement à  crédit pour maximiser le placement et profiter de taux quasi-nuls!