Coronavirus/Arnaques : faux sites de ventes de protections et sites piégés de suivi de la pandémie se multiplient

Arnaques/Coronavirus © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
Profiter de la peur de la population, les escrocs ne reculent vraiment devant rien. Au contraire. En ces périodes anxiogènes, les arnaques à la vente en ligne de masques de protection et autres gels contre le coronavirus, se multiplient. Pis encore, des faux sites de suivi de la pandémie du coronavirus placent des malwares sur les équipements des lecteurs afin de pirater leurs données.

Publié le

Multiplication de faux-sites de commerce de masques et gels hydroalcooliques

Les plateformes de commerce en ligne ont mis un terme au commerce de masques et de gels hydroalcooliques, devant la multiplication de personnes peu scrupuleuses pensant faire du commerce avec l’achat/revente de ces articles, de fait, très recherchés actuellement. Ces articles doivent être achetés en pharmacie.

80 signalements sur Pharos

Mais pour les escrocs, plus la situation est dramatique et plus les affaires sont florissantes. Depuis quelques semaines, le nombre de sites spécialisés contre la pandémie se multiplient. La plate-forme de signalement en ligne Pharos a ainsi recueilli « plus de 80 signalements, souligne le commissaire divisionnaire François-Xavier Masson, directeur de directeur de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC). Ce n’est pas un chiffre important, mais 20 signalements concernaient des escroqueries en ligne. »

Des masques constitués d’une simple feuille de papier

Ces dernières semaines, les policiers ont ainsi vu fleurir sur Internet de nombreux sites prétendant vendre des produits et accessoires capables de lutter contre la propagation du virus : masques, gels hydroalcooliques… Des sites qui sont parfois « de simples arnaques, avec des masques qui n’étaient qu’une feuille de papier retenue par deux élastiques, explique le commissaire Masson. Il ne faut pas aller chercher de produits miracles n’importe où et il convient de s’informer auprès de pharmacies au moindre doute. »

En cas de souci, la police demande aux usagers victimes d’une arnaque de signaler les sites sur la plate-forme de signalement Pharos.

Certaines cartes de suivi de l’évolution du virus sont des pièges...

Comme souvent, lorsqu’un sujet devient sur-médiatisé, des sites de synthèse de l’information sont créés. Leur but est simple, déposer un logiciel espion sur les équipements des lecteurs. L’exemple cité par Le Parisien est le site "coronavirusmap.com", qui propose soi-disant une évolution interactive de la pandémie au niveau mondial cache ainsi un « malware qui peut infecter votre ordinateur et dérober toutes les données afin de les revendre ensuite à des pirates », souligne François-Xavier Masson.

Privilégier les sites d’infos traditionnels ou les sites du gouvernement

Les cyber-enquêteurs ont aussi détecté des applications pour téléphone portable malveillantes et en réalité utilisé pour dérober les données contenues dans le smartphone. « Pour s’informer sur le coronavirus, les gens doivent privilégier les sites d’informations traditionnels ou les sites du gouvernement », appuie le patron de l’OCLCTIC.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Coronavirus/Arnaques : (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également