Des baisses d’impôts annoncées pour 2020, mais aucun financement précisé

Publié le

Le gouvernement commence-t-il déjà à jouer la carte des prochaines élections ? C’est tôt. Il semble pourtant tenir compte des récentes élections européennes. Quand de nouvelles mesures d’abaissement de la fiscalité sont annoncées, généralement, des mesures d’économies sont précisées afin de les financer, sauf en période électorale, où généralement le déficit du pays s’accroît davantage. A peine à mi-mandat, cela semble encore bien tôt. Les précisions devraient être dévoilées lors des discussions du projet de loi de finances de 2020.

Le Premier ministre Edouard Philippe a détaillé mercredi les baisses d’impôts prévues par le gouvernement pour les classes moyennes, sans préciser les mesures d’économies qui les financeront. "Nous avons reçu 5 sur 5 le message d’exaspération fiscale que les Français nous ont adressé", a affirmé le Premier ministre dans son discours de politique générale à l’Assemblée nationale, en allusion aux résultats du "grand débat national" lancé en décembre par emmanuel macron sous la pression des "gilets jaunes". M. Philippe a rappelé les mesures prises par le gouvernement pour alléger la pression fiscale avec la suppression progressive de la taxe d’habitation sur le quinquennat et la baisse de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes de 5 milliards d’euros annoncée par le président de la République lors de sa conférence de presse fin avril.

Au total, les impôts des ménages baisseront durant ce quinquennat de 27 milliards d’euros a assuré le Premier ministre devant les députés, qualifiant ce chiffre "d’historique". M. Philippe a spécifié les baisses de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes, dont l’entrée sera ainsi adoucie pour les nouveaux contribuables, comme l’avait souhaité le ministre des Finances Bruno Le Maire.

Le taux d’imposition de la première tranche de l’impôt sur le revenu, qui regroupe 12 millions de foyers, sera abaissé de trois points. Cela représente un gain moyen par foyer de 350 euros, soit, à ce niveau, un tiers de l’impôt en moyenne, a-t-il expliqué. La réduction maximale d’impôt est de 536€ pour les foyers fiscaux plus largement imposés.

"C’est massif, c’est clair, c’est net", a-t-il souligné, précisant que les cinq millions de foyers de la tranche suivante "bénéficieront d’un gain moyen de 180 euros". Ces baisses seront introduites dans le projet de loi de finances pour l’année prochaine, a-t-il souligné.

M. Philippe a aussi confirmé que "la taxe d’habitation sur les résidences principales sera intégralement supprimée pour l’ensemble des Français".

Pour 80% des "Français les plus modestes (...) leur taxe sera intégralement supprimée en 2020. Pour les 20% restants, la suppression se déploiera sur trois années", a-t-il affirmé.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Des baisses d'impôts (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également