La Bourse de Paris en petite hausse, espérant l’apaisement des tensions commerciales (+0,19%)

Publié le

La Bourse de Paris montait légèrement peu après l’ouverture mercredi (+0,19%) dans le sillage de Wall Street, les investisseurs espérant une amélioration prochaine des relations commerciales entre les États-Unis et la Chine, à quelques jours du sommet du G20.
La Bourse de Paris en petite hausse, espérant l'apaisement des tensions commerciales (+0,19%)
©stock.adobe.com

La Bourse de Paris en petite hausse, espérant l’apaisement des tensions commerciales (+0,19%)

À 09H25 , l’indice CAC 40 prenait 9,31points à 4.992,46 points. La veille, il avait fini en petit repli de 0,24%.

Ce démarrage en hausse s’inscrit "dans le sillage du (léger) rebond des marchés américains en cours de séance", ont estimé les experts de Mirabaud Securities Genève.

"Les commentaires de Kudlow ont ravivé l’espoir au sujet des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine", a commenté de son côté David Madden, un analyste de CMC Markets.

Larry Kudlow, le principal conseiller économique de Donald Trump, a indiqué mardi que le président américain pensait qu’il y avait une "bonne chance" qu’un accord commercial soit conclu avec la Chine, mais sous certaines conditions.

Cette déclaration intervient peu avant une réunion très attendue entre M. Trump et son homologue chinois Xi Jinping à Buenos Aires, en marge du G20 en fin de semaine.

"Les marchés placent tous leurs espoirs dans le sommet et la rencontre entre les présidents Xi et Trump", ces événements étant considérés "comme la dernière opportunité de faire avancer les discussions commerciales cette année", a souligné Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.

Les investisseurs de marché continuaient également à suivre les tractations au Royaume-Uni au sujet de l’accord sur le Brexit scellé avec l’Union européenne, cible de multiples critiques.

La Première ministre britannique Theresa May, qui se rend notamment en Ecosse, tentaittoujours de convaincre du bien-fondé de l’accord.

Par ailleurs, en fin de journée, les opérateurs prêteront une oreille attentive au discours du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell.

"L’intervention du président de la FED soulève des attentes très importantes de la part des investisseurs alors qu’une incertitude semble émerger concernant le rythme d’appréciation des taux", a indiqué Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"Ce que le marché attend, c’est bien que M. Powell donne une orientation claire de la politique monétaire pour l’année prochaine", a-t-il précisé.

Du côté des indicateurs, le moral plutôt élevé des consommateurs allemands devrait se dégrader en décembre, plombé par la perspective d’un ralentissement économique, selon l’institut GfK.

La Banque centrale européenne (BCE) publiera l’évolution des crédits au secteur privé et de la masse monétaire M3 en zone euro.

La deuxième estimation de la croissance du PIB pour le troisième trimestre aux Etats-Unis et le rapport hebdomadaire sur les stocks de pétrole complètent l’agenda.

En matière de valeurs, Renault prenait 0,86% à 62,07 euros, après que Bruno Le Maire s’est opposé à tout changement dans la gouvernance de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et "dans l’équilibre" des pouvoirs, une semaine après l’arrestation au Japon de Carlos Ghosn.

Axa gagnait 1,55% à 21,60 euros, après avoir relevé sa fourchette du taux de distribution du dividende.

Danone était pénalisé (-1,91% à 65,14 euros) par un abaissement de sa recommandation à "vendre" contre "neutre" précédemment par Goldman Sachs.

vac/soe/mcj

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris en petite : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également