Comment protéger son capital en 2019 ?

Publié le

Protéger son capital © fotolia.fr/FranceTransactions.com
Les placements sans risque rapportent peu ou prou moins que l’inflation actuellement. Difficile donc de protéger son capital en ne plaçant que sur des placements de taux garantis (fonds euros, livrets, PEL, comptes à terme). D’un autre côté, miser sur l’immobilier physique ou même financier, via les SCPI, reste une prise de risque conséquente. Alors que faire ?

Les placements sans risque rapportent actuellement moins que l’inflation

Evolution de l’inflation en rythme annuel (source données INSEE)
© FranceTransactions.com

Placer sans risque, rien de plus facile. Les placements sans risque ne manquent pas, mais avec les rendements servis actuellement, que ce soit sur les fonds en euros, les livrets épargne (hors offres exceptionnelles, le plus souvent éphémères, à l’instar de celle de PSA Banque actuellement sur le livret épargne DISTINGO, 3% brut), les comptes à terme ou encore l’épargne réglementée (livret A/LDDS, PEL), votre capital s’érodera de quelques dizaines d’euros cette année encore. Ainsi, même sur le livret épargne préféré des Français, le livret A, le rendement réel, c’est à dire net d’inflation, est négatif. L’inflation reste supérieure aux rendements moyens des placements garantis. Seul le livret jeune et le LEP sauvegardent en état le capital des épargnants, mais ces deux placements sont très limités, aussi bien en termes de montant placé, que de conditions d’octroi.

Tour d’horizon des placements sans risque

2019
Type d'actifPlacements 2019Niveaux de risques 2019 (1)Espérance de rendements 2019 (2)Préférences pour 2019 (3)Commentaires
IMMOBILIERFONDS EUROS IMMOBILIERS
Des rendements supérieurs aux fonds euros classiques, via l'immobilier, mais attention, des conditions de souscription obligeant à investir sur des unités de compte à risque. Se méfier d'un potentiel retournement du marché de l'immobilier fin 2019. Si cela se confirme, arbitrer début 2020.
EPARGNE REGLEMENTEELIVRET A
Taux de 0.75% jusqu'au 1er février 2020. Toujours mieux que de laisser ses liquidités sur son compte courant ! Mais le rendement réel du livret A, inflation déduite, reste négatif.
EPARGNE REGLEMENTEELDDS
Ex-Codevi, Ex-LDD, le LDDS reste le même. Taux identique à celui du livret A. Rendement réel (net d'inflation) négatif. Utile uniquement pour l'épargne de précaution.
EPARGNE REGLEMENTEELIVRET JEUNE
Le livret à détenir pour les jeunes. Taux variable selon les banques. Toujours supérieur à celui du livret A. Le meilleur placement pour les 12-25 ans. Plafond des versements limités à 1.600 euros.
EPARGNE REGLEMENTEEPEL
Les nouveaux PEL à 1% (0.83% net) ne présentent aucun avantage, tant que le taux proposé est aussi bas, inférieur à l'inflation.
EPARGNE REGLEMENTEECEL
Taux d'épargne de 0.41% net en 2019! Aucun intérêt ! A fuir !
EPARGNE REGLEMENTEELEP
A détenir absolument pour les épargnants éligibles au LEP. Toujours plus rémunérateur que le livret A.
ASSURANCE-VIEFONDS EUROS CLASSIQUES
Fuir les fonds en euros moribonds au profit des meilleurs. Il existe des fonds euros, sans condition de versement sur les unités de compte, dont le rendement dépasse les 2%, voire les 3% en 2018 ! Opter uniquement pour des fonds euros publiant un rendement supérieur à 2.20% au titre de l'année 2018.
ASSURANCE-VIEFONDS EUROCROISSANCE
L'avantage pour les épargnants n'est pas évident. Le premier rendement réel global sera publié en 2022 ! Ces fonds eurocroissance possèdent un effet tunnel, les rendements intermédiaires publiés n'ont aucune valeur, puisque des rendements négatifs peuvent survenir les mauvaises années.La loi PACTE devrait imposer de simplifier les fonds euroscroissance afin de les promouvoir, attendons de voir avant d'investir !
ASSURANCE-VIEFONDS EUROS DYNAMIQUES
Si les marchés financiers sont bien orientés en 2019, cela pourra s'avérer être payant. Prudence donc, ne pas miser à 100% sur ces fonds euros. Un dosage 33%/33%/33% entre fonds euros classique, fonds euros immobilier et fonds euros dynamique semble être pertinent.
ASSURANCE-VIEFONDS EUROS IMMOBILIERS
Des rendements supérieurs aux fonds euros classiques, via l'immobilier, mais attention, des conditions de souscription obligeant à investir sur des unités de compte à risque. Se méfier d'un potentiel retournement du marché de l'immobilier fin 2019. Si cela se confirme, arbitrer début 2020.
EPARGNE FISCALISEELIVRET EPARGNE
Seuls les taux boostés sont attractifs. En attendant une potentielle hausse des taux d'intérêts sur 2020. Cela fait déjà trois années d'attente... C'est long !
EPARGNE FISCALISEECOMPTE A TERME
Pour les épargnants anticipant une stagnation des taux d'intérêts à long terme.
EPARGNE FISCALISEECOMPTE COURANT REMUNERE
Taux nuls...

