Coronavirus : les médias n’alimentent-ils pas artificiellement la psychose ?

La peur fait vendre du papier et gonfler l’audience des médias. Alors que le Covid-19 est une maladie bénigne dans plus de 80% des cas, la majorité des Français (61%) confient leurs craintes pour cette pandémie. Une peur totalement irrationnelle à la lecture des chiffres. Mais des médias aux sujets les plus anxiogènes, entre questions sur les pénuries dans les magasins d’alimentation et autres fausses informations diffusées sur les réseaux sociaux, orchestrent, au nom de cette pandémie, une véritable psychose. C’est bien de cette dernière dont il faudrait avoir peur et non du virus en lui-même...
Coronavirus : les médias n'alimentent-ils pas artificiellement la psychose ?
Coronavirus : les médias n’alimentent-ils pas artificiellement la psychose ? © FranceTransactions.com/stock.adobe.com

Publié le

Jusqu’à 50 personnes par jour en France meurent de la grippe saisonnière durant les moins d’hiver...

Si le taux de mortalité du Covid-19 est sensiblement plus élevé que celui de la grippe saisonnière (de l’ordre de 3.4% pour le Covid-19 contre seulement 0.1% pour la grippe saisonnière), le nombre de personnes décédées suite à la contamination par le virus de la grippe est sans commune mesure. Le nombre de personnes contaminées n’étant pas de la même grandeur d’échelle, plus de 2.5 millions de Français sont actuellement porteurs du virus de la grippe. Et pourtant, les Français découvrent les gestes utiles pour limiter la propagation des virus que récemment. Annulation des concerts, d’épreuves sportives, salons... Pourquoi de telles réactions ? Tout contribue à la psychose. Les médias s’en donnent à cœur joie. Pénurie dans les magasins, hausse des prix, tout y passe. Plus les sujets seront racoleurs, plus forte l’audience sera. Alors que...

Taux de mortalité du virus Ebola 83%, du SRAS 9.55% et 3.43% pour le Covid-19 au 4 mars 2020

Selon les derniers chiffres de l’OMS, 3.198 décès ont été recensés sur 93.158 cas confirmés dans le monde au 4 mars 2020, ce qui donne un taux de mortalité théorique de 3,43% pour le Covid-19. "En prenant en compte les cas asymptomatiques, le taux de mortalité du nouveau coronavirus serait bien plus proche de celui de la grippe saisonnière que du Sras !" analyse Samira Fafi-Kremer, cheffe du laboratoire de virologie au CHU de Strasbourg (propos recueillis sur France Info). Le Sras, un coronavirus très proche du Covid-19, avait en 2002-2003 contaminé 8 098 personnes dans une trentaine de pays et fait 774 morts.

Selon les chiffres officiels, la grippe saisonnière aurait été la cause de 6.800 décès en France durant l’année 2019. De son côté l’OMS a rappelé récemment, que cette même grippe saisonnière a tué 60.000 personnes en Europe chaque année.

Covid-19 : une maladie bénigne dans plus de 80% des cas

Nombre de personnes ont été contaminées et ne l’ont probablement pas remarqué. Le Centre chinois de contrôle et prévention des maladies a publié la semaine passée une étude portant sur 72 314 cas confirmés, suspects, diagnostiqués cliniquement et asymptomatiques de la pneumonie virale, constatés en date du 11 février. Il s’agit là de la plus importante enquête menée depuis le début de l’épidémie. Selon ses résultats, la maladie est bénigne dans 80,9% des cas, "grave" dans 13,8% des cas et "critique" dans 4,7% des cas.

Il n’existe ni vaccin ni médicament contre le coronavirus, et la prise en charge consiste à traiter les symptômes. Certains patients se voient malgré tout administrer des antiviraux ou d’autres traitements expérimentaux, dont l’efficacité est en cours d’évaluation.

Un gros rhume

"Cela ressemble à un gros rhume", précise Astrid Vabret, cheffe du service de virologie du CHU de Caen sur France Info. "Vous pouvez avoir un petit écoulement nasal, des signes cliniques objectifs, mais qui sont juste gênants et ne mettent pas en péril votre survie." Une légère fièvre peut également apparaître, avec des températures pouvant aller jusqu’à 38,5 °C".

"De mon point de vue, c’est un aspect rassurant, d’autant que de nombreux autres personnes peuvent avoir été infectées et ne pas présenter de symptômes – et donc passer sous le radar des médecins", confirme Samira Fafi-Kremer, cheffe du laboratoire de virologie au CHU de Strasbourg. Ce qui augmenterait singulièrement la proportion des cas bénins de la maladie.

Le coronavirus est connu depuis 2012, rien de nouveau

Pourtant un tel effet loupe sur le coronavirus ? De nombreux Français pensent encore qu’il s’agit d’un nouveau virus, dont on ne connaît rien. Le coronavirus n’a rien de récent. Identifié depuis 2012, le coronavirus est une famille de virus d’origine animale, découvert en septembre 2012 en Arabie saoudite. Cela explique notamment pourquoi de nombreux gels hydroalcooliques mentionnent le coronavirus dans la liste des virus visés pour la lutte de sa propagation. Afin de couper court aux fausses infirmations diffusées sur les réseaux sociaux, la pandémie de 2019, d’où le nom de Covid-19, n’était de fait pas attendue.

