La Bourse de Paris fait une pause, après avoir inscrit un record annuel (-0,26%)

Publié le

La Bourse de Paris a débuté en léger repli jeudi (-0,26%), faisant une petite pause après avoir inscrit un nouveau record annuel la veille, au milieu des résultats d’entreprises qui continuent à affluer.
La Bourse de Paris fait une pause, après avoir inscrit un record annuel (-0,26%)
©stock.adobe.com

La Bourse de Paris fait une pause, après avoir inscrit un record annuel (-0,26%)

A 09H18 , l’indice CAC 40 perdait 14,45 points à 5.548,64 points. La veille, il avait finien hausse de 0,62%, atteignant son point le plus haut en clôture depuis fin mai 2018.

"Nous avons une petite reprise de souffle à la veille de Pâques" avec en outre une série de résultats encore attendus, a souligné Neil Wilson, un analyste de Markets.com.

La cote parisienne comme ses voisins européens sera en effet fermée vendredi et lundi prochain pour un long week-end Pascal.

"Les investisseurs continueront de surveiller la publication des résultats d’entreprises avec notamment American Express, Honeywell ou encore Philip Morris" aux États-Unis, ontégalement souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

Selon eux, "aujourd’hui, ce sont les PMI manufacturiers d’avril qui seront à l’honneur en Allemagne et en zone euro" ainsi que les ventes au détail de mars aux États-Unis".

En France, l’activité du secteur privé s’est légèrement redressée en avril, malgré une baisse de la production manufacturière due au manque de dynamisme des nouvelles commandes.

Les marchés continuent par ailleurs à caresser l’espoir d’un "règlement commercial entre Washington et Pékin après la publication de ce qu’on pourrait interpréter comme une +feuille de route+ où un accord pourrait être signé au plus tard début juin prochain", ont ajouté les experts de Mirabaud.

Les États-Unis et la Chine visent à signer "fin mai, début juin" un accord pour mettre fin à la guerre commerciale entreles deux pays, selon le Wall Street Journal, citant une source proche du dossier.

- Kering pénalisé -

En matière de valeurs, Kering enregistrait la plus forte baisse (-5,69% à 506,90 euros) de l’indice CAC 40, fragilisé par le ralentissement de la croissance organique lié à la "normalisation" des performances de sa marque phare Gucci, en dépit de ventes toujours en progression au premier trimestre.

A l’autre extrémité, Schneider Electric montait de 2,59% à 76,90 euros, bénéficiant d’un chiffre d’affaires en hausse pour le premier trimestre, grâce au dynamisme de ses ventes, en particulier aux Etats-Unis, dans un contexte de marché favorable, lui permettant de confirmer ses objectifs annuels.

Pernod Ricard gagnait 0,26% à 156,75 euros, soutenu par une hausse de 4,5% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre de son exercice décalé 2018/2019, à 2 milliards d’euros, et l’annonce d’une hausse de son objectif de rentabilité annuel.

Klépierre refluait de 0,15% à 32,24 euros. La foncière a affiché au premier trimestre un chiffre d’affaires en recul de 0,2%, tandis que les revenus locatifs nets tirés de l’exploitation de ses centres commerciaux à travers l’Europe ont progressé.

Sur l’indice SBF 120, Sartorius Stedim Biotech bondissait de 6,77% à 113,60 euros, propulsé par des résultats supérieurs aux attentes au premier trimestre, grâce notamment à une forte demande aux Etats-Unis.

Latécoère était pour sa part porté (+3,17% à 3,58 euros) par une forte croissance au premier trimestre (+16,8%) de sonchiffre d’affaires à 182,6 millions d’euros, grâce aux programmes long-courrier de Boeing, et par la confirmation de ses perspectives 2019.

Soitec montait également de 2,51% à 85,70 euros, bénéficiant d’un bond de son chiffre d’affaires de 53% à 140,3 millions d’euros au quatrièmetrimestre 2019.

Edenred gagnait 2,20% à 42,20 euros après avoir publié un chiffre d’affaires de 383 millions d’euros au premier trimestre, et réaffirmé ses objectifs.

Maurel&Prom par contre s’enfonçait de 4,55% à 3,36 euros, pénalisé par un chiffre d’affaires en recul au premier trimestre, une partie de la production au Gabon n’ayant pas été enlevée immédiatement.

Neoen s’élevait de 1,68% à 19,40 euros après avoir vu son bénéfice net bondir de 30% l’an dernier, grâce àl’installation de nouvelles capacités de production.

abx/ef/mcj

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris fait (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également