L’action Française des Jeux (FDJ) va coter à partir de 9h30, premiers échanges le lundi 25 novembre

Publié le

Le début des négociations des actions FDJ sur le marché réglementé d’Euronext à Paris est prévu ce matin à 9h30 sur une ligne de cotation intitulée FDJ Promesses. Fort du très grand succès de son IPO, le groupe a fixé son prix en haut de la fourchette, soit à 19,9 euros par action. Le début des négociations des actions FDJ sur le marché réglementé d’Euronext à Paris est prévu le 25 novembre 2019 sur une ligne de cotation intitulée FDJ.
L'action Française des Jeux (FDJ) va coter à partir de 9h30, premiers échanges le lundi 25 novembre
L’action Française des Jeux (FDJ) entre en bourse © FranceTransactions.com/stock.adobe.com

L’action Française des Jeux (FDJ) fait jeudi ses premiers pas en Bourse, introduite au prix de 19,90 euros et portée par le vif intérêt des petits et grands investisseurs pour cette privatisation qui rapportera 2,1 milliards d’euros à l’Etat.

Pour marquer le début de la cotation du titre à 9 heures 30 sur la place parisienne, la traditionnelle cloche sera symboliquement sonnée dans les locaux de l’opérateur boursier Euronext. Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, qui assistera à cette cérémonie, s’est d’ores et déjà réjoui mercredi d’un "succès spectaculaire", en dévoilant les détails chiffrés de cette opération largement ouverte au grand public.

A l’issue de la période de souscription débutée le 7 novembre et menée à grand renfort d’encouragements gouvernementaux, plus de 11 milliards d’euros d’actions ont été demandés — soit 1,6 milliard en provenance du grand public et 10 milliards de la part des institutionnels (fonds, entreprises, banques, assurances, etc). Au total, "un demi-million de personnes" ont participé à la souscription, a précisé le ministre.

Et alors que la fourchette initiale de l’action était comprise entre 16,50 et 19,90 euros, son prix définitif a logiquement été arrêté au plus haut niveau possible, reflétant l’engouement des investisseurs. Cette introduction boursière devrait ainsi valoriser le groupe Française des Jeux dans son ensemble à "environ 3,7 milliards d’euros", a estimé l’entreprise.

Avec cette privatisation, l’Etat cède un total de 99,32 millions de titres, "pour un montant brut d’environ 1,888 milliard d’euros, soit environ 52% du capital de FDJ", selon l’APE. Mais au total, a précisé M. Le Maire, l’Etat empochera "2,1 milliards d’euros, dont 380 millions d’euros de soulte" —soit la somme que versera la FDJ en échange du monopole pour exploiter pendant 25 ans jeux de loterie et paris sportifs dans son réseau physique. Surtout, l’opérateur de jeux restera une manne pour les finances publiques : l’Etat continuera d’engranger, même après la privatisation, les recettes fiscales et sociales versées chaque année par la FDJ, qui s’élevaient en 2018 à 3,3 milliards d’euros.

Surallocation en suspens

Le gouvernement n’a pas ménagé ses efforts pour populariser la souscription : pour convaincre les petits épargnants d’investir, il leur a accordé une décote de 2% sur le prix des titres, ainsi qu’une action gratuite pour dix achetées à condition qu’elles soient détenues pendant 18 mois. Concernant plus particulièrement les petits épargnants, ceux qui ont souscrit moins de 2.000 euros "seront intégralement servis", tandis que pour ceux ayant demandé des actions pour plus de 2.000 euros, "seulement 10% de la demande pourra être servie", a expliqué mercredi Bruno Le Maire.

Pour autant, en fonction de l’évolution du titre en Bourse dans les prochains jours ou prochaines semaines, l’Etat peut exercer jusqu’au 20 décembre son option de surallocation, c’est-à-dire la mise sur le marché de 11,35 millions d’actions supplémentaires, "pour un montant total d’environ 226 millions d’euros", selon l’APE. Si cette surallocation est exercée entièrement, et une fois achevée l’allocation des titres réservés aux salariés, l’Etat ne détiendra plus in fine que 21,91% du capital de FDJ, a précisé le groupe.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article L'action Française (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également