La Bourse de Paris joue de prudence (-0,15%) avant un emprunt français

©stock.adobe.com
La journée commence doucement à la Bourse de Paris, avec une tendance baissière (-0,15%) avant la publications d’indicateurs américains et l’emprunt obligataire français. Détails...

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

Bourse de Paris : un début frileux

Après les premiers échange ce matin, la bourse de Paris était en légère baisse (-0,15%) avant l’annonce de plusieurs indicateurs aux Etats-Unis et l’emprunt obligataire de la France.

L’indice vedette de la place financière parisienne perdait 4,66 points à 3 188,99 points à 09h20.

Pour rappel, hier, la Bourse de Paris avait clôturé en baisse de 1,59% après quatre séances en hausse.

L’Europe "inquiète toujours les investisseurs", soulignent les économistes du courtier Aurel BGC.

Mais la situation aux Etats-Unis n’est pas non plus sans nuages.

"Dans l’attente d’une confirmation de l’amélioration du marché du travail (les chiffres de l’emploi pour décembre seront publiés vendredi) et du début de la saison des résultats du quatrième trimestre, les investisseurs restent prudents", ajoute-t-on chez Aurel.

L’emprunt obligataire français au centre des attentes

Le principal rendez-vous du jour en Europe sera le premier emprunt obligataire de la France pour 2012. Le pays va tenter de lever vers 10H50 entre 7 et 8 milliards d’euros sur des échéances de long terme.

"Nous ne pensons pas que la France aura des problèmes pour lever les fonds nécessaires, mais l’ampleur de la demande pourrait déterminer l’évolution des marchés en Europe", expliquent les stratégistes de Crédit Agricole CIB.

Au total, "les marchés auront peu de répit aujourd’hui", selon eux, notamment avec les informations sur la situation des banques en Espagne.

Le ministre espagnol de l’Economie, Luis de Guindos, a estimé dans un entretien au Financial Times que les banques espagnoles avaient besoin de provisionner jusqu’à 50 milliards d’euros en plus pour nettoyer leurs comptes.

Valeurs : les bancaires à la peine

Parmi les valeurs, Société Générale (-2,88% à 16,51 euros) occupait la dernière place du CAC 40. La banque prévoit de supprimer cette année 700 postes à l’étranger, en plus des 880 planifiés pour la France, au sein de sa filiale de financement et d’investissement.

BNP Paribas (-1,44% à 30,21 euros) et Crédit Agricole (-1,70% à 4,23 euros) étaient également sous pression avant l’emprunt français.

Areva prenait 0,65% à 19,30 euros après avoir remporté un contrat portant sur la fourniture de combustible nucléaire et de services associés, auprès de l’électricien américain Xcel Energy.

Sanofi perdait 1,19% à 55,54 euros après avoir vu la recommandation sur son titre abaissée à "neutre", contre "surpondérer" auparavant, par JPMorgan Cazenove.

De leur côté, Foncière des Régions (-2,19% à 48,52 euros), Gecina (-1,81% à 63,00 euros) et Klépierre (-1,92% à 21,23 euros) souffraient d’un abaissement de recommandation par Morgan Stanley.

Enfin, BioAlliance Pharma (+2,45% à 3,35 euros) profitait de la montée à son capital du néerlandais Therabel dans le cadre du partenariat stratégique entre les deux groupes en vue de la commercialisation de l’anti-fongique Loramyc en Europe.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris joue (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également