Bourse : le coronavirus est déjà derrière nous, le véritable médicament, c’est l’injection massive de liquidités sur le marché

La Bourse de Paris a fini en hausse mercredi (+0,85%), continuant à rattraper les larges pertes causées par l’anxiété face au coronavirus et aidée notamment par les mesures de soutien annoncées par la banque centrale chinoise.
CAC40
Bourse © stock.adobe.com

Publié le

La Bourse de Paris continue à regagner le terrain perdu à cause du virus (+0,85%)

L’indice CAC 40 a progressé de 50,35 points à 5.985,40 points, dans un volume d’échanges étoffé de 4,7 milliards d’euros. La veille, il avait fini nettement dans le vert. Après quelques premiers pas en léger repli, la cote parisienne a clairement progressé. "Le rebond de l’indice se poursuit. Il a suffi de quelques nouvelles pas forcément confirmées, et notamment un éventuel vaccin proche d’être trouvé en Grande-Bretagne, pour que les investisseurs concluent que le pic d’épidémie était proche", a résumé auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance. Même si l’OMS a affirmé qu’il n’y avait pas à ce jour de traitement efficace, "lemouvement s’est amplifié", aidé aussi par les mesures de soutien annoncées par la banque centrale chinoise, a ajouté l’expert.

Cette dernière a ainsi injecté des milliards de liquidités ces deux derniers jours. Les mesures de confinement et les restrictions ont pour leurpart été étendues mercredi à travers la Chine et à l’étranger pour endiguer l’épidémie de pneumonie virale qui a déjà fait près de 500 morts. Après la mise en quarantaine de facto de Wuhan et de la province du Hubei (centre), épicentre du nouveau coronavirus, un nombre grandissant de villes de l’est de la Chine imposent des restrictions de déplacements à des dizaines de millions d’habitants supplémentaires. Selon M. Larrouturou, "les indicateurs du jour ont aussi joué favorablement, en particulier les chiffres d’emploi dans le secteur privé aux États-Unis, significativement au-dessus des attentes qui confirment la grande tenue de l’activité outre-Atlantique".

Le secteur privé aux États-Unis a créé 291.000 emplois en janvier, un niveau inobservé depuis près de cinq ans. La croissance de l’activité dans les services a également étéun peu plus forte que prévu pour le même mois. En zone euro, la croissance de l’activité privée s’est également renforcée le mois dernier.

Dans ce contexte plus serein, le secteur des matières premières très malmené en raison des craintes de ralentissement de l’activité a poursuivi sa remontée.

  • TechnipFMC a gagné 1,58% à 16,10 euros, Total 1,42% à 45,44 euros et ArcelorMittal 1,54% à 14,33 euros.
  • Aperam a bondi de 9% à 29,43 euros, galvanisé par un excédent brut d’exploitation (Ebitda)ajusté supérieur aux attentes au quatrième trimestre 2019, même si son bénéfice net a été presque divisé par deux sur l’année.
  • Engie a pour sa part été pénalisé (-0,70% à 15,54 euros) par le bras de fer en cours autour de sa directrice générale. Un conseil d’administrationdu groupe est convoqué jeudi pour se prononcer de manière anticipée sur le renouvellement ou non d’Isabelle Kocher.
  • Vinci a pris 1,81% à 104,05 euros, porté par une hausse de son bénéfice net et de ses revenus en 2019.
  • LVMH a gagné 1,07% à 415 euros. Les actionnaires deTiffany ont donné leur aval mardi à l’acquisition du joaillier américain par le géant du luxe pour la somme record de 16,2 milliards de dollars.
  • BNP Paribas a progressé de 0,65% à 49,61 euros, bénéficiant d’un bénéfice net de 8,17 milliards d’euros l’an dernier, en nette progression de 8,6%, essentiellement grâce à ses services financiers internationaux et à sa banque de financement et d’investissement (BFI).

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : le coronavirus (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également