Crise financière : Les solutions pour protéger votre épargne

Publié le , mis à jour le

En ces temps de crise financière, investir est de plus en plus incertain, alors comment faire pour protéger son épargne sans risque ? Le guide indépendant de l’épargne vous donne quelques pistes...
Crise financière : Les solutions pour protéger votre épargne
©stock.adobe.com

L’épargne sans risque ?

Avec la crise financière, les placements sans risque sont très recherchés. Exit les placements boursiers, unités de compte, obligations et autres fonds à formule... Les financiers ont horreur de l’inconnu, et les dernières actualités sur le traitement de la dette grecque n’est effectivement pas rassurante.

Alors que pendant de nombreuses années les obligations d’Etat avaient la réputation d’être des placements sans risques, dotés d’une rémunération supérieure au reste des produits d’épargne "sûrs", la crise de la dette souveraine de la zone euro est venu bousculer les conventions.

Ces placements sont devenus risqués et il convient donc de se tourner vers d’autres pistes.

Dans ces conditions, comment mettre à l’abri son épargne aujourd’hui ?

Garantie bancaire : Multiplier ses banques pour diviser ses risques !

Si aujourd’hui toutes les banques françaises sont en bonne santé, compte-tenu de l’incertitude de la crise actuelle, personne ne peut prédire comment elles se porteront demain. Afin d’anticiper d’éventuelles difficultés, multiplier ses comptes bancaires dans différentes banques peut être une solution pour diviser ses risques.

Au niveau de la législation, il est important de rappeler que les sommes déposées (livrets, pel, comptes à termes) dans les banques sont protégées par le Fonds de garantie des dépôts à hauteur de 100 000 € par établissement [1].

Le livret a est quand à lui garantie par l’Etat jusqu’à 19 125€ alors que l’épargne investie en assurance-vie dans une société agréée en France est couverte par le fond de garantie des assurances à hauteur de 70 000€ par compagnie d’assurance.

Epargne sans risque : Choisir le produit adapté à son horizon de placement

Epargne garantie : Les livrets réglementés

La première chose à faire et sans doute la plus simple, c’est de se tourner vers l’épargne réglementée. livret a, ldd (livret de développement durable) ou lep (Livret d’épargne populaire) sont sûrs, sans frais et surtout exonérés d’impôts.

Avec un rendement toujours supérieur à l’inflation, ces livrets constituent de véritables tirelires pour votre épargne de précaution et sont quasiment aussi liquides que votre compte courant.

Depuis le 1er Aout 2011, les taux du livret A et du ldd sont passés à 2,25% et le lep ( destinés aux personnes ne payant que peu d’impôt) à 2,75%.

Cependant, leur faible plafonnement (19 125€ pour le livret A, 12 000€ pour le LDD et 7 700€ pour le LEP) en font des solutions limitées.

Infos Plus : livret défiscalisés

Les livrets bancaires fiscalisés et part sociales

Les livrets bancaires sont une autre solution. Proposés par l’ensemble des banques en plus des livrets réglementés, ces livrets bancaires ont généralement un rendement peu attractif compris entre 1,25 et 2% brut.

Cependant, de nombreuses banques régionales proposent à leurs adhérents certaines offres plus attractives mais généralement elles aussi plafonnées à quelques milliers d’euros.

Les banques mutualistes comme le crédit agricole ou la Caisses d’épargne proposent quand à elles des parts sociales, c’est à dire des simulacres "d’actions" qui donnent droit chaque année au versement d’un intérêt en fonction des résultats de l’établissement.

En 2011, cet intérêt était ainsi compris entre 2,80 et 3,50% et soumis à une fiscalité favorable puisqu’assimilée à des dividendes. Vous aurez donc ainsi droit à un abattement forfaitaire de 40% et fixe de 1525€ pour une personne seule. Ainsi, en se basant sur un intérêt de 3%, vous pourrez épargner 84700€ sans payer d’impôt.

Infos Plus : livrets bancaires

Les dépôts à termes ou comptes à termes

Si vous disposez d’une somme importante dont vous être certain de ne pas avoir dans les mois à venir vous pouvez ouvrir un compte à terme.

Ces placements sont des comptes bloqués allant de 3 mois à 3 ans et vous assurant des rémunérations avantageuses et surtout peu plafonnées.

Attention cependant, ces comptes ne sont véritablement intéressants que pour une durée d’engagement allant au delà d’un an et leur rémunération est bloquée de sorte qu’en cas de hausse des taux d’intérêts de court terme, votre rémunération ne changera pas.

De plus, ces comptes doivent être menés à leur termes pour bénéficier de la totalité de leur rémunération. En cas de retrait anticipé de votre épargne une pénalité importante sur vos intérêts vous sera prélevée rendant le placement très peu rentable.

Les "superlivrets" et la chasse aux promotions

Les "superlivrets" sont des livrets d’épargne proposés dans la plupart des cas par des banques en lignes, et qui proposent des taux promotionnels très attractifs pendant de courtes périodes (entre 3 et 6 mois).

Généralement accessibles lors d’une première ouverture de compte, ces taux promotionnels peuvent atteindre 5% de [a[taux d’intérêt]a] brut pendant quelques mois en s’appliquant à des sommes plafonnées mais bien plus élevées que celles des livrets réglementés.

Avec des versement minimaux généralement assez faibles et aucun engagement, ces superlivrets peuvent donc faire l’objet d’une véritable chasse aux bonnes affaires pour profiter au maximum de leurs taux promotionnels. Cependant, lorsque cette période prend fin, les taux retombe souvent assez bas (proche des 1,20-1,50% net) et deviennent donc beaucoup moins intéressants.

De plus, les offres étant limitées à des premières ouverture de compte cette solution n’est pas viable à long terme mais seulement pérenne pendant environ 2 ans et en jonglant habilement entre les différentes offres.

Fonds euros et assurance-vie

Enfin, la dernière solution s’appuie sur le placement préféré des Français en dehors du livret A : l’assurance-vie.

Ce sont les fonds en euros qui font de cette solution une option intéressante pour sécuriser votre épargne en temps de crise. En effet, bien que les fonds en euros détiennent souvent un grand nombre d’obligations, celles-ci sont conservées jusqu’à leur échéance et sont ensuite remboursées à leur valeur d’origine. L’exposition des fonds euros en obligations d’Etat reste faible, la décote appliquée sur les obligations grecques n’auront donc qu’un impact limité.

L’assurance-vie assure des rendements très intéressants, malgré la baisse attendue pour 2012, grâce à un régime fiscale très favorable sur vos intérêts, qui vous exempt d’impôt (dans la limite de 4600€ par an pour une personne seule) pour un contrat de plus de 8 ans (seul les prélèvements sociaux de 15,50% s’y appliquent) et un taux d’imposition réduit à 15% sur les retraits pour des contrats âgés de 4 à 8 ans.

En prenant un taux de rendement de 3,25%, taux arbitraire qui peut être plus élevés selon les contrats, mais rarement plus faible ces dernières années, (net de frais de gestion), les intérêts net s’établissent à 2,81% pour un contrat de plus de 8 ans et 2,39% pour un contrat de 4 à 8 ans.

Pour des placements inférieurs à 4 ans l’assurance-vie est donc beaucoup moins intéressante et il conviendra de bien choisir des contrats d’assurance-vie sans frais d’entrée et avec des frais sur versements faibles.


[1Vous pourrez donc en bénéficiez plusieurs fois en répartissant votre argent entre plusieurs établissements bancaires

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Crise financière : Les (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également