La Grèce négocie encore et toujours sa dette, les places boursières en tiennent compte

©stock.adobe.com
La Commission européenne a exclu vendredi la possibilité de parvenir à un accord lors de la réunion de l’Eurogroupe à Riga sur la Grèce, estimant que le pays n’a pas fait assez de progrès dans ses négociations avec ses créanciers.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

MARCHES ACTIONS

Alors que les places européennes ont clôturé en ordre dispersé hier, Wall Street a grappillé du terrain avec un nouveau record à la clé pour le Nasdaq. En Europe, le CAC 40 et le Dax ont perdu respectivement 0.62% et 1.21% à 5 178.91 points et 11 723.58 points. Le Footsie a profité de la progression de ses secteurs dans les énergies de bases et pétroliers pour clôturer en territoire positif à 7 053.67 points, soit un gain de 0.36%. Les investisseurs ont globalement été déçus d’un certain nombre de publications macroéconomiques hier. Le ralentissement de l’activité manufacturière en Chine et aux Etats-Unis, ainsi qu’une hausse des inscriptions hebdomadaires aux Etats-Unis. Dans la zone euro, on retiendra également que la croissance du secteur privé est ressortie en dessous des attentes. Les données américaines quelque peu décevantes laissent suggérer que la FED pourrait attendre avant de procéder au début de la hausse des taux.

Le Dow Jones a grappillé 0.11% à 18 058.69 points, le S&P 500 s’est adjugé 0.24% à 2 112.93 points et le Nasdaq 0.41% à 5 056.06 points, soutenu par les pétrolières ainsi que. Le Nasdaq établit donc un nouveau record de clôture.

La Bourse de Tokyo a souffert ce matin et a perdu 0.83% à 20 020.04 points mais reste sur un gain hebdomadaire. Dans le sillage des places américaines hier, les principales places européennes sont attendues en légère hausse ce matin à l’ouverture. Aujourd’hui, on attendra notamment l’indice IFO allemand à 10 heures, ainsi que les commandes de biens durables aux Etats-Unis à 14h30. Les investisseurs se montreront également particulièrement attentifs au dossier grec avec la réunion des ministres des finances européens. Les négociations sont pour le moment encore loin d’être abouties.

FOREX

La parité EUR/USD gagne du terrain sur la journée d’hier, variant d’un plus bas à 1.0665$ et un plus haut à 1.0823$ à la suite de publications mitigées des deux côtés de l’Atlantique. En effet, en début de journée, la zone euro a publié une série de mauvais chiffres, tous dans le rouge, principalement en ce qui concerne les PMI : le PMI manufacturier français ressort en baisse à 48.4 contre 49.2 attendu, celui de l’Allemagne en baisse aussi à 51.9 alors que le consensus tablait sur 53.0 et enfin en zone euro un chiffre de 51.9 contre 52.6 prévu. Dans l’après-midi, les publications aux Etats-Unis ont fortement impacté la vigueur du billet vert : le PMI manufacturier du pays ressort en baisse à 54.2 contre 55.5 attendu et 55.7 précédemment, les demandes d’allocations chômage sont plus élevées que prévu cette semaine et les ventes de logements neufs ont baissé sur le mois de mars. Cette série d’indicateurs ont pesé sur le dollar américain et la parité EUR/USD cote ce matin en hausse de 0.31% à 1.0856$, se rapprochant du seuil technique des 1.09$.

Aujourd’hui, les cambistes resteront attentifs à deux publications : la première en zone euro avec l’indice IFO du climat des affaires en Allemagne, chiffre attendu en hausse à 108.4 contre 107.9 précédemment et la deuxième cet après-midi aux Etats-Unis avec les commandes de biens durables prévue en hausse.

Les paires en yen évoluent de manière mitigée ce matin du fait de la reprise à la hausse de la monnaie unique européenne. Le dollar américain contre le yen s’échange ce matin à 119.24 yens, soit en baisse de 0.26% depuis l’ouverture. L’euro gagne du terrain face la devise nippone et de son côté s’échange aux alentours des 129.60 yens, soit +0.17% à près de 9 heures, après avoir atteint en séance les 129.68 yens.

MATIERES PREMIERES

Ce matin le pétrole lâche du terrain. Sur le New York Mercantile Exchange, le contrat future « Light Sweet Crude » perd 0,68% à 57,35$ et le pétrole Brent de la mer du Nord sur l’Intercontinental Exchange est en baisse de 0,45% à 64,54$.

D’un point de vue technique, le WTI forme un double bottom (toucher deux fois un même support sans le dépasser) avec un double appui sur les 46,47$. Après avoir cassé sa ligne de signal à 56,41$, le baril de brut a effectué un pull-back (un retour sur la ligne signal).
L’once d’or continue son latéral entre 1182$ et 1219$ et est en faible baisse de 0,06% à 1193$ ce matin au New York Mercantile Exchange.

Hier pendant la séance américaine, le gaz naturel a de nouveau perdu du terrain avec une baisse de 2,23% pour clôturer à 2,53$. En effet les réserves de gaz naturel aux Etats-Unis se sont révélées légèrement supérieures aux attentes 90Bbtu contre une estimation de 88 Bbtu ce qui pèsent sur les cours et crée une pression baissière.

Aujourd hui, durant la séance américaine, il faudra être attentif au rapport hebdomadaire de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) qui publiera à 21h30 les positions nettes spéculatives sur l’or, l’argent et le cuivre. Ces trois statistiques indiquent les chiffres des positions nettes pour les traders « non commerciaux » sur les marchés américains des futures et donnent d’excellentes indications sur les tendances des marchés des commodities.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Grèce négocie encore (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également