La Bourse de Paris galvanisée (+3,95%) par la probable victoire de Macron

Publié le

La Bourse de Paris bondissait lundi matin (+3,95%), après avoir ouvert au plus haut depuis la crise financière de 2008, soulagée de voir Emmanuel Macron arriver en tête face à la candidate eurosceptique Marine Le Pen.
La Bourse de Paris galvanisée (+3,95%) par la probable victoire de Macron
©stock.adobe.com

La Bourse de Paris galvanisée (+3,95%) par la probable victoire de Macron

A 09H55 , l’indice CAC 40 prenait 199,81 points à 5.259,01 points, après être monté jusqu’à 5.268,44 points, un plus haut depuis le 27 avril 2015. L’indice a débuté à 5.267,88 points, un niveau plus atteint à l’ouverture depuis le 15 janvier 2008. Vendredi, il avait fini en recul de 0,37%.

"Pas de surprise au niveau du résultat de l’élection présidentielle. Le premier tour a confirmé que nous allons nous orienter vers un scénario opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen avec un front républicain qui sera extrêmement large grâce au soutien affiché par François Fillon et Benoit Hamon" pour le candidat d’En Marche !, a commenté Christopher Dembik, responsable de la rechercheéconomique chez Saxo Banque.

Selon ce dernier toutefois, malgré cette nette hausse, "on est très loin d’un scénario" d’euphorie, "tout simplement car beaucoup d’investisseurs avaient déjà anticipé l’hypothèse Macron face à Marine Le Pen", a-t-il complété.

"Nous soupçonnons que le potentiel de hausse va s’épuiser très rapidement, peut-être même dès (ce lundi). En partie parce que le second tour n’est pas joué, même si l’incertitude paraît moins forte qu’au premier tour", ont abondé les stratégistes du courtier Aurel BGC.

"Mais aussi et surtout parce que les législatives vont ensuite rapidement arriver et qu’elles diront beaucoup de la capacité du leader d’En marche ! à mettre réellement en œuvre son agenda réformateur", ajoutent-ils.

Arrivé en tête du scrutin, Emmanuel Macron, avec 23,75% des voix, devance légèrementla candidate FN Marine Le Pen (21,53%), selon les résultats globaux (hors Français de l’étranger) du ministère de l’Intérieur. Les deux candidats s’affronteront donc au second tour de l’élection présidentielle le 7 mai, pour lequel le candidat d’En Marche ! fait désormais figure de favori après avoir engrangé une cascade de soutiens.

Du côté des indicateurs, le moral des entrepreneurs allemands pour le mois d’avril est en hausse à 112,9 points, selon les chiffres donnés par l’institut Ifo.

Plus tard dans la semaine, les investisseurs devront composer avec plusieurs indicateurs de confiance des consommateurs en zone euro et aux Etats-Unis, une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi et enfin les premières estimations du PIB du premier trimestre de la France, de l’Espagne, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Par ailleurs, les principales puissances économiques, dont les Etats-Unis, sont tombées d’accord à Washington pour mettre en garde contre les dangers du protectionnisme, a assuré vendredi le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble à l’issue d’un G20-Finances.

  • Les bancaires en très grande forme -

Du côté des valeurs, le secteur bancaire était le grand bénéficiaire d’une anticipation de la victoire de l’ex-banquier Emmanuel Macron, Société Générale prenant la tête du CAC 40 (+7,90% à 49,94 euros) devant BNP Paribas (+7,23% à 66,48 euros), Crédit Agricole (+6,84% à 13,28 euros) et Natixis (+6,47% à 6,17 euros).

Vivendi prenait 3,06% à 18,20 euros. Contraint par le régulateur italien de choisir entre ses participations dans Mediaset et Telecom Italia, le groupe a donné vendredi sa préférence à l’opérateur télécoms s’il devait se séparer d’un actif en Italie, alors qu’il s’est embourbé dans un conflit judiciaire avec le groupe des Berlusconi.

Airbus et Safran gagnaient respectivement 2,21% à 73,15 euros et 2,52% à 75,59 euros alors qu’Airbus Safran Launchers (ASL) a annoncé vendredi le lancement de la production des modèlesde qualification, destinés aux essais au sol d’Ariane 6, dont le premier vol est prévu en 2020, a l’issue d’une revue de maturité du programme.

Sanofi grimpait de 2,59% à 84,49 euros profitant de l’obtention par le laboratoire pharmaceutique et son partenaire américain Regeneron d’unavis positif d’un comité de l’Agence européenne du médicament (EMA) concernant leur demande d’autorisation de commercialiser Kevzara (sarilumab), dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde active.

LafargeHolcim lâchait en revanche 0,33% à 54,06 euros, pâtissant de l’annonce que le directeur général du géant du ciment, Eric Olsen, quittera le groupe le 15 juillet, à la suite d’une enquête interne sur d’éventuelles transactions avec des groupes armés en Syrie, a annoncé lundi le groupe.

Fnac grappillait 0,59% à 64,63 euros, profitant de la publication vendredi d’un chiffre d’affaires multiplié par deux en données publiées, à 1,66 milliard d’euros, dopé par l’intégration de Darty dans les comptes.

Sequana bondissait de 14,75% à 1,40 euros grâce à l’amélioration de son résultat opérationnel courant au premier trimestre, en dépit d’un repli de son chiffre d’affaires, alors que le groupe papetier français est sous le coup d’une lourde amende.

Sartorius Stedim Biotech (SSB), fournisseur de services pour l’industrie biopharmaceutique, reculait de 0,27% à 61,80 euros, pénalisée par un ralentissement de la croissance de ses ventes au premier trimestre.

jra/ef/php

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris galvanisée : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également