Placement : investir dans une place de Parking, le bon créneau !

Publié le

Diversification du capital ou premier pas de propriétaire, acheter une place de parking peut être une alternative pour placer autrement, détails ...
Placement : investir dans une place de Parking, le bon créneau !
©stock.adobe.com

Besoin de plus d’apport, conditions d’octroi difficiles auprès des banques, devenir propriétaire d’un appartement ou d’une maison est un vrai parcours du combattant, pourquoi ne pas acheter une ou plusieurs places de parking ?

Une opportunité aussi intéressante dans le cadre d’une première accession que pour les particuliers en recherche d’une solution locative !

Investir dans une place de Parking !

Premier pas dans le monde des propriétaires ou stratégie de diversification du capital pour certains, l’objectif de l’acquisition d’une place de parking est de dégager des revenus complémentaires ou de profiter d’une plus-values.

Une alternative à petite échelle qui permet dans un premier temps d’acquérir de l’expérience dans le domaine parfois complexe de l’investissement immobilier.

L’achat d’une place de parking donne la possibilité d’investir en ayant moins d’apport, les prix constatés s’échelonnent de 5.000 à 15.000€ en province pour grimper jusqu’à 50.000€ dans les grandes villes comme notamment Paris.

Bien-sûr, les loyers dégagés vont être dépendants de l’investissement de départ et de sa localisation, généralement de 45 à 500€. La rentabilité estimée est de 5 à 8 % par an, un placement profitable dans un contexte de piétonnisation et le développement généralisé des transports urbains dans les centres ville.

Sachez enfin qu’une place de parking prend de la valeur. Entre 2005 et 2017, le prix des places de parking a progressé en moyenne de 30%.

Prix des Parking parisiens : Source Wall-Market.com

Acquérir la bonne place de Parking !

Comme toute acquisition, l’achat d’une place de parking doit être réfléchi. Pour réaliser le meilleur investissement, il faudra définir son emplacement selon différents critères.

Localisation et parking :

  • Cibler les centres-ville, près d’une gare (stationnement parfois restreint) ou les quartiers aux constructions anciennes souvent dépourvues de stationnement.
  • Rechercher les places, au premier sous-sol, proches des issues.
  • Privilégier une taille et une hauteur sous plafond correcte pour accueillir le plus grand panel de véhicules (4x4, breaks, monospaces).
  • Le box fermé permet de fixer un prix de location plus intéressant. Son prix est cependant 20% plus cher qu’un emplacement extérieur.

Par ailleurs, le futur propriétaire devra prendre connaissance des frais et des charges éventuelles (Gardiennage, travaux d’entretien, contrat porte garage, frais de peinture ou de nettoyage au sol, etc...).

Acquérir un lot de plusieurs parking en même temps, pour moins cher

Investir dans un lot de plusieurs places de parking permet de réduire le prix d’achat de chaque place, et donc mécaniquement, permet de faire augmenter le rendement. En achetant de 4 à 8 places, le prix de chaque place de parking peut baisser de 3 à 5.000€.

Attention aux box fermés ! Facile à louer, mais gare aux stockeurs !

Les boxs fermés sont très faciles à louer, trop sans doute. Mais voilà, bien souvent le locataire ne l’utilisera pas en tant que place de stationnement, mais comme zone de stockage.

Or, dans de nombreuses co-propriétés le stockage est formellement interdit dans les boxs fermés, pour des raisons évidentes de sécurité. Le propriétaire est donc souvent pris entre deux feux, le locataire qui ne veut rien savoir, et la copropriété tentant de faire appliquer son règlement.

Place de Parking et fiscalité

Frais de notaire :

A l’achat, les frais de mutation notariés sont à prévoir et souvent onéreux. En effet les émoluments du notaire étant proportionnels et dégressifs, plus le bien affiche un petit prix plus les frais notaires sont élevés.

Taxe d’habitation :

Selon le code général des impôts, la taxe d’habitation est due lorsque la place de parking est considérée comme une dépendance de l’habitation principale.

A contrario, si celle-ci est déclarée à une adresse différente et dans un périmètre supérieur à 1 kilomètre, alors la place n’est pas imposable.

Imposition des loyers :

Si les loyers provenant de la location n’excèdent pas les 15.000€ dans l’année, le propriétaire bénéficie du régime "micro-foncier".

Ils seront à notifier dans les revenus fonciers sur la déclaration 2042.

L’administration applique un abattement forfaitaire de 30% pour frais et charges et soumet au barème progressif 70% du revenu brut. Dans le cas contraire, le régime réel d’imposition s’appliquera.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Placement : investir dans (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également