Qui ne tente rien, n’a rien ! Vers une nouvelle tentative de rebond...

©stock.adobe.com
Les marchés européens ne parviennent pas à rebondir après avoir débuté la semaine sur une lourde chute. La problématique grecque et la baisse du pétrole continuent d’inquiéter les investisseurs. L’indice parisien a cherché sa direction tout au long de la séance d’hier pour terminer à la clôture à 4 083,50 points après avoir perdu 0,68%.

Publié le

Les indicateurs du jour n’ont pas réussi à redonner un nouveau souffle aux marchés. La croissance en zone euro a un peu accéléré sur le mois de décembre mais a été révisée à la baisse. L’indice allemand et le Footsie recule de 0,04% et 0,79% pour s’établir respectivement à 9 469,66 points et 6 366,51 points. Aujourd’hui les investisseurs suivront la publication de l’inflation en zone euro alors que les analystes tablent sur un chiffre dans le rouge pour la première fois depuis 2009. Un tel résultat renforcerait la pression sur la BCE pour mettre en place son programme d’assouplissement quantitatif, et ce, dès sa prochaine réunion prévue le 22 janvier prochain. Quelques minutes avant l’ouverture le contrat à terme de l’indice parisien progressait de 0,65% à 4 110 points.

Qui ne tente rien, n’a rien ! Vers une nouvelle tentative de rebond...
Qui ne tente rien, n’a rien ! Vers une nouvelle tentative de rebond... © Fotolia.com

Les places boursières américaines poursuivent leur recul pour enregistrer une cinquième baisse consécutive. La chute du prix du baril continue de peser sur la tendance avec un baril qui se négocie désormais sous la barre des 48 dollars. Les derniers chiffres américains sont ressortis médiocres à l’image des commandes à l’industrie en baisse de 0,7% et l’ISM des services également en baisse de 3 points. Dans ce contexte, le Nasdaq recule de 1,29% à 4 592,74 points, le S&P s’affiche en baisse de 0.89% à 2 002,61 points et le Dow Jones perd 0,74% pour terminer la séance à 17 371,64 points.

La Bourse de Tokyo parvient de son coté à se stabiliser après quatre séances consécutives de baisse après avoir digéré les mauvaises nouvelles sur le dossier Grec et avec le repli cette nuit de la devise nippone face au dollars sur le marché des changes. Ainsi, le Nikkei, s’affiche à la clôture à 16 885,33 points et le Topix gagne 0,10% à 1 359,80 points.

D’autre part, les rumeurs sur les possibles achats de lignes obligataires en zone euro par la BCE, se font de plus en plus persistantes. Même si ces achats auraient pour but un soutien à l’économie, les investisseurs ne perdent pas de vue que la situation économique et politique n’est toujours pas stabilisée.

Enfin, la monnaie unique n’est pas aidée par le principal rendez-vous de la matinée, la première estimation de l’inflation de décembre dans la zone euro. Le consensus Bloomberg table sur une contraction de 0,1% sur un an en global, et sur une hausse de 0,7% hors alimentation et énergie.

Dans un contexte où l’appétit pour le risque n’est pas au rendez-vous, le cross EUR/USD est passé en dessous de son actuel point pivot fixé à 1,1913$. Après avoir cassé le seuil symbolique des 1,19 $, la parité se traite entre 1.1855$ et 1.1895$.

Après s’être déprécié face au yen, le billet vert reprend des couleurs et vient de passer le seuil des 119 yens. Actuellement l’USD/JPY se dirige vers sa résistance 1 qui est à 119,326 yens.
Après avoir touché 0,7873 GBP hier, le cross EUR/GBP s’est retrouvé en baisse depuis hier après-midi et traite juste en dessous des 0,7850 GBP.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Qui ne tente rien, n'a : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également