CAC40, Euro et pétrole encore en hausse, avant les stats américaines sur l’emploi

Publié le

Ce matin, la Bourse de Tokyo a pris 0.82% à 17 648.50 points, profitant du rebond du baril hier et de Wall Street. Les principales bourses européennes sont attendues en légère baisse ce matin, avant notamment le rapport sur l’emploi aux Etats-Unis.
CAC40, Euro et pétrole encore en hausse, avant les stats américaines sur l'emploi
©stock.adobe.com

MARCHES ACTIONS

Sur les marchés actions, Wall Street a profité de la séance hier pour s’adjuger du terrain tandis que du côté du Vieux Continent, les principales bourses européennes ont été plus à la peine.

Wall Street a en effet bien réagit au nouveau rebond du pétrole qui a entrainé dans son sillage notamment les parapétrolières. De plus, une fusion acquisition n’est pas passée inaperçu et a redonné du baume au cœur aux investisseurs. En effet, Pfizer, le mastodonte américain pharmaceutique, a annoncé racheter Hospira, leader des produits injectables génériques en milieu hospitalier et valorisé à près de 17 milliards de dollars. De plus des inscriptions au chômage plus faibles que les prévisions des analystes a contribué à rassurer les marchés. Néanmoins, on ne peut s’empêcher de noter le recul de la productivité non agricole et le déficit commercial américain pour le dernier mois de l’année 2014 qui a atteint un nouveau plus haut depuis 2012. Le Dow Jones a glané 1.20% à 17 884.88 points, tout comme le S&P500 et le Nasdaq qui se sont adjugés tous les deux 1.03% à respectivement 2 062.52 points et 4 765.10 points.

Rien ne semble vouloir arrêter la progression du CAC40

Le bilan est plus mitigé du côté européen alors que le Footsie et le Cac 40 se sont contentés de grappiller respectivement 0.09% et 0.15% à 6 865.93 points et 4 703.30 points. Ces deux places ont notamment profité du rebond du pétrole, alors que le contexte économique en Europe reste inquiétant et que la Grèce tente toujours de convaincre les pays membres de l’Union européenne de les aider à réaménager leur dette. Le Dax, dont la pondération en parapétrolières est plus faible, a reculé de 0.05% à 10 905.41 points. En dépit de l’annonce surprise de la BCE hier concernant la décision de priver la Grèce de financement, les marchés ont donc comblé leur retard accumulé à l’ouverture.

FOREX

La monnaie unique est parvenue à regagner un peu de terrain face au billet vert malgré les inquiétudes toujours importantes sur la question de la dette grecque. Les derniers entretiens du ministre des Finances grec en Europe, notamment avec son homologue allemand, Wolfgang Schaüble ont souligné leurs nombreux désaccords sur les questions européennes.Les investisseurs restent néanmoins confiants en attendant plus d’éléments pour le dossier grec.
De son coté, le dollar américain s’affiche sous pression à la suite de la publication des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis qui augmentent moins fortement qu’attendu à 278 000 contre 267 000 sur la semaine précédente alors que les analystes tablaient sur un chiffre de 290 000 inscriptions. Autre indicateur décevant outre-Atlantique, la productivité non agricole qui est ressortie en baisse de 1,8% sur le quatrième trimestre de l’année dernière en rythme annuel alors qu’il gagnait 3,7% sur le troisième trimestre. Dans ce contexte, la monnaie unique se négocie pour 1,1453 dollar face au billet vert et 134,42 yens face à la devise japonaise.

La livre sterling s’échange quant à elle pour 0,7477 pence face à l’euro et atteint 1,5314 dollars face à la devise britannique. Aujourd’hui les investisseurs suivront la publication des chiffres mensuels du commerce extérieur en France, la production industrielle en Allemagne et la balance commerciale outre-Manche. Aux Etats-Unis, les créations d’emplois sur le mois de janvier, qui est l’indicateur phare de la journée, tomberont à 13h30 GMT.

MATIERES PREMIERES

Le cours de l’or noir gagne du terrain ce matin dans un marché volatil. Après avoir progressé sur la journée d’hier, le baril de WTI pour livraison Mars 2015 repasse au-dessus du niveau très surveillé des 50 $ le baril et cote aux alentours des 52.24$ le baril alors qu’au plus bas hier il se négociait aux encablures des 48.20$ le baril. Cette phase de correction à la hausse pourrait amener le pétrole a revenir toucher la résistance des 55$ le baril, niveau atteint Mardi, avec en ligne de mire le niveau psychologique des 60$ la baril. Cependant, la tendance baissière n’est pas à exclure et devrait cependant perdurer tant que l’écart entre l’offre et la demande restera aussi important. De son côté, le contrat Brent de la Mer du Nord pour livraison Mars 2015, suit la même hausse que son homologue et se négocie proche des 58 $ le baril.

L’once d’or se négocie en hausse de 0.13% à 1 266.80$

Du coté des métaux précieux, les cours évoluent de manière mitigée ce matin. L’once d’or se négocie en hausse de 0.13% à 1 266.80$. Graphiquement, nous pouvons observer que le cours de l’or semble repartir légèrement à la hausse avec pour premier objectif le niveau des 1 272.50$ l’once d’or et pour deuxième objectif le niveau des 1 285 $ l’once d’or. A la baisse, les 1 260$ ne sont pas à exclure. Les investisseurs attendront avec attention ce jour le rapport mensuel de l’emploi aux Etats-Unis : le taux d’emploi dans le secteur non agricole est attendu en baisse à 234 000 contre 252 000 le mois dernier et un taux de chômage stable à 5.6%, ce qui pourrait légèrement faire progresser le cours de l’or. Par ailleurs, l’once d’argent cote ce matin aux alentours des 17.18 $ l’once, en baisse de 0.61%.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article CAC40, Euro et pétrole (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également