Placement en Obligations

Publié le , mis à jour le

Placement en Obligations : Placement en obligations privées ou publiques, un placement en vogue, en pleine chute des rendements des autres placements épargne... Le placement en obligations, le nouveau miroir aux alouettes ?

Placement obligataire : une nécessité pour les entreprises


Depuis mi-octobre 2008, les taux d’intérêts n’ont fait que chuter. Passant ainsi de plus de 5% à moins de 1% les taux d’intérêts, pour les taux courts, les rendements des comptes à terme, des sicav monétaires et, dans une moindre mesure, les livrets épargne ont fondu comme neige au soleil. Les investissements boursiers ont été laminés par une forte spirale baissière, poussant ainsi les épargnants à refuser toute prise de risque supplémentaire.
D’un autre côté, les banques, premières victimes de leur propre stratégie d’investissements plus ou moins hasardeux, ont dû revoir drastiquement leur exposition aux risques de marché sur leurs lignes de crédit. Bilan : de nombreuses entreprises sont prises à la gorge par un manque important de liquidités. D’un côté des banques frileuses pour prêter, dans un contexte économique difficile, de l’autre des entreprises moins fortes, menacées dans leur activités et leur développement par un manque de ressources financières.
Alors, ces entreprises, pour trouver de l’argent frais, à moindre frais, ont la possibilité de faire appel directement auprès d’institutions financières, afin de permettre aux particuliers épargnants, de prêter de l’argent, en échange d’une rémunération, cela s’appelle une obligation.

Placement en obligations : Un placement à risque de modéré à fort !


Comparer le placement en obligation aux placements garantis pour le capital, tels que le compte à terme, une sicav monétaire pure, ou encore un livret épargne est une hérésie financière.
Le placement en obligation est un placement à risque. Le risque est à trois niveaux :
- Risque sur l’émetteur :
Sera-t-il capable de procéder au remboursement du capital prêté à l’échéance ainsi que de verser effectivement les intérêts durant l’emprunt ?
Ce risque peut être largement pondéré pour les obligations publiques, émises par les gouvernements européens.
- Risque sur l’évolution des taux d’intérêts :
Une obligation à taux fixe perd de sa valeur lorsque les taux d’intérêts montent (un épargnant peut donc perdre du capital s’il revend son obligation avant l’échéance). Dans l’autre, une obligation à taux fixe prend de la valeur lors de la baisse des taux d’intérêt.
- Risque sur l’inflation :
Si l’inflation sera de 3% dans 18 mois, quel sera alors le rendement effectif de mon placement ? L’inflation vient diminuer d’autant la performance du rendement, et vient même réduire la valeur du capital prêté.

Placement en obligations : Limiter les risques sur ses placements obligataires

Taux élevé : méfiance ! Une obligation proposant du 8% de rendement doit être spécialement risquée... Sinon pourquoi l’émetteur paierait si cher pour obtenir de l’argent ? Attention, à ne pas céder aux sirènes du rendement trop vite !

Bien évidemment, limiter les risques pour ses placements, c’est accepter un gain plus faible (plus de frais de transactions, plus de gestion à effectuer, etc.), mais, au final, c’est s’assurer de ne pas tout perdre !
Nos conseils pour les épargnants souhaitant investir sur des supports obligataires :
- Investir une partie seulement de son portefeuille épargne en obligations,
La règle de prudence de l’épargnant averti. L’investissement en obligations doit apparaître dans un portefeuille épargne comme une diversification, et non comme le premier poste de placement. Par ailleurs, pour un placement obligataire il est impératif de connaître l’échéance souhaité pour son placement, c’est d’ailleurs la connaissance l’échéance souhaitée qui déterminera l’obligation à choisir, et non l’inverse.
- Choisir avec soin les émetteurs des obligations choisies,
Investir son capital sur une seule obligation, c’est prendre un risque démesuré. Plusieurs lignes obligataires sont nécessaires pour diminuer le risque portant sur l’émetteur.
Par ailleurs, plus le taux fixe d’une obligation est élevé, plus le risque est fort. Attention, l’inverse n’est pas forcément vrai, le taux fixe d’une obligation peut être faible et le risque grand quand même...
La presse spécialisée peut être également un support pour se forger son propre avis sur la pérennité des entreprises emprunteuses.
Enfin, choisir les obligations de grand groupe Français est réduire directement son risque. Choisir une entreprise étrangère dont ne vous connaissez pas même le nom ni l’activité est sans doute plus risqué...
- Préférer les obligations à taux fixe
Un bon placement est un placement simple et que l’on comprend facilement. Pour les épargnants non aguerris au fonctionnement des obligations, préférez les obligations à taux fixe. Le rendement est connu d’avance !
De nombreux types d’obligations existent, permettant d’opter pour des stratégies variées (avec option d’achats d’actions, en jouant sur la courbe de taux d’intérêts, etc.).
- Souscrire à l’émission et viser l’échéance de l’obligation, pour supprimer le risque de taux
Les obligations sont des valeurs mobilières. Le prix d’une obligation varie donc, chaque jour, après son émission. Selon son type, l’obligation sera sensible aux taux d’intérêts ou à d’autres sous-jacents. Pour l’épargnant, pour être certain de récupérer son capital dans son intégralité, il convient, sauf défaillance de l’émetteur, de porter (c’est à dire de conserver) son obligation jusqu’à l’échéance.
- Souscrire aux obligations indexées sur l’inflation, pour le long terme.
Plus l’échéance de l’obligation est lointaine plus le risque d’inflation est élevé. Certaines obligations sont indexées sur l’inflation, permettant aux investisseurs souhaitant se couvrir contre cette dernière de placer sereinement.

Placement obligataire : comment faire pour investir ?


Les obligations sont des valeurs mobilières, des titres. Pour pouvoir en posséder, il vous faut donc un compte-titres.
Chaque obligation est identifiable, comme les actions par un code ISIN.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Placement en Obligations : Publiez un commentaire ou posez votre question...