La Bourse de Paris à un cheveu des 5.900 points (+0,07%)

Publié le

La Bourse de Paris a terminé sans direction (+0,07%) lundi, se rapprochant néanmoins des 5.900 points malgré les doutes planant sur le commerce international et une journée de manifestations particulièrement violente à Hong Kong.
CAC40
Bourse © stock.adobe.com

La Bourse de Paris à un cheveu des 5.900 points (+0,07%)

L’indice CAC 40 a pris 4,12 points à 5.893,82 points, un nouveau plus haut en clôture depuis le 24 juillet 2007, dans un volume d’échanges faible de 2,5 milliards d’euros. Vendredi, il avait terminé à l’équilibre .

La cote parisienne a ouvert en léger repli avant d’osciller autour de l’équilibre, ce qui ne l’a pas empêchée de monter en séance jusqu’à5.906,33 points, un plus haut depuis le 25 juillet 2007.

Nous observons "une assez bonne résistance du marché qui a atteint 5.900 points malgré un contexte sans nouvelles particulières et même plutôt rendu délicat par l’escalade de la violence à Hong Kong qui a fait baisser les Bourses asiatiques", a relevé auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance.

Le CAC 40 a ainsi poursuivi "sur sa dynamique" haussière, a-t-il ajouté.

Le climat s’est gâté lundi à Hong Kong, où un policier a blessé par balle un manifestant masqué tandis qu’un homme a été transformé en torche humaine, au cours d’une des journées les plus violentes et chaotiques en cinq mois de mobilisation prodémocratie.

L’optimisme sur le front commercial a lui aussi baissé d’un cran depuis les propos de Donald Trump vendredi, selon lesquels iln’aurait pas donné son accord à la levée de tous les droits de douane imposés à la Chine, tout en précisant qu’un accord commercial entre Pékin et Washington serait signé aux États-Unis.

Sur le terrain des données, l’inflation en Chine a atteint +3,8% en octobre en rythme annuel, soit son niveau le plus élevé depuis janvier 2012, sous l’impulsion notamment des prix du porc dans le contexte de la peste porcine africaine qui dévaste son cheptel.

En Europe, la production industrielle italienne, qui s’était redressée en août (+0,4%), est de nouveau repartie àla baisse en septembre, diminuant de 0,4% sur un mois.

L’économie britannique a quant à elle échappé à la récession au troisième trimestre, son produit intérieur brut (PIB) ayant progressé de 0,3% après s’être contracté au deuxième trimestre. Le rythme de croissance annualiséest toutefois le plus faible "en une décennie".

L’europhobe Nigel Farage, accusé de diviser le camp du Brexit, a en outre renoncé lundi à disputer aux conservateurs au pouvoir plus de 300 sièges lors des élections du 12 décembre au Royaume-Uni, retirant une épine du pied du Premier ministre Boris Johnson.

- Genfit en tête du SBF 120 -

En matière de valeurs, Accor a été pénalisé (-2,82% à 38,59 euros) par un abaissement de recommandation à "neutre" contre "acheter" auparavant par Citigroup.

Genfit a en revanche bondi en tête du SBF 120 (+7,73% à 14,63 euros), porté par l’annonce de résultats positifs d’une étude portant sur son test de diagnostic in-vitro NIS4 pour identifier les patients atteints de stéatohépatite non-alcoolique (NASH) potentiellement éligibles à un traitement médicamenteux.

BNP Paribas a cédé0,37% à 50,52 euros après que la Commission européenne, gardienne de la concurrence en Europe, a donné son feu vert au transfert des activités de courtage de la Deutsche Bank à BNP Paribas.

EDF s’est adjugé 0,41% à 9,22 euros. La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a appelé dimanche le groupe à "réfléchir" à son rôle au cas où un scénario "100% énergies renouvelables" serait retenu à terme pour la fourniture d’énergie en France tandis qu’EDF évalue, selon un document interne révélé samedi par Le Monde, à au moins 7,5 milliards d’euros le coût unitaire d’éventuels nouveaux EPR.

Latécoère a fini proche de l’équilibre (-0,13% à 3,85 euros) alors que l’équipementier aéronautique est entré en négociations exclusives avec Bombardier Aviation pour lui racheter son activité de câblage.

Pernod Ricard s’est apprécié de 1,08% à 169,20 euros dans le sillage de la nomination de deux nouveaux administrateurs indépendants au conseil d’administration.

jra/tq/az

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris à un (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également