(1) : Echelle du niveau moyen de risque pour ce type de placement (échelle de 0 (sans risque, aucune barre rouge) à 5 (Placement à très haut risque, 5 barres rouges) ). Le niveau de risque peut varier largement pour un placement donné, en fonction du choix des supports d'investissement (ex: un contrat d'assurance-vie placé 100% en unités de compte sera risqué, versus un contrat placé à 100% en fonds euros sera sans risque)

(2) : Espérance de rendement moyen, sur une échelle de 0 à 5 étoiles (0 étoile : aucun rendement, à 5 étoiles : Très haut rendement). Rappel : une espérance de rendement élevé sans niveau de risque élevé ne peut pas exister.

(3) : Indication de nos préférences pour 2019, sur une échelle de 5 graduations, de à éviter, à fortement privilégier.

Tour d’horizon des placements avec un risque limité

2019
Type d'actifPlacements 2019Niveaux de risques 2019 (1)Espérance de rendements 2019 (2)Préférences pour 2019 (3)Commentaires
ASSURANCE-VIEFONDS EUROS A RISQUE
Une alternative aux fonds euros classiques, sans toutefois tomber dans le piège des fonds eurocroissance avec leur effet tunnel pendant 8 années. Sur les fonds euros à risque, le capital n'est plus totalement garanti, mais à hauteur de 96% ou 98%. En contrepartie, de potentiels gains supplémentaires, si les marchés financiers sont bien orientés, évidemment.
BOURSEPARTS SOCIALES DE BANQUES
Ouvert à tous, les parts sociales des banques (caisses mutualistes) permettent potentiellement de bénéficier de rendements plus élevés que la moyenne des fonds euros, sans pour autant s'exposer à un risque important (faillite de la banque). Le prix d'une part sociale ne peut pas baisser. Par contre, la banque peut ré-évaluer le montant de la part à la hausse, pour un gain dans ce cas, sur les deux tableaux pour l'épargnant. Aucune assurance quant à la liquidité des parts (risque de liquidité), la vente d'une part étant subordonnée à l'existence d'une demande d'achat. Les parts sociales ne constituent pas un placement à court terme.

(1) : Echelle du niveau moyen de risque pour ce type de placement (échelle de 0 (sans risque, aucune barre rouge) à 5 (Placement à très haut risque, 5 barres rouges) ). Le niveau de risque peut varier largement pour un placement donné, en fonction du choix des supports d'investissement (ex: un contrat d'assurance-vie placé 100% en unités de compte sera risqué, versus un contrat placé à 100% en fonds euros sera sans risque)

(2) : Espérance de rendement moyen, sur une échelle de 0 à 5 étoiles (0 étoile : aucun rendement, à 5 étoiles : Très haut rendement). Rappel : une espérance de rendement élevé sans niveau de risque élevé ne peut pas exister.

