La Bourse de Paris finit atone (+0,03%)

Publié le

La Bourse de Paris a fini stable (+0,03%) jeudi, manquant de dynamisme en l’absence des investisseurs américains pour cause de jour férié, même si elle est parvenue à signer un nouveau plus haut annuel.
La Bourse de Paris finit atone (+0,03%)
©stock.adobe.com

La Bourse de Paris finit atone (+0,03%)

L’indice CAC 40 a pris 1,92 point à 5.620,73 points, dans un volume d’échanges très faible de 1,9 milliard d’euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,75%.

La cote parisienne a végété à l’équilibre depuis l’ouverture, mais a amélioré marginalement son record annuel avec un plus haut en séance à 5.629,79 points.

"Nous avons des volumes de transactions assez faméliques en l’absence des investisseurs américains et il y a surtout pas mal d’attentisme globalement", a résumé auprès de l’AFP Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Pour autant, "la tendance de fond est clairement à la hausse avec un CAC 40 au-dessus des 5.000 points et qui a l’air de vouloir y rester", les investisseurs achetant dans l’espoir d’une action des banques centrales, selon lui.

Aussi attendent-ils désormais "la publication du rapport sur l’emploi demain aux Etats-Unis, qui pourrait permettre de confirmer la tendance actuelle à (l’anticipation d’une) baisse des taux de la Fed à la fin du mois", a observé le spécialiste.

Mercredi, les chiffres de l’enquête mensuelle d’ADP, souvent considérés comme un indicateur avancé de ceux du rapport mensuel sur l’emploi, ont déçu.

Les créations d’emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis ont rebondi en juin, mais moins que ne le prévoyaient les analystes et marquent un net ralentissement dans la tendance des six derniers mois.

Sur le terrain du commerce, la Chine a prévenu jeudi qu’elle ne signerait aucun accord commercial avec les Etats-Unis s’il n’incluait pas une levée totale des surtaxes douanières imposées par l’administration Trump sur les produits chinois.

A moyen terme, c’est la saison des résultats du deuxième trimestre, et la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) fin juillet, qui devraient constituer les prochains catalyseurs du marché.

Du côté des indicateurs, les ventes au détail de mai en zone euro ont enregistré une baisse de 0,3% par rapport à avril, a annoncé Eurostat.

Au Royaume-Uni, les ventes de voitures ont baissé de 4,9% en juin sur un an, selon les professionnels du secteur, qui citent le recul des véhicules hybrides, ainsi que les incertitudes autour du diesel et des zones à basses émissions.

- DBV Technologies s’envole -

Sur le terrain des valeurs, DBV Technologies a décollé de 17,86% à 19,86 euros, les investisseurs anticipant, selon un article de Bloomberg, que la biotech dépose, au troisième trimestre, une nouvelle demande de licence auprès de l’Agence américaine du médicament (FDA) pour son produit innovant contre l’allergie à l’arachide, Viaskin Peanut.

Les banques ont profité de l’allègement de la pression européenne sur l’Italie. Société Générale a gagné 0,36% à 22,42 euros, Crédit Agricole 1,78% à 11,12 euros et BNP Paribas 1,12% à 43,05 euros. Natixis a progressé pour sa part de 1,17% à 3,73 euros.

Unibail-Rodamco a bénéficié (+0,39% à 130,10 euros) de l’annonce de la finalisation de la cession de la Tour Majunga située à La Défense (ouest de Paris) pour 850 millions d’euros.

Eramet a été porté de son côté (+2,21% à 59,24 euros) par un relèvement de sa recommandation à "acheter" par Oddo BHF.

Total a progressé de 0,69% à 49,46 euros après avoir approuvé jeudi le développement d’un champ pétrolier qu’il exploite au Kazakhstan, correspondant à un investissement de 300 millions de dollars et une "production de plus de 70 millions de barils de réserves supplémentaires".

Figeac Aéro a été en revanche pénalisé (-3,32% à 12,82 euros) par un bénéfice net en chute de 49,3%, à 11,1 millions d’euros sur son exercice 2018/19 en raison de "pertes latentes sur instruments financiers".

EDF a perdu 1,41% à 11,19 euros alors que safiliale italienne Edison va céder ses activités d’exploration pétrolière et gazière à Energean Oil and Gas, basé à Londres, pour une valorisation totale approchant le milliard de dollars.

jra/tq/az

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris finit (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...