CAC40 : record battu, au plus haut depuis juillet 2007 !

La Bourse de Paris a terminé en hausse (+0,90%) mercredi, inscrivant un nouveau record annuel, au-dessus des 6.100 points, à la faveur d’une petite baisse des inquiétudes autour du coronavirus.
CAC40
Nouveau record pour le CAC40 vieux de 13 ans Bourse © FranceTransactions.com/ stock.adobe.com

Publié le

La Bourse de Paris gagne de nouveaux sommets (+0,90%)

L’indice CAC 40 a gagné 54,42 points à 6.111,24 points, au plus haut depuis juillet 2007, dans un volume d’échanges moyen de 3,6 milliards d’euros. La veille, il avait fini en recul de 0,48%. La cote parisienne a débuté dans le vert et a accru progressivement ses gains.

Évolution du CAC40 depuis 1990
Évolution du CAC40 depuis 1990 © TradingView

"Le marché s’offre un petit rebond, grâce à une moindre progression du coronavirus et à la reprise graduelle de certains pans de l’industrie en Chine", a souligné auprès de l’AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale à Oddo BHF Securities. "Ces éléments permettent d’être un peu plus positif, même si les inquiétudes restent nombreuses", a estimé l’expert. Et "cette reprise profite aux secteurs affectées par la crise sanitaire", comme les matières premières ou le luxe.

L’épidémie de coronavirus ne s’est pas transformée en pandémie

Le nombre de contaminations par le coronavirus en Chine continentale a atteint mercredi 74.185, soit 1.749 de plus que la veille, le nombre toutefois le plus bas de cas supplémentaires ce mois-ci tandis que le bilan de l’épidémie a dépassé les 2.000 morts. Ailleurs dans le monde, environ 900 personnes contaminées ont été recensées dans une trentaine de pays. Les indicateurs du jour, et notamment le recul des mises en chantier de logements privés aux États-Unis en janvier, n’ont pas eu d’impact notable.

Les compte-rendus de réunion de la FED

Après la clôture des Bourses européennes, les investisseurs décortiqueront les minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

Les valeurs du CAC 40

Sur le front des valeurs, l’embellie a profité au secteur pétrolier. TechnipFMC a bondi de 2,99% à 15,86 euros et Total a pris 0,79% à 45,05 euros.

  • Le luxe n’a pas été en reste, Kering prenant 3,04% à 587 euros, LVMH 2,49% à 419,05 euros et Hermès 1,83% à 712,80 euros.
  • Côté automobile Renault a retrouvé des couleurs (+2,49% à 31,72 euros), après avoir décroché de plus de 6% la veille, lesté par sa relégation par l’agence de notation Moody’s, dans la catégorie des émetteurs spéculatifs tandis que S&P Global envisageà son tour d’abaisser la note à long terme du constructeur dans cette catégorie.
  • Peugeot a pour sa part gagné 0,83% à 19,50 euros.
  • Atos s’est en revanche replié de 3,65% à 78,10 euros après avoir publié une marge opérationnelle légèrement inférieure à ses attentes en 2019, même si son chiffre d’affaires est ressorti en croissance organique de 1,4%.
  • Worldline, dont Atos a cédé en 2019 la plus grande partie de sa participation majoritaire, s’est élevé pour sa part de 1,71% à 77,50 euros. Le spécialiste des paiements électroniques a annoncé mercredi avoir triplé son bénéfice net en 2019.
  • Plastic Omnium a progressé de 0,77% à 23,62 euros, porté par l’annonce d’une progression de son bénéfice opérationnel en 2020, malgré un bénéfice net divisé par deux en 2019.
  • Tarkett a décollé de 7,96% à 16,01 euros, porté par le relèvement de sa recommandation à "surperformer" contre "neutre" auparavant par Exane BNP.
  • Technicolor a par contre chuté de 15,6% à 0,33 euro, pénalisé par une perte nette de 230 millions d’euros sur l’exercice 2019, la quatrième et la plus importante depuis 2016.
  • Neoen a progressé de 2,77% à 35,25 euros, fort d’un chiffre d’affaires qui a nettement augmenté en 2019, pour sa première année complète en Bourse, grâce notamment au solaire.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article CAC40 : record battu, au (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

1 commentaire

  • Le véritable record du CAC 40 a été atteint en l’an 2000. Epoque à laquelle tout le système financier et de pouvoir politique a incité les citoyens ordinaires à investir en actions ou sicavs actions.

    Depuis, la plupart de ces investisseurs modestes,convaincus par les cercles dirigeants qu’il est bon et sain d’investir dans les entreprises,ont perdu une part notable de leur investissement (part variable selon la date de revente de leurs actions ou sicavs)

    Ceci ressemble fort à une entreprise internationale de pillage des faibles biens des gens modestes au profit du monde des puissants de la finance

    En ce moment il semble que l’on assiste à une nouvelle incitation à investir dans l’économie réelle pour les petits épargnants. Méfiance !!

    Répondre à ce message

A lire également