Epargne retraite : Quel système de rente choisir ?

Épargne retraite : quelle rente viagère choisir ? © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
Epargne retraite : De nombreux produits d’épargne retraite proposent, ou imposent, une sortie en rente au terme de la phase d’épargne. Faire le bon choix entre les différentes options de rente n’est pas aisé, d’autant plus qu’il faut tenir compte des différences de fiscalité d’un type de contrat à l’autre. Quelle rente choisir ?

Publié le , mis à jour le

Epargne retraite : les différentes options de rente viagère

Une rente est le versement régulier d’un revenu, calculé sur la base d’un capital acquis grâce à une période d’épargne. Plusieurs produits d’épargne (PERP, PERCO, Assurance-Vie, PEP, madelin, PER Individuel ou PER collectif...) vous proposent de percevoir une rente viagère à l’issue de votre contrat. Les différentes options de rente sont les suivantes :

  • Rente viagère classique : la rente viagère est la rente de base, elle est versée périodiquement à une personne à partir de la retraite, lui garantissant ainsi un complément de revenus jusqu’à sa mort.
  • Rente viagère réversible : rente viagère avec option de réversion. Elle garantie, en cas de décès de l’assuré, le reversement d’un pourcentage du montant de la rente au conjoint désigné, afin de préserver son niveau de vie. Le montant de la pension de réversion allouée est calculé selon un taux de réversion qui est exprimé au moment de la transformation en rente. En l’absence de conjoint, la rente sera reversée au profits de l’ex-conjoint.
  • Rente à annuités garanties : La rente à annuités garanties permet d’assurer un complément de revenu régulier sur une durée définie au préalable.
    La durée de versement est fixée librement par l’assuré, 5, 10 ou 15 ans mais est tout de même conditionnée à une règle de calcul de durée maximale : la durée annuités garanties ne pourra pas être supérieur à l’espérance de vie diminuée de 5 ans au moment de la transformation en rente. Ce calcul prend en compte l’année de naissance de l’assuré et la date de transformation du capital en rente. En cas de décès prématuré de l ’assuré, la rente continuera d’être versée à son bénéficiaire jusqu’à la date prévue initialement. Le bénéficiaire est choisi librement par l’assuré sauf pour les contrats article 83, ou la clause bénéficiaire désigne prioritairement le conjoint ou à défauts les héritiers.
  • La rente viagère par paliers : cette rente permet d’adapter ses revenus selon selon une anticipation de ses besoins personnels au moment de la retraite. L’assuré peut choisir de moduler le montant de sa rente selon des périodes prédéfinie en tenant compte d’une évaluation de ses besoins au cours de sa retraite. En effet, les ressources nécessaires sont plus élevées lorsque l’on finance toujours les études du petit dernier, que l’on a toujours des crédits en cours. L’organisme financier met à la disposition de l’assuré un outil de simulation lui permettant de définir les coefficients de majoration ou de minoration ainsi que la durée du premier palier au moment de la transformation du capital en rente.
  • Rente viagère avec garantie dépendance : L ’objectif de la rente dépendance est de protéger l’assuré en cas de survenue d’un état de perte d’autonomie durant la retraite. En cas de dépendance, le versement d’une rente complémentaire s’ajoute à la rente initiale pour permettre au retraité de faire face au charges financières liées à son état.
  • Rente survie : la rente survie permet en cas de décès de l’assuré, de garantir le versement d’une rente viagère à son enfant atteint d’une infirmité. Le versement des primes sur le contrat d’assurance-vie rente survie donne droit à une réduction d’impôt équivalente à 25% des sommes versées.
Le saviez-vous ? Le PEA (et ses déclinaisons, PEA Jeune, PEA-PME) est le seul placement, encore actuellement accessible à la souscription, permettant d’opter pour une sortie en rente viagère nette d’impôt sur le revenu ? Seuls les prélèvements sociaux sont prélevés.

Rente : comment faire son choix ?

Percevoir un complément de revenu régulier pour ses vieux jours jusqu’à son décès semble séduisant. D’autant que cela reste le seul moyen de s’assurer un complément de revenu à vie. Une sortie en capital d’un placement épargne ne permet pas de s’assureur une source de revenus à vie. Avant de faire son choix il est important de mettre l’accent sur différents points :

  • Les options de rentes proposés : Tous les produits d’épargne retraite proposant une sortie en rente en proposent par systématiquement l’ensemble des options existantes sur le marché. Si vous êtes intéressé.e par une option de rente particulière, il faudra bien s’assurer qu’elle soit commercialisée avant de souscrire.
  • Le montant de la rente : Le calcul d’une rente est très complexe : espérance de vie, taux de revalorisation, taux technique... Il est très difficile, voire impossible de connaitre précisément, le montant de la rente perçue au final. C’est d’ailleurs pour cela que ce système est boudé par de nombreux épargnants, pendant qu’ils ont avantage à sortir en capital plutôt qu’en rentes viagères.
  • Protéger ses proches : En cas de rente viagère non réversible, il vaut mieux mourir "vieux". Le capital de l’épargne étant aliéné (devenant la propriété de l’assureur) en l’échange du versement d’une rente viagère, il est communément admis qu’il faut une espérance de vie de 30 ans après sa prise de retraite afin que la rente viagère soit "rentable" pour l’épargnant.
  • La fiscalité de la rente : fiscalement parlant , tous les produits d’épargne retraite ne sont pas logés à la même enseigne. Seules les rentes issues d’un PEA ou d’un PEP sont intégralement exonérées d’impôts sur le revenu. Pour les autres, il faudra s’acquitter d’une imposition sur le revenu et des prélèvements sociaux.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Epargne retraite : Quel (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

2 commentaires

Sur le même sujet

A lire également