Et pourtant, le Covid-19 inquiète les Français bien plus que la grippe A/H1N1

Le Covid-19 inquiète près de deux tiers des Français sondés. C’est plus que d’autres épidémies comme la grippe A/H1N1 de 2009, selon un sondage Ifop pour le site d’information santé llicomed.com, publié vendredi 28 février. A cette date, 61% des personnes interrogées font part de leurs inquiétudes pour elles et leur famille, selon cette enquête réalisée au lendemain de l’annonce du premier décès français de la maladie, le 26 février. Il s’agit d’un niveau record comparé à d’autres crises sanitaires comme la grippe aviaire de 2005-2006 (environ 35% de Français inquiets), la grippe A/H1N1 de 2009 (35%) et le virus Ebola (55% en 2014), détaille le sondage.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Coronavirus : les médias (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

5 commentaires

  • Oui, les medias alimentent artificiellement la psychose. C’est indéniable. Ils versent dans le sensationnalisme pour faire vendre.
    Que l’on ne vienne pas nous faire croire que le coronavirus est une maladie, une épidémie et une pandémie. Car ce n’est ni une maladie, ni une épidémie ni une pandémie. C’est juste un virus hivernal qui circule, comme le virus de la grippe dite classique. Bien sûr qu’il faut respecter les règles d’hygiène. Bien sûr qu’il faut suivre les recommandations préconisées par le Ministère de la Santé, les autorités sanitaires telles que l’IVS chez nous et l’,OMS. Mais il ne faut pas avoir peur, ni s’inquiéter outre mesure.
    Non, le cornavirus n’est pas une pandémie. Nous pouvons parler d’une crise sanitaire majeure auquelle la Chine se retrouve confrontée, Le monde entier retient son souffle. Et tremble face à l’éventualité d’une nouvelle crise économique et face à l’éventualité d’une nouvelle récession en raison de cette crise sanitaire.
    Une crise qui a pour point de départ la ville de Wuhan (Province de Hubei). Elle aurait commencé en novembre 2019, et les médias du monde entier n’en ont parlé qu’il y a quelques semaines, sachant que les festivités du Nouvel An Chinois marquant l’Annee du Rat allaient débuter. Ces festivités ont été finalement annulées.
    Le cas de figure le plus probable et le plus plausible est la pollution atmosphérique. Tout autant que ce virus, la pollution atmosphérique constitue un grave problème de santé publique. Les particules fines sont la cause d’affections respiratoires plus ou moins sévères.
    La ville de Wuhan est, dit-on, l’une des villes les plus polluées au monde et la République Populaire de Chine est, dit-on, l’un des pays les plus pollués au monde. N’oublions pas les incendies ayant ravagé la forêt amazonienne au Brésil et les incendies ayant ravagé des hectares de forêts en Australie. Ces gigantesques incendies ont dégagé des fumées hautement toxiques et chargées de CO2. Des villes comme Sao Paulo au Brésil et Sydney en Australie ont été plongées dans l’obscurité à cause de ces fumées. Les habitants de ces villes suffoquaient ou presque, et se sont rendus chez le médecin pour la plupart, car ils avaient des craintes pour leur santé. Ces fumées ont atteint la Nouvelle-Zélande et, probablement, la Chine, rendant l’air encore plus vicié et l’aggravation des affections respiratoires. La gestion de cette crise sanitaire et, à mon avis, environnementale, aurait dû être mieux gérée. Et ce, dès le début. Or, cette gestion a été totalement foireuse. Résultat : des gens ont été sacrifiés, et d’autres se retrouvent avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Bizarrement, aucune personnalité spirtive, politique ou autre, n’est malade et n’est porteuse du cornavirus. Tout aussi bizarre est le fait que certains événements, certaines manifestations et certaines compétitions soient annulées, suspendues et / ou reportées, alors que d’autres ont été maintenues. Tout aussi bizarre est le fait que des séjours (notamment scolaires) ont été annulés et / ou suspendus jusqu’à nouvel ordre alors que d’autres ont été maintenus. Tout aussi bizarre est le fait que des écoles, des collèges et des lycées soient fermés alors que les entreprises restent ouvertes et que les gens se rendent à leur travail. Tout porte à croire que le gouvernement, l’IVS, le Ministère de la Santé, les maires et les préfets ont foiré leur communication. Les uns comme les autres auraient maintenir certains événements, manifestations et compétitions au lieu de les annuler, de les suspendre et de les reporter, de laisser les établissements scolaires au lieu de les fermer et de maintenir certains voyages (notamment scolaires) au lieu de les annuler, de les suspendre jusqu’à nouvel ordre et de les reporter. Les uns et les autres auraient dû préconiser aux voyageurs de différer leur séjour en République Populaire de Chine et sur le Continent Asiatique le temps que la situation se tasse et revienne à la normale.
    Les uns comme les autres auraient dû recommander aux personnes malades de ne pas se rendre à tel ou tel événement, telle ou telle manifestation et telle ou telle competition et de rester chez elles jusqu’à ce qu’elles soient complètement guéries. Le pire, c’est la rechute.
    Les médias ont raconté qu’une Japonaise qui avait soi-disant le coronavirus était tirée d’affaire et qu’elle à nouveau malade. Ce qu’ils oublient, c’,est que cette pauvre femme avait contracté la grippe dont elle était guérie, mais qu’elle a fait une rechute.
    Quand à l’histoire du Diamond Princess, elle est tout aussi louche : des passagers sont restés confinés pendant des heures voire pendant des jours à l’intérieur de ce navire alors que seuls quatre passagers sont décédés. Imaginez le cauchemar et l’enfer qu’ont dû vivre ces passagers !
    Les médias mentent et manipulent les masses. Les politicards mentent . Bref , tout le monde ment, ou presque. Mensonges et manipulation de l’info, manipulation des chiffres, j’en passe et des meilleures et des pires. Pour moi, comme pour beaucoup d’autres, il y a anguille sous roche. Tout pue la manipulation et l’arnaque à plein nez. Qui va payer ?
    Quoi qu’il en soit, cette crise d’une ampleur peut-etre jamais vue, va avoir de lourdes conséquences sur l’économie mondiale. Mais elle va avoir aussi quelques avantages. Je serai incapable de vous dire lesquels.
    Personnellement, je n’ai pas peur, mais c’est la manière dont les médias traitent le sujet et les images diffusées en boucle sur les chaînes infos, dans les JT, dans la presse écrite, sur les réseaux sociaux et des vidéos postées sur les plateformes de visionnages de vidéo type YouTube qui m’effraie.
    Et s’il y bien une pandémie qui se propage, c’est bien la pandémie de la peur et de la connerie. Et s’il existe des virus qui circulent autant que le coronavirus, ce sont le couillonavirus, le virus de la peur et le virus de la connerie.

