Crise de la dette : Vers un abandon de l’Euro ?

A l’heure où la crise bat son plein, de nombreux scénarii sont étudiés afin d’évaluer le coût éventuel d’une sortie complète de l’euro. Mais un tel scénario est il tout simplement possible ? Eléments de réponse...
Crise de la dette : Vers un abandon de l'Euro ?
©stock.adobe.com

Publié le , mis à jour le

Sortir de l’euro : possible mais peu probable !

La crise de la dette qui frappe l’Europe depuis maintenant de nombreux mois a mis en péril l’ensemble de la zone, à tel point qu’aujourd’hui une sortie de l’euro est envisageable.

Une telle situation est-elle réellement probable et surtout quel serait son coût pour la France et l’Europe en général ?

Tout d’abord, oui, le scénario est possible, il est en revanche peu vraisemblable pour le moment.

Possible, car personne aujourd’hui n’est en mesure de prévoir l’issue de la crise, l’éclatement de la zone euro, ou tout simplement la sortie d’un ou plusieurs pays.

En outre, certains pays pour "se protéger à long terme" pourraient prendre la décision drastique de sortir de l’euro quitte à avoir des répercussions négatives à court terme.

Peu vraisemblable, pour plusieurs raisons. La première et la plus évidente, est une question technique. D’après la Banque de France, remplacer l’euro par un "euro-francs" prendrait plus de deux ans ! Un chiffre qui s’explique par l’extrême complexité qu’est devenue l’impression de monnaie aujourd’hui.

Le scénario du "chaos monétaire"

Une deuxième raison, c’est le désordre dans lequel plongerait l’Europe avec un abandon total de la monnaie unique. Si demain, l’ensemble des pays européens décide de revenir à leur monnaie nationale, on assisterait à des phénomènes d’appréciation monétaire pour l’euro-Mark ou au contraire à un véritable effondrement de la peseta espagnole, l’escudo portugais ou la drachme grecque.

Par ailleurs, ces écarts seraient terribles pour les pays fortement touchés par la crise comme l’Espagne ou la Grèce qui verraient le niveau de vie de leur population chuter drastiquement avec la baisse générale du pouvoir d’achat.

© Fotolia.com

De l’autre côté, pour une économie aussi tournée vers les exportations comme l’Allemagne, l’appréciation du mark serait une très mauvaise affaire puisqu’elle rendrait les produits allemands plus chers.

Enfin, au-delà des problèmes pour chacun des pays, la zone toute entière serait déstabilisée.

En effet, aujourd’hui les billets qui circulent portent tous un indicatif permettant de connaître leur provenance (la lettre U pour la France et X pour l’Allemagne par exemple), de sorte que tout le monde chercherait à se débarrasser de ses euros-grecs et d’acquérir des euros-allemands. La fuite des capitaux serait massive et plongerait durablement l’Europe dans une sorte de "chaos monétaire".

Malgré tout, si un tel scénario devait se produire, quel en serait le coût pour la France ?

La facture s’élèverait à plus d’un million d’emplois

Mardi 13 novembre 2011, le journal Les Echos à l’aide de modèles dressés par Bercy, indiquait dans ses colonnes que le retour au franc "provoquerait la destruction de 6 à 19 points de la richesse nationale à un horizon de dix ans et la destruction de plus de 1 million d’emplois".

L’institut Montaigne lui, chiffre la perte d’emploi à plus d’un million de postes, en se basant sur une étude des différents plans économiques des candidats à la présidentielle de 2012. Ainsi, plusieurs centaines de milliers d’emplois pourraient disparaître dès la première année en cas de sortie de l’euro, selon l’institut.

© Fotolia.com

De plus, la dépréciation monétaire qui suivrait très probablement un retour au franc aurait deux conséquences dramatiques que la baisse des prix et la hausse des exportations ne combleraient pas.

Tout d’abord le pouvoir d’achat des Français serait réduit, mais surtout la dépréciation de la monnaie entraînerait mécaniquement une augmentation de la dette de la France. La seule solution pour empêcher ce mécanisme de fonctionner serait de restructurer cette dette, mais les banques françaises se retrouveraient alors en péril.

Bref, l’abandon de l’euro serait un véritable casse-tête pour la France sans avoir de garantie à long terme que le retour au franc soit une stratégie gagnante...

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Crise de la dette : Vers (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également