Aéroports parisiens : chute de 58% du trafic en mars, Air France en grande difficulté

Trafic aérien © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
Le trafic des aéroports parisiens, lourdement affectés par la propagation du coronavirus, s’est inscrit en baisse de 58,5% en mars par rapport à la même période en 2019, a annoncé mercredi leur gestionnaire Groupe ADP.

Publié le

Coronavirus : chute de 58% du trafic des aéroports parisiens en mars

En tout, 3,6 millions de passagers ont été accueillis, dont 2,5 millions à Paris-Charles-de-Gaulle et 1,1 million à Paris-Orly (-58,7%) qui a temporairement fermé ses portes le 1er avril.

Air France au bord de la faillite a le soutien inconditionnel de l’Etat

Le groupe aérien Air France-KLM a demandé à l’Etat français plusieurs milliards d’euros de "cash immédiat" afin de pouvoir répondre aux besoins de trésorerie d’Air France pour les quatre à cinq prochains mois face à la crise provoquée par l’épidémie de coronavirus, rapporte le quotidien français les Echos. Cette injection "de l’Etat français ou d’une de ses émanations" s’ajoute à une autre demande, toujours en cours de négociation, "sur des prêts bancaires garantis par la France et les Pays-Bas, pour un montant total d’environ 6 milliards d’euros (dont 4,1 milliards pour Air France) pour une période de 12 à 18 mois".

4 milliards d’euros de prêt garanti par l’Etat

Ces négociations "prennent plus de temps que prévu", notamment parce qu’Air France-KLM et les banques ne "se satisferaient" pas des 75 % de garantie proposés par l’Etat français pour le prêt à Air France, ajoutent Les Echos. Plusieurs sources avaient indiqué que le scénario le plus probable serait celui d’un emprunt pouvant atteindre quatre milliards d’euros garanti par l’Etat français pour Air France combiné à un emprunt de près de deux milliards garanti par l’Etat néerlandais pour KLM. 

Air-France KLM a la soutien de l’Etat et ne fera pas faillite

Le groupe a fait état jeudi d’un effondrement de son trafic passagers en mars, avec 3,6 millions de passagers transportés, en recul de 56,6% par rapport à mars 2019. Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a affirmé à plusieurs reprises qu’Air France bénéficierait d’un "soutien massif" de la part de l’Etat, assurant la volonté du gouvernement de "préserver cette compagnie aérienne qui est un fleuron industriel français."

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Aéroports parisiens : chute : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également