Les investisseurs saluent l’intervention de la BCE

©stock.adobe.com
Au chapitre des actions, la journée d’hier a été marquée par un nom : Mario Draghi. L’économiste italien, président de la Banque Centrale Européenne a annoncé un package de mesures pour lutter contre la tendance désinflationniste en zone euro.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

L’économiste italien, président de la Banque Centrale Européenne a annoncé un package de mesures pour lutter contre la tendance désinflationniste en zone euro : le taux de refinancement passe ainsi de 0,25 à 0,15%, le taux de prêt marginal est réduit de 0,75 à 0,4 % et celui de la facilité de bascule en territoire négatif, à -* 0,10 %. Ces mesures ont pour principal intérêt de relancer l’économie par le biais des banques, qui sont ainsi incitées à développer les marchés de prêts interbancaires.

Par ailleurs, la BCE a annoncé des opérations ciblées de refinancement à long terme (LTRO) d’un montant de 400 milliards d’euros sur quatre ans, des travaux préparatoires pour des achats discrétionnaires d’actifs adossés à des titres de créance (ABS) et le prolongement de la procédure d’appel d’offres à taux fixe. Si ces annonces interviennent deux semaines après les élections européennes qui ont permis de constater le désamour croissant à l’égard de la zone euro et de ses institutions, elles sont loin d’apaiser les acteurs économiques allemands, même si elles ont été accueillies avec ferveur dans les autres pays de la zone.

Mario Draghi
Mario Draghi © stock.adobe.com

Le discours de M. Draghi a su séduire les marchés qui ont profité pour s’envoler vers de nouveaux sommets. En effet, le CAC 40 a progressé de 1,06 %, à 4 548,73 points, son plus haut niveau depuis le 19 juin 2008. Ces valeurs ont notamment profité aux valeurs financières. La Société Générale gagne 2,48 % à 43,005 euros. Axa prend 1,80 % à 18,38 euros et Crédit Agricole 0,91 % à 11,655 euros.
En Allemagne on a dépassé les 10 000 points en intraday, l’indice de Francfort clôture la séance sur 9 947,83 points pour un progrès de 0,21%. Une tendance similaire a été observée sur les autres places boursières de la zone euro, et notamment dans les pays endettés, principaux bénéficiaires des mesures. Ainsi le PSI 20 portugais a grimpé de 1,02% à 7 238,05 points et le FTSEMIB italien a bondit de 1,52% à 21 951,07 points. Il faut noter que ces deux indices ont progressé respectivement de 10,36% et 17,40% depuis le 1er Janvier ; plus du double des valeurs observées sur les autres indices de référence.

Outre-Atlantique, les indices de Wall Street ont fini dans le vert, dans le sillage de leurs homologues européens. L’indice Dow Jones a gagné 98,58 points à 16.836,11 points, pour un progrès de 0,59%. Le S&P-500a pris 12,58 points, soit 0,65%, à 1.940,46 points. Enfin, Le Nasdaq Composite a progressé de 1,05% à 4.296,23 points.

Aujourd’hui, les annonces de premier ordre continuent. Cette fois-ci, le rapport mensuel sur l’emploi du département du Travail étasunien sera à l’honneur. D’après les estimations, les Etats Unis auraient créé 215 000 emplois en atteignant un taux de chômage de 6,4%, ce qui reste un résultat positif malgré le recul de 0,1% sur le mois.

D’après les premières indications disponibles, le CAC 40 pourrait gagner jusqu’à 0,4% à l’ouverture, le Dax à Francfort 0,4% et le FTSE à Londres 0,3%, mais il ne serait pas surprenant de voir ces valeurs être modifiées en raison de la forte volatilité observée hier.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Les investisseurs saluent (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également