(3) : Indication de nos préférences pour 2019, sur une échelle de 5 graduations, de à éviter, à fortement privilégier.

Une exposition aux marchés financiers ? Avec grande modération !

Aller chercher du rendement sur les marchés boursiers...

Orienter une partie de son épargne vers les marchés financiers est tout, sauf protéger son capital. Certains conseillers n’hésitent cependant pas à formuler cette hérésie. Aller chercher du rendement en bourse... Bon courage ! Après un tout début d’année euphorique sur les places boursières, les gains de l’année ont été engrangés. Depuis quelques semaines, les places financières soufflent alternativement le chaud et le froid, en fonction des tweets des uns et des autres, sans véritable vision à long terme. Signe qu’il convient de rester à l’écart, ou du moins de réduire sensiblement son exposition. Par ailleurs, la forte progression des indices en début d’année n’incite pas à prendre des risques supplémentaires pour l’année à venir, les performances de l’année sont réalisées pour nombre de gestionnaires. Autant dire qu’attendre pour un fort engouement boursier sur la fin d’année est plus qu’hasardeux. D’ailleurs les chiffres publiés concernant la proportion des flux financiers sur les actions américaines montrent que les capitaux sont largement arbitrés du marché actions vers celui des obligations. Prudence donc sur les marchés financiers, les bulles sont bien présentes, sur tous les marchés. Les capitaux injectés par les banques centrales ont été misées sur les places boursières, le signe d’une baisse, et tout pourrait rapidement s’accélérer.

Les épargnants les plus aisés peuvent miser une partie de leur capital sur des placements à risques, comme les SCPI

Il faut avoir évidemment conscience que tout placement sur l’immobilier est un placement à risques. L’immobilier physique est un actif illiquide par nature, il s’agit là d’un risque supplémentaire. De son côté, la pierre-papier, comme les SCPI sont certes moins risquées, car les parts peuvent être revendues plus rapidement, mais restent des produits financiers à risques multiples. Il n’est donc pas là question de protéger son capital en investissant sur des SCPI. L’optique est plutôt d’aller chercher un peu de rendement sur 10 à 15% maximum de son capital global afin de compenser les piètres rendements des 85 à 90% restant placé en épargne garantie.

Investir en SCPI ? Il est fortement recommandé d’investir en parts de SCPI via un contrat d’assurance-vie, cela permet de gommer le risque de non liquidité des parts de SCPI, notamment en cas de baisse sensible et soudaine du marché immobilier.

OPCI, et pourquoi pas, mais avec modération !

Si l’année 2018 a été particulièrement moribonde pour la majorité des OPCI, 2019 pourrait être une bonne année. En effet, si les gestionnaires ont bien fait leur job, les profits doivent déjà être engrangés en ce milieu d’année. Les OPCI étant des produits financiers investis en immobilier, mais possédant une poche permettant une exposition aux marchés financiers. C’est en quelque sorte un placement hybride, permettant d’être relativement sécurisé sur la partie immobilière, et de prendre une partie de risques sur la partie financière pure. Mais attention, en 2018, plusieurs OPCI ont publié des rendements négatifs. N’investir donc sur ce type de supports qu’une petite partie de votre capital !

Et les fonds structurés, à capital garanti à l’échéance ?

Parmi les fonds structurés, ou fonds à formules, il convient d’effectuer le tri. Seuls les fonds structurés à capital 100% garanti en fin de période de placement peuvent être considérés dans ce cadre. Et encore. Si les marchés financiers ne se comportent pas comme anticipé par la formule, l’épargnant aura en retour son capital seul, diminué des éventuels frais de souscription, et dans tous les cas, diminué de l’inflation. Pas vraiment donc une protection de son capital, mais l’idée est bien là de tenter d’avoir un peu de chance, car il s’agit bien là de cela dont il s’agit.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Comment protéger son capital : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet