Vins : quelles sont vos connaissances ? AOP, IGP ? Sec, demi-sec, doux ?

Vins : quelles sont vos connaissances ? © stock.adobe.com
Amateur.e de vin pour votre consommation et/ou l’investissement, faîtes-vous vraiment la différence entre ces notions ? Sec, demi-sec, doux ? AOP, IGP ? Décryptage.

Publié le

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

Quelles sont les différentes catégories de vins ?

Il existe 2 catégories de vin :

  1. les vins sans indication géographique (VSIG) qui correspondent aux anciens vins de table et les vins avec indication géographique (IG).
  2. Les vins avec une indication géographique ou une appellation contrôlée.

Certains vins ne font apparaître aucune appellation d’origine protégée (AOP) ou indication géographique protégée (IGP) sur leur étiquette. Ils répondent néanmoins à une catégorie spécifique anciennement dite « vin de table » et qu’on appelle aujourd’hui « vin sans indication géographique (VSIG) ». Cette catégorie a l’obligation de faire apparaître sur l’étiquette la mention du pays de provenance où les raisins ont été collectés et transformés, ainsi que la catégorie de produit de la vigne à laquelle ces vins appartiennent (vin, vin mousseux, etc.).
Ainsi, les vins sans indication géographique et produits en France, ont pris l’habitude de faire apparaitre la mention « vin de France ».

Depuis 2009, les vins sans indication géographique disposent d’une autorisation à faire figurer sur leur étiquette le cépage et le millésime, sous réserve d’un agrément spécifique de l’opérateur et d’une certification des vins par FranceAgriMer.

Les vins avec une indication géographique ou une appellation contrôlée

Cette catégorie correspond à des vins dont les raisins sont récoltés et vinifiés au sein d’une aire géographique définie, en respectant des conditions de production établies dans des cahiers des charges. Il existe 2 sous-catégories :

  1. L’appellation d’origine protégée (AOP) : La mention AOP sur une étiquette signifie que le vin est lié à un terroir et un savoir-faire spécifiques. Pour faire figurer ce sigle à valeur européenne, le vin doit au préalable obtenir l’équivalent français de cette mention, l’appellation d’origine contrôlée (AOC) auprès de l’INAO. Ce n’est qu’une fois l’AOP acquise que le produit pourra être inscrit dans le registre européen des dénominations protégées (placé sous l’autorité de la Commission européenne) et jouir d’une protection dans l’ensemble de l’Union européenne.
  2. L’indication géographique protégée (IGP) : L’IGP se base également sur le rapport du produit à un territoire donné et répond aux mêmes contraintes d’enregistrement au niveau national et européen. Les conditions de production sont cependant moins contraignantes (pas de délimitation parcellaire comme dans les AOP, choix plus large de cépages, etc.).

Sondage en ligne : investissez-vous sur le vin ?

Quelles sont les mentions obligatoires des bouteilles de vin ?

Pour qu’un vin respecte la réglementation, il doit obligatoirement faire apparaître sur son étiquette les éléments ci-dessous :

  • La dénomination de vente
  • Pour un vin avec indication géographique : mention « appellation d’origine protégée » ou « indication géographique protégée » + dénomination protégée. Il faut savoir que la réglementation européenne permet aux opérateurs de remplacer les mentions « appellation d’origine protégée » et « indication géographique protégée » par « appellation d’origine contrôlée » et « vin de pays ».
  • Pour un vin sans indication géographique : mention de la catégorie de produit de la vigne + pays de provenance. Exemple : vin de France, vin mousseux d’Espagne.
  • Le titre alcoométrique volumique acquis (TAVA). Il s’agit du pourcentage d’alcool (en unités ou demi-unités). Exemple : 14 % vol.
  • Le volume nominal : Il s’agit du volume de liquide censé être présent dans le contenant.
  • La provenance : L’indication de la provenance se fait sous les formes suivantes : « vin de/du/des/d’ », « produit en/au/aux/à » ou « produit de/du/des/d’ », ou des termes équivalents, complétés par le nom de l’État membre lorsque les raisins sont récoltés et transformés en vin sur ce territoire.

Volumes imposés en France selon la catégorie de vin

Catégorie de vinIntervalle concerné exprimé en mLQuantités nominales autorisées exprimées en mL
Vin tranquille100 – 1500100 - 187 - 250 - 375 - 500 - 750 - 1000 – 1500
Vin jaune100 – 1500620
Vin mousseux125 – 1500125 – 200 – 375 –750 –1500
Vin de liqueur125 – 1500100 – 200 – 375 – 500 – 750 – 1000 – 1500

Mentions autorisées pour les vins français

Pour les vins français, la réglementation européenne permet les mentions suivantes : « Vin de France », « Produit en France », « Produit de France ».
Pour les vins bénéficiant d’une AOP ou d’une IGP, les mentions utilisées sont communément « produit en France » ou « produit de France ».
Les vins sans indication géographique sont quant à eux étiquetés « vin de France ».

Les informations relatives à l’embouteilleur

L’embouteilleur est défini comme la personne physique ou morale, ou le groupement de ces personnes, qui procède ou fait procéder pour son compte à l’embouteillage. Il découle de cette définition que l’embouteilleur n’est pas nécessairement celui qui met physiquement les vins en bouteilles mais celui qui en a la responsabilité.

La présence d’additifs ou d’allergènes

Le principe est que les substances allergènes doivent être mentionnées dans l’étiquetage des vins dès lors qu’elles sont détectables. L’étiquetage est obligatoire lorsque les sulfites sont présents en quantité supérieure à 10 mg/l.

Indication de la teneur en sucre

Indication de la teneur en sucre pour les vins mousseux, les vins mousseux gazéifiés, les vins mousseux de qualité et les vins mousseux de qualité de type aromatique.

  • Brut nature : teneur en sucre < 3 g/l et absence d’ajout de sucre après la prise de mousse
  • Extra brut : teneur en sucre entre 0 et 6 g/l
  • Brut : teneur en sucre < 12 g/l
  • Extra-sec : teneur en sucre entre 12 et 17g/l
  • Sec : teneur en sucre entre 17 et 32 g/l
  • Demi-sec : teneur en sucre entre 32 et 50 g/l
  • Doux : teneur en sucre supérieure à 50 g/l

Le numéro de lot

Il peut être constitué de chiffres ou de lettres et est précédé de la lettre « L », sauf dans le cas où cette mention se distingue clairement des autres indications d’étiquetage. Ce numéro de lot indélébile doit être porté sur l’étiquetage ou sur le contenant de façon visible et lisible. Il ne doit être ni gratté ni effacé.

Le message sanitaire (boissons > 1,2 % d’alcool)

Il s’agit du message ou pictogramme déconseillant la consommation d’alcool pour les femmes enceintes. Il doit être placé à proximité du titre alcoométrique volumique acquis.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Vins : quelles sont vos (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également