Rentier : combien faut-il au minimum pour le devenir ?

Publié le , mis à jour le

Vous rêvez de ne plus travailler et devenir rentier ? Quel capital faut-il au minimum pour pouvoir le devenir ? Combien faut-il détenir en capital financier productif pour percevoir l’équivalent de 2 SMIC nets par mois, à vie ? Tout en préservant son capital, sans souci d’inflation ou de chute des marchés boursiers...

Devenir rentier et nouvelle fiscalité 2018 : c’est plus facile maintenant !

L’année 2018 restera unique. Les traitements et salaires ne seront pas imposables sur le revenu en 2018, effet direct de la mise en place du prélèvement à la source au 1er janvier 2019. Mais ne considérons pas ce point, car il ne s’agit pas d’être rentier durant une seule année, mais jusqu’à la fin de ses jours ! 2018 est aussi l’année de la fin de cette imposition stupide des produits du capital au même niveau que ceux tirés du travail. Là, c’est un vrai bon point. Ainsi, avec la Flat Tax, les rentiers sont gagnants. De même, la fin de l’ISF est tout bénéfique. Les rentiers n’auront qu’un arbitrage à effectuer dans leurs classes d’actifs afin de ne plus dépasser ce redouté seuil de déclenchement de l’IFI.

Devenir rentier : Simulations

Combien faut-il pour devenir rentier ?
Données financières de votre situation
capital
Capital financier détenu productif, utilisable pour devenir rentier. Ce capital sera placé, tout en limitant l'exposition aux risques, et abondé chaque année pour annuler l'effet de l'inflation
capital immobilier
Montant de vos avoirs immobiliers, biens physiques ou pierre-papier (SCPI,SCI,OPCI inclus). Cette information permet uniquement de calculer votre imposition à l'IFI. Pensez à déduire 30% de votre résidence principale.
capital immobilier
Montant de vos revenus (traitements et salaires) actuels. Notez qu'un rentier vit de ses rentes et ne travaille plus. A terme, ce poste devra donc être à 0 !
parts fiscales
Utile uniquement pour le calcul du montant de l'IR.
inflation
Dernier taux de l'inflation annuel connu. Chaque l'inflation vient diminuer la valeur du capital placé. Il faut donc versé une somme équivalente à cette dépréciation de valeur pour conserver un capital intact.
%
rendement
Rendement moyen réel net de tous frais (avant application de la fiscalité), inflation déduite, de vos différents actifs financiers ou immobiliers.
%
Revenus bruts issus du placement
Application de la fiscalité 2018 sur le patrimoine et les éventuels revenus
PFU / Flat Tax
Flat Tax
Application de la Flat Tax (PFU) sur les produits des placements financiers.
IR - Impôts 2018 sur les Revenus
IR
Imposition des traitements et salaires. Le "vrai rentier" ne travaille pas et n'a donc pas de revenus imposables sur les traitements et salaires.
IFI - Impôt Fortune Immobilière
IR
IFI : Votre patrimoine immobilier ne sera pas imposable à l'IFI tant que tous vos avoirs immobiliers (physique, mais aussi financiers (SCPI,SCI,OPCI)) ne dépasse pas 1.3 million d'euros. Les biens immobiliers professionnels ne sont pas concernés.
Augmentation de capital (lutte contre la dépréciation)
rendement
Montant de l'abondement à effectuer sur le capital de départ afin de le préserver de l'inflation. Sans cette action, le capital initial n'est pas préservé, la situation de rente n'est pas perpétuelle.
Total des charges
revenus
Montant total des prélèvements à effectuer sur les produits du patrimoine, à savoir : les éventuels IR, IFI, ainsi que la Flat Tax sur les produits financiers ainsi que l'éventuel abondement du capital pour annuler l'inflation.
Taux de taxation global
Taux total des prélèvements (fiscalité, inflation, abondement pour reconstituerr le capital) sur les revenus tirés du capital productif.
%
Revenus du rentier
revenus
Rente mensuelle, net de toute fiscalité et d'inflation. Vous pouvez fixer le montant souhaité, le simulateur va calculer le capital nécessaire, si les paramètres choisis le permettent.

Rentier : combien me faut-il pour gagner ma vie sans travailler ?

© fotolia.com

Qui n’a jamais rêvé d’arrêter de travailler pour devenir rentier ? Passer ses journées à se faire dorer la pilule et à boire des mojitos sur le bord d’une piscine est attirant, mais cela a un prix ! Etre rentier : c’est quoi pour vous ?
Etre rentier, par définition, c’est vivre de ses rentes, de façon perpétuelle. Le capital est placé, et seul son rendement, permet de percevoir des revenus suffisants pour ne pas avoir à travailler. Il est donc important que le capital soit placé, tout en s’assurant que le capital ne soit jamais impacté à terme, sans quoi, en cas de mauvaise fortune (chute de l’immobilier, chute de la bourse, etc.), il n’y aura plus de rentier...

