La Bourse de Paris opte pour l’optimisme (+0,89%)

Publié le

La Bourse de Paris débutait la semaine du bon pied (+0,89%) lundi, alors que l’absence de nouvelle escalade dans le dossier nord-coréen rassurant les investisseurs qui tentaient par ailleurs d’estimer les coûts des ouragans Harvey et Irma.

La Bourse de Paris opte pour l’optimisme (+0,89%)


A 09H32 , l’indice CAC 40 gagnait 45,63 points, à 5.159,12 points. Vendredi, il avait fini stable (-0,02%).
"C’est une semaine de transition qui débute pour les marchés financiers", a commenté dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.
"Selon nous, le marché devrait encore bruisserde rumeurs concernant le nouveau dispositif du QE européen (pour "quantitative easing", soit le vaste programme de rachats d’actifs de la BCE, NDLR) qui sera annoncé le 26 octobre prochain et qui pourrait faire l’objet d’ajustements par la suite. Ce sera finalement le principal point d’intérêtde cette semaine (...) qui s’annonce, a priori, plutôt calme", a-t-il complété.
Les marchés européens semblaient en effet rassérénés sur le front nord-coréen, le week-end n’ayant pas réservé de mauvaise surprise, même si doit encore se tenir ce lundi une réunion du Conseil desécurité de l’ONU.
Ce dernier doit adopter lundi de nouvelles sanctions drastiques contre Pyongyang - incluant un embargo pétrolier "progressif" -, à l’initiative de Washington qui a cependant dû composer avec Moscou et Pékin.
Par ailleurs, les investisseurs tentaient d’évaluer les dégâts potentiels provoqués par l’ouragan Irma, qui frappe la Floride depuis dimanche.
Afin de débloquer d’urgence des moyens supplémentaires pour venir en aide à la Floride, le président américain Donald Trump a déclaré dimanche l’état de catastrophe naturelle et annoncé sa visite prochaine sur la péninsule, à la pointe sud-est des Etats-Unis.
"Les marchés réagissent favorablement au passage, qui semble moins dévastateur que prévu, de l’ouragan Irma. Mais aussi à l’absence de nouvelle provocation de la part de Pyongyang ces derniers jours alorsque l’anniversaire de la fondation de la République populaire de Corée du Nord semblait l’occasion idéale pour un nouveau test de missile", ont résumé les stratégistes du courtier Aurel BGC.
- Scor décolle -
Sur le front des indicateurs, la séance s’annonçait particulièrement calme avec pour seule statistique significative les chiffres de la production industrielle italienne en juillet.
La Banque de France (BdF) a confirmé lundi sa prévision de croissance de 0,5% au troisième trimestre dans l’Hexagone, qui a déjà enregistré une hausse similaire deson produit intérieur brut (PIB) aux premier et deuxième trimestres.
Côté valeurs, Vivendi profitait (+1,28% à 20,26 euros) d’un relèvement de sa recommandation à "acheter fortement" contre "surperformer" auparavant par Raymond James.
Ubisoft prenait 0,59% à 57,86 euros alors que le PDG de l’éditeur de jeux vidéo, Yves Guillemot, exhorte Vivendi, premier actionnaire du groupe avec qui il est en désaccord, à se comporter en "actionnaire responsable".
Scor bondissait de 4,50% à 34,64 euros alors que se tient jusqu’au 14 septembre à Monte-Carlo la grand-messe annuelle de la réassurance, sur fond d’ouragans dévastateurs dans les Antilles, en Amérique centrale et en Amérique du Nord. Société Générale a abaissé sa recommandation sur le titre à "conserver".
Nokia s’appréciait de 1,74% à 5,08 euros. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, Benjamin Griveaux, a annoncé lundi qu’il recevrait jeudi les partenaires sociaux, des élus puis la direction de Nokia France après l’annonce de quelque 600 suppression d’emplois supplémentaires en France d’ici 2019.
Sanofi progressait de 0,99% à 83,02 euros après que le laboratoire pharmaceutique français et son partenaire américain Regeneron ont annoncé lundi des résultats positifs face à l’asthme de leur traitement dupilumab, déjà employé contre l’eczéma.
Ipsen grappillait quant à lui 0,35% à 116,15 euros. Ipsen et Exelixis ont dévoilé dimanche les résultats d’une étude montrant que leur traitement du cancer du rein avancé a permis d’obtenir une amélioration "statistiquement significative de la survie sans progression" de la maladie chez les patients, par rapport au traitement de référence actuel.
SFR gagnait 0,23% à 34,45 euros en dépit de l’annonce du départ de son directeur général, Michel Paulin, qui quitte son poste pour raisons personnelles et ne sera pas remplacé dans l’immédiat.
jra/ef/php

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris opte (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également

Enregistrer au format PDF Téléchargez cet article (PDF)