Placements : Epargner à deux est-il intéressant ?

Publié le

Placement épargne : Epargner à deux ou chacun de son côté ? Si la grande majorité des couples partagent leur compte bancaire et empruntent conjointement, ce n’est pas forcément le cas pour les placements d’épargne. Est-il possible d’épargner à deux ? Est-ce avantageux ?
Placements : Epargner à deux est-il intéressant ?
©stock.adobe.com

Placement épargne : l’épargne conjointe

  • Les livrets défiscalisés : Les livrets défiscalisés (ldd, livret a, lep), sont nominatifs, ils ne peuvent donc pas être souscrits de manière conjointe. Cela n’aurait de toute façon aucun intérêt, bien au contraire. Il n’est autorisé qu’un livret par personne, en possédant chacun son propre livret cela permet de doubler le plafond de dépôt.
  • Super-livrets d’épargne : A l’inverse des livrets défiscalisés, certains livrets épargne non réglementés peuvent être ouverts en compte joint. Il est cependant préférable d’ouvrir les livrets ou comptes épargne individuellement afin de profiter doublement des avantages, particulièrement en période de promotion ou certaines banques en lignes proposent des bonus et des taux canons à l’ouverture.
  • Epargne Logement : Il n’est pas possible d’ouvrir ni un pel, ni un cel , de façon conjointe. Par contre en ouvrir un chacun présente un avantage en cas d’achat immobilier. Cela permettra de cumuler la prime d’état et d’augmenter le montant du prêt si le plafond n’est pas atteint avec un seul pel.
  • Compte-titres : Un Plan épargne en action (pea) ou un compte titre classique peut être souscrit entre conjoint, pacsés ou concubins.
    Mais il est plus avantageux de les ouvrir séparément. tout d’abord parce qu’ une gestion solidaire de ce type de produits peut être difficile et sources de conflits. Et en second plan, partager ses capitaux sur 2 pea, permet en cas de coup dur de liquider l’un des deux sans perdre en totalité les avantages fiscaux des sommes investies.
  • Assurance-vie : Un contrat d’assurance-vie peut tout à fait être souscrit conjointement. Cela peut d’ailleurs être avantageux en cas de décès de l’un des deux assurés. En effet, depuis le 29 juin 2019, l’assurance-vie est intégrée à la succession du conjoint survivant. Une souscription jointe permet d’éviter cela, en comme premier bénéficiaire le conjoint survivant et en précisant que le contrat se dénouera au premier décès.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Placements : Epargner à (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également