L’inflation, l’ennemi n°1 du rentier !

Le souci n’est pas tant de trouver des solutions d’investissements procurant un rendement récurrent de 3.50%. Des SCPI peuvent faire l’affaire. Mais le souci est bel et bien l’inflation. Cette inflation annuelle qui vient grignoter le capital chaque année. Elle vient non seulement amoindrir les rendements perçus des produits, mais il convient également de recapitaliser son capital financier productif chaque année, afin de conserver un capital constant. C’est la double peine ! Sans cette précaution, la rente ne sera alors pas perpétuelle...

Rentier et rentier : Modeste rentier, c’est gagner combien par mois ?

Restons modeste. Dans notre imaginaire, un rentier est une personne très riche qui ne sait que faire de son argent. Partons plutôt dans l’idée, que nous devenons rentier. Restez réaliste pour placer votre exigence de revenus : il vous faudra gagner au minimum l’équivalent de 2 SMIC net par mois, soit 2.376 € net par mois en 2018. Cela peut ne pas paraître beaucoup, mais vous verrez déjà que pour obtenir ce revenu "modeste", il faut déjà un capital conséquent.

Avec nos petits calculs, en 2018, avec la nouvelle fiscalité (Flat tax/IFI), et compte-tenu de l’inflation de 1.20%, il faut avoir un capital de 2.28 millions d’euros, capable de produire un rendement de 3.50% pour atteindre cette objectif de pouvoir se verser 2.385€ net par mois... De façon perpétuelle en théorie...

Rentier, des impôts à payer à tous les niveaux !

Depuis 2018, les choses vont mieux pour les rentiers. Ainsi les intérêts ne sont plus soumis à la même taxation que les revenus du travail, puisque la flat tax s’applique. De même, l’ISF est supprimé, très bonne chose, puisque cet impôt était le principal frein à l’établissement d’une rente financière. En revanche, pour les fans de l’immobilier, l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) peut leur jouer des tours. Même la pierre-papier étant soumise à l’assiette de l’IFI, il faudra donc au rentier placer avec intelligence afin de ne jamais dépasser le seuil de déclenchement de l’IFI (1.3 million d’euros).

Rentier à partir de 2.280.000 €, mais pas sans risque...

C’est bien gentil tout cela. Mais c’est assez théorique. Comment obtenir un rendement de 3.50% en 2018 ? Tout en misant pas sur les hasards boursiers ? Plusieurs pistes existent, mais elles n’excluent pas une prise de risque minimale.

- Limiter son patrimoine immobilier sous le seuil de déclenchement de l’IFI
Compte-tenu du fait que vous ne devez pas excéder 1.3 millions d’euros en capital immobilier, vous pourriez, en prenant un risque modéré, placer une partie du capital financier productif, de l’ordre de 1 million d’euros sur des SCPI. Les meilleures SCPI ont servi des revenus, versés parfois même mensuellement, de l’ordre de 6% brut en 2017.

- Fonds profilés équilibrés en assurance-vie
Une autre partie de votre capital pourra être placé sur un fonds profilé, équilibré ou dynamique) dont les rendements nets avoisinent en moyenne les 5%. En jouant avec les contrats d’assurance-vie, et en maximisant l’abattement sur les produits, vous pourrez réduire de façon significative votre fiscalité.

- Fonds euros performants, pour sécuriser le capital à terme, et servir de poche de trésorerie.
Évidemment le solde sera placé sur un ou plusieurs fonds euros performants (cf liste des meilleurs fonds euros), afin de sécuriser le capital à terme, sur un horizon de placement très lointain, puisque votre objectif est d’être rentier à vie.

Vous aurez noté que vous êtes multi-millionnaires et pourtant ne percevez que 2 SMIC par mois. Certains ne le sont pas, et toucheront plus que vous tous les mois !

Sur le même sujet

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Rentier : combien faut-il (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

8 commentaires

  • Bonjour,

    Si je possède 4 000 000€, j’achète une maison cash de 330 000€ - 30% = 231 000€ Pour la partie capital immobilier.

    Donc la maison doit être décompté du capital financier productif ? Soit 3 670 000€ en Capital financier productif ?
    Mais imaginons que j’ai des parts en SCPI, SCI disons 1 000 000€ que j’ajoute au capital immobilier soit 1 231 000€ avec la résidence principal, je les décompte également du capital financier production ou non ?

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Effectivement, votre résidence principale n’est pas source de revenus et ne doit donc pas être considéré dans votre capital productif. Mais par contre, sa valeur, après la réduction de 30% rentre bien dans le cadre de l’IFI.

      Concernant les parts de SCPI/SCI, il s’agit bien d’investissements productifs, et doivent donc être à ce titre, considérées dans le capital productif.

      bien à vous

      Répondre à ce message

A lire également

Enregistrer au format PDF Téléchargez cet article (PDF)