Finance : les incidences d’un divorce sur votre Epargne

Publié le , mis à jour le

Lorsqu’on aime on partage tout ! une formule bien plus difficile à appliquer lors d’un divorce et pourtant hors contrat de mariage, les revenus devront être équitablement partagés. Qu’en est-il des produits d’épargne ?

Une fois mariés les couples, choisissent bien souvent de faire bourse commune afin de faciliter la gestion de leur argent. Lorsque l’on s’aime quoi de plus normal que d’envisager l’avenir à deux, il est donc courant également de faire tirelire commune. Des versement peuvent être effectuer entre conjoints, pour alimenter une assurance-vie, un livret ou un perp... Mais si une séparation survient qu’advient-il de vos placements d’épargne ?

Divorce : quel devenir pour l’assurance-vie ?

En cas de séparation, le contrat d’assurance-vie entre t-il dans le partage des biens ?

Si le contrat a été souscrit de façon conjointe, il sera partagé entre les deux souscripteurs. Dans le cas contraire, cela dépend de votre régime matrimonial.

  • régime légal (communauté aux acquêts) : le contrat à été alimenté durant le mariage, les fonds utilisés pour cela sont donc communs au couple. Au moment du divorce, le capital du contrat devra être partagée entre les époux. A moins que les versements n’ai été effectuer à partir de biens propres à l’un des époux, dans ce cas il faudra prouver l’origine des fonds pour récupérer le capital.
  • régime de la communauté universelle : l’ensemble du patrimoine du couple est considéré comme biens commun avant pendant et après le mariage, y compris les produits d’épargne. Le contrat d’assurance-vie devra donc être équitablement partagé entre les conjoints.
  • régime de la séparation de biens : le conjoint souscripteur conserve la jouissance de son contrat d’assurance-vie.
  • régime de participation aux acquêts : la rupture du mariage entraîne un partage équitable de tous les biens acquis de manière individuelle durant le mariage. Il faudra donc y inclure le contrat d’assurance-vie.
Attention ! en cas de séparation le souscripteur qui conserve son contrat d’assurance-vie devra avoir l’accord de son ex conjoint pour modifier la clause qui le désignait comme bénéficiaire.

Epargne salariale : un revenu à partager

si vous n’avez pas effectué de contrat de mariage séparant vos biens, les primes de participation perçues grâce à votre contrat d’épargne salariale (perp, pee, perco...) sont considérés comme un revenu ou salaire et sont donc communs au couple. Les gains devront être partagés avec l’ex conjoint. Le divorce fait partie des événements permettant de récupérer l’ensemble des droits d’un contrat d’épargne salariale.

Livret d’Epargne : une épargne alimentée avec des fonds communs

Les livrets d’épargne qu’ils soit réglementés (livret a, livret B, livret bleu, ldd, codevi, cel, pel, lep) ou fiscalisés, il sont le plus souvent alimenté par des revenus communs au couple.

En cas de séparation sans contrat de mariage, le capital de livret d’épargne devra être partagé entre les conjoints. Néanmoins si un livret à été alimenté avec de l’argent propre, il faudra le prouver pour pouvoir conserver le capital.

Si le divorce ne fait pas partie des causes de fermeture obligatoire d’un produit d’épargne, si vous qui souhaitez poursuivre votre épargne, votre contrat devra être délesté de la moitié de son capital afin de dédommager votre ex conjoint.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Finance : les incidences (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également

Enregistrer au format PDF Téléchargez cet article (PDF)