Bourse : jugement d’un ex-trader de la Caisse d’Epargne

Publié le

Boris Picano-Nacci, ex-trader de la Caisse d’Epargne sera jugé pour abus de confiance après la perte de 751 millions d’euros subie en octobre 2008 par la banque...
Bourse : jugement d'un ex-trader de la Caisse d'Epargne
©stock.adobe.com

Bourse : jugement d’un ex-trader de la Caisse d’Epargne pour la perte de 751 M EUR

Boris Picano-Nacci, ex-trader de la Caisse d’Epargne sera jugé pour "abus de confiance" après la perte de 751 millions d’euros subie en octobre 2008 par la banque, a-t-on appris lundi de sources proches de l’enquête.

L’ancien trader est soupçonné d’avoir outrepassé son mandat en prenant des positions hors normes sur les marchés entre le 15 septembre et la mi-octobre 2008 qui ont conduit à une perte de 751 millions d’euros pour la banque.

Le juge d’instruction parisien Serge Tournaire a ordonné début février son renvoi devant un tribunal correctionnel pour "abus de confiance", ont indiqué ces sources.

L’avocate de l’ex-trader n’était pas immédiatement joignable pour commenter cette information.

M. Picano-Nacci était chargé en 2008 de la gestion pour compte propre (des fonds appartenant à la banque) sur le marché des dérivés actions de la Caisse d’Epargne, qui a ensuite fusionné avec la Banque populaire.

Avec deux autres collègues, il était alors censé liquider progressivement son portefeuille d’ici la fin de l’année, le directoire de la banque ayant alors décidé de cesser ces activités d’investissement au 31 décembre.

Bourse : une initiative personnelle selon un audit interne

Un audit interne avait alors assuré que le trader s’était "engagé de sa propre initiative et pour des montants importants (..) dans une stratégie risquée".

Le trader avait fait valoir en garde à vue qu’il avait été laissé libre d’agir sur les marchés jusqu’au 31 décembre alors que la banque soutenait avoir demandéà ses traders de réduire leur exposition au fur et à mesure jusqu’à cette date.

Cette perte, survenue en pleine turbulences boursières, avait contraint le président de la Caisse d’Epargne Charles Milhaud et le directeur général Nicolas Mérindol à démissionner, sous la pressiondu gouvernement et du président de la République.

La Commission bancaire avait condamné la Caisse d’Epargne à une amende de 20 millions d’euros en juillet 2009 pour avoir enfreint la réglementation sur le contrôle interne mais cette amende avait été annulée par le Conseil d’Etat en novembre 2010.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : jugement d'un : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également