    Dernière chose : notre pays, et certains pays du globe, sont en pleine période électorale, et certains politiciens se servent de ce virus comme prétexte soit à des fins electirales
    Ce que racontent les grands médias n’est pas la vérité. Concernant cette histoire, tôt ou tard, la vérité éclatera, et elle fera très mal.

    Répondre à ce message

    • Ce sont des conditions hydriques, thermiques, des problèmes de salubrité liés à l’hygiène et à la pollution qui génèrent le virus transmissible par toutes les muqueuses donc par les oreilles aussi (et oui !).Rien de nouveau, les politiques nous ont habitué aux crises, aux grippes et aux allergies.Même si le confinement est une solution vraiment acceptable, sa mauvaise organisation et la répression qui peut y être associée sont intolérables.

      Répondre à ce message

    • Merci pour ce papier réaliste et complètement à contre-courant de la présumée "information" classique. Ca rejoint ce que j’en pense depuis le début à savoir qu’il n’y a pas de raison de paniquer et encore moins de confiner les gens chez eux. Car on peut noter que les pays qui ont confiné le plus sévèrement sont aussi ceux qui totalisent le plus gros pourcentage de décès. A l’inverse, la Corée du Sud qui n’a jamais confiné n’a même pas eu 100 morts.Sans tomber dans le piège du complotisme d’Etat, on peut quand même relever des points surprenants. En Belgique, cette crise a permis au gouvernement intérimaire d’obtenir des pouvoirs spéciaux qui vont lui permettre de faire passer des Lois ni vu, ni connu. En France, où le gouvernement patauge tout en ayant aussi des pouvoir accrus, Macron a fait sauter le fusible Buzyn pour se prémunir de tout reproche(à mon avis c’est raté...). Tout ça est plus que louche et j’espère vivre assez vieux pour savoir le fin mot de l’affaire, car affaire il y a, j’en suis persuadé.Toujours est-il que quand je sors de chez moi, tout est normal, les gens vont et viennent comme si de rien n’était. Le virus, il est surtout dans les médias et je ne serai pas étonné si on apprenait un jour qu’ils ont artificiellement gonflé le nombre de décès(décès au sujet desquels on ne sait strictement rien) pour pouvoir maintenir la pression. "Celui qui contrôle la peur des gens devient leur maître" disait Machiavel et les télés le confirment en incrustant un "Restez chez vous". Il serait plus juste qu’ils écrivent : "restez chez nous".

      Répondre à ce message

    • les-chiffres-c’est-bien-connus-on-peut-leur-faire-dire-n’importe-quoi-voire-les-transformer-en-ballons-de-baudruche-les-medias—sont-devenus-les-serviteurs-zeles-de-leurs-maitres(gouvernements-mondiaux)-ceux-ci-ne-sont-plus-independants-ils-sont-carrement-devenus-dependants-faire-peur-a-la-population-ça-leur-va-bien-quelqu’un-a-tres-------justement-dit ;

      Répondre à ce message

Sur le même sujet

A lire également