Chômage en baisse en juin (-4.60%), mais reste à un niveau toujours très élevé en France

Chômage record en France © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
Sur le second trimestre, le nombre de chômeurs de catégorie A (sans aucune activité) a augmenté de +23.38% pour s’établir à 4,221 millions. Avec cette nouvelle baisse de -4.6%, la situation ne s’améliore que très partiellement.

Publié le

Conséquence de la reprise de l’activité avec le déconfinement, le nombre de chômeurs a continué de baisser en juin en France, mais il reste à un niveau historiquement élevé, justifiant "la priorité absolue" donnée par le gouvernement à l’emploi face à une rentrée incertaine. Après une première baisse de 3,3% en mai, le nombre de chômeurs a diminué de 4,6% en juin, soit 204.700 inscrits en catégorie A (sans activité).

Hausse du chômage de +23.38% à fin juin, sur 3 mois

Mais ce recul est encore loin d’effacer les hausses exceptionnelles dues au confinement (+22% en mars, +7% en avril), ce qui fait que le nombre de chômeurs reste au niveau très élevé de 4,221 millions. Soit sur le trimestre, d’avril à juin, une hausse sans précédent de 800.000 chômeurs (+23.38%). Comme en mai, cette baisse de juin est due au retour de demandeurs d’emploi, qui ne travaillaient plus du tout avec le confinement, vers une activité réduite.

Variation du nombre de chômeurs (Cat. A, sans aucune activité) depuis le confinement
MoisVariation du nombre de chômeurs (Cat. A seule)
Mars
+22.00%
Avril
+7.00%
Mai
-3.30%
Juinl
-4.60%

Conséquence du redémarrage des chantiers et la réouverture des établissements dans l’hôtellerie-restauration, le recul de juin est "plus particulièrement porté par la baisse du nombre de ceux qui recherchent un métier dans la construction et le BTP, ainsi que dans l’hôtellerie et le tourisme", souligne la Dares, le service statistique du ministère du Travail.

Le chômage partiel dissimule l’étendu des dégâts...

Plus forte chez les hommes (-5,8%) que chez les femmes (-3,3%), la baisse a été aussi plus marquée dans les régions touristiques de la façade ouest (-6,9% en Bretagne), de PACA et de Corse (-7,5%).
Pour l’instant, du fait notamment du recours élevé au chômage partiel ces derniers mois, les inscriptions pour licenciement économique restent encore faibles (9.900 en juin, quasi-stables).
Mais les annonces de plans sociaux se sont multipliées ces dernières semaines : quelque 43.343 suppressions de postes sont envisagées dans le cadre des plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) déposés depuis le 1er mars contre 16.514 sur la même période l’année dernière.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Chômage en baisse en juin (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également