Bourse : L’AMF confirme l’absence d’interdiction de ventes à découvert

L’Autorité des marchés financiers (AMF) n’envisage pas à ce stade d’interdire les ventes à découvert sur les actions à la Bourse de Paris, a indiqué lundi le gendarme boursier à l’AFP.
Bourse : L'AMF confirme l'absence d'interdiction de ventes à découvert
©stock.adobe.com

Publié le

France : pas d’interdiction des ventesà découvert à ce stade (AMF) :

"La situation des marchés, à ce stade, ne semble pas justifier une telle décision", selon l’AMF

Face à la tempête boursière et à la chute des valeurs bancaires, les ventes à découvert sur le marché actions ont été interdites en Espagne pour trois mois, a annoncé lundi l’autorité espagnole des marchés financiers (CNMV).

Quelques minutes avant, l’autorité boursière italienne Consob a interdit les ventes à découvert sur les titres des banques et compagnies d’assurance jusqu’à la fin de la semaine.

"L’AMF est en mesure de suivre précisément la situation et surveille le bon fonctionnement des marchés financiers. Elle dispose notamment pour cela d’undispositif de déclaration au régulateur des ventes à découvert", a rappelé le gendarme boursier français.

L’Autorité "est également en contact avec ses homologues européens dans le cadre de l’ESMA (régulateur européen)", selon l’AMF.

La France avait interdit les ventesà découvert sur les grandes valeurs financières le 11 août 2011, en pleine tourmente financière, une interdiction qui avait pris fin le 11 février 2012.

De son côté, sollicité par l’AFP, un porte-parole de l’autorité de régulation financière européenne (ESMA) s’est contentéde signaler que ce dernier avait été tenu informé des décisions de l’Espagne et l’Italie prises lundi.

Les ventes à découvert sont un mécanisme spéculatif qui consiste à emprunter un actif dont on pense que le prix va baisser et à le vendre, avec l’espoir d’empocher une forte différence au moment où il faudra le racheter pour le rendre au prêteur.

Cette pratique, légale mais risquée, est souvent accusée de précipiter la chute des actions les plus fragiles, et d’aggraver l’instabilité des places financières.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : L'AMF confirme : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également