Les investisseurs espèrent trouver plus de catalyseurs après le FOMC

©stock.adobe.com
Les principales places boursières sont repassées en territoire positif, malgré un volume d’échanges étriqué et un contexte géopolitique invitant à la prudence. En France, le Cac 40 a progressé de 0,58% à 4.536,07 points, dans un volume d’échanges limité à 2,7 milliards d’euros, à comparer avec une moyenne 2014 de 3,3 milliards.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

L’indice parisien s’est vu porter principalement par BNP Paribas et Essilor. L’action de la banque progresse de +1,22% à 52,21 euros en confirmant sa reprise après la chute causée par le procès légal aux Etats Unis. En effet, la banque risque jusqu’à 10 milliards de dollars d’amende pour avoir réalisé des transactions en dollars avec des pays placés sous embargo américain. Quant à Essilor, le géant français des lentilles ophtalmiques finit en tête du Cac 40 en gagnant 2,65% à 79,83 euros. De l’autre côté de la monnaie, Alstom recule de 1,24% à 28,965 euros au lendemain de la présentation d’une offre de rachat commune de Siemens et Mitsubishi Heavy Industries (MHI) jugée décevante par les investisseurs.
Outre-Atlantique, les indices de Wall Street ont profité des annonces économiques pour finir dans le vert, malgré la crise iraquienne. L’indice Dow Jones a fini sur un gain de 27,48 points, soit 0,16%, à 16.808,49. Le S&P-500, a pris 4,21 points, soit +0,22%, pour finir proche de son record, à 1.941,99 points. Enfin, le Nasdaq Composite a grimpé de son côté de 16,12 points (+0,37%) à 4.337,234. Ces résultats ont été catalysés par les prix à la consommation qui ont augmenté de 0,4% en mai, soutenus par la plus forte hausse (+0,5%) des prix alimentaires depuis août 2011, confirmant une remontée progressive des pressions inflationnistes. Il s’agit de résultats encourageants pour la première économie mondiale, étant donné qu’inflation rime souvent avec croissance économique.

Ainsi, cette annonce permet aux investisseurs d’avoir un regard plus serein sur la réunion de la Réserve Fédérale étasunienne. A priori, la Fed annoncera, pour la cinquième fois, une réduction du rythme des achats d’actifs de 10 milliards de dollars, à 35 milliards et pourrait donner des indices sur la remontée des taux directeurs. Par ailleurs, la Fed dévoilera ses nouvelles projections d’inflation et de croissance pour 2015 et 2016. En mars, son estimation médiane pour la croissance à la fin 2016 est passée à 2,25 %, contre 1,75 % en décembre.

Avec ce grand rendez-vous en perspective, les marchés sont attendus à la hausse. A quelques minutes avant l’ouverture, le CAC 40 pourrait ouvrir en hausse de 0,1%, tandis que le Dax et le FTSE seraient en mesure de progresser 0,2%.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Les investisseurs espèrent : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également