Véhicules à moteurs thermiques (voitures, motos, camions) : arrêt de la vente à partir de 2040

Publié le

Dans 21 ans, les véhicules à moteur thermique seront des reliques d’un temps révolu. Le tout électrique semble être la solution pour nos gouvernants. Reste à savoir encore comment sera produite toute cette électricité ? Des centrales nucléaires ? Oups, non, pardon, sans doute beaucoup d’éoliennes supplémentaires ou de panneaux photovoltaïques...
Véhicules à moteurs thermiques (voitures, motos, camions) : arrêt de la vente à partir de 2040
Moteurs thermiques © Fotolia.fr FranceTransactions.com

La France dira bientôt adieu aux voitures thermiques. Mardi 11 juin, les députés ont validé l’arrêt de la vente des véhicules à carburants fossiles en 2040. La mesure, adoptée par 62 voix contre 6 et 17 abstentions, faisait partie de lu projet de loi LOM (loi d’orientation des mobilités). Elle doit permettre d’atteindre la neutralité carbone dans les transports terrestres d’ici 2050.
"La France est au rendez-vous de l’urgence du défi climatique, et notre majorité marque sa détermination à engager de manière ambitieuse et crédible nos transports sur la voie de la mobilité propre", s’est félicitée la ministre des Transports Élisabeth Borne dans un communiqué.

Quelle temporalité adopter ?

Quelques jours plus tôt, le co-rapporteur du texte, le député LREM Jean-Luc Fugit avait défendu la date butoir de 2040, estimant qu’une échéance "en 2025 ou 2030" laisserait "trop peu de temps aux acteurs" pour s’adapter. Face à lui, l’ex-ministre de l’Écologie Delphine Batho avait porté plusieurs amendements pour ramener l’interdiction à 2030. Une proposition défendue par le socialiste Dominique Potier, qui a appelé en vain le gouvernement et la majorité "à être plus radicaux" dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Pas d’interdiction de faire de la publicité pour les voitures

Par ailleurs, la proposition d’interdire progressivement la publicité pour les véhicules polluants, portée par Delphine Batho et l’ex-LREM Matthieu Orphelin, n’a pas été retenue. Le rapporteur a jugé la mesure "excessive", rappelant que les députés avaient déjà prévu un message dans les publicités incitant à des mobilités plus propres.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Véhicules à moteurs thermiques : Publiez un commentaire ou posez votre question...

2 commentaires

  • J’aimerais savoir si l’on a fait un calcul pour savoir quelle est la quantité d’energie électrique qu’il faut pour remplacer l’énergie fournie par les carburant fossiles ( ce calcul est parfaitement possible car on sait combien de millions de litres de carburants sont consommés par an en France, on peut donc convertir cela en KWh d’energie pour charger les batteries ) Ajoutons à cela que même si l’on parvient à installer toutes les prises de chargement nécessaires correctement placées dans les parkings des villes , n’aura-t-on pas des "pics" de consommation à gérer chaque soir ? Et OUPS , ?! et je crains que les champs d’éoliennes ne suffisent pas ( surtaout quand il y aura des journées sans vent ...... )A méditer ..............

    Répondre à ce message

  • Nous sommes donc dans une action ou plutôt une réaction écologique intense....Mmm voyons comment prévoit-on de recycler les batteries ?En les envoyant dans les pays pauvre pour se donner"bonne conscience"...pfff c’est à vomir !Quand je vois comment sont retraités les déchets des pays occidentaux vers ces pays c’est à hurler.Ils ne prennent aucune précaution.Un exemple les réfrigérateurs sont explosés sur un tas, le gaz se libère dans l’atmosphère(je rappelle qu’il est toxique et polluant) puis on fout le feu à ce tas de carcasses.Quand tout a brà »lé y compris le polystirène qui sert d’isolant et qui lui aussi dégage des gaz très toxique on vient récupérer le cuivre des compresseurs pour le revendre.Et oui quand il s’agit de survivre les gens récupèrent beaucoup de choses au détriment de la nature....Alors nous avec nos directives de bobos écologique....ça me fait bien rire !Et je ne parle pas du reste comme les poubelles qu’on déverse dans les fleuves ou les océans...

    Répondre à ce message