Bourse : récession, plus d’un million d’entreprises en difficulté, chômage partiel record, le CAC40 ouvre dans le vert !

CAC40
Bourse © stock.adobe.com
Puisque nous marchons sur la tête, continuons donc sur les places financières à faire n’importe quoi ! La Bourse de Paris a ouvert en hausse mardi (+0,39%), poursuivant sa remontée de la semaine passée après quatre jours de pause pour Pâques, s’appuyant sur un bon chiffre chinois et l’espoir d’un début de reflux du virus en Europe.

Publié le

La Bourse de Paris poursuit sa remontée après la pause de Pâques (+0,39%)

A 09H20 , l’indice CAC 40 prenait 17,76 points à 4.524,61 points. Jeudi, il avait fini en hausse de 1,44%. "La tendance du jour est à mettre sur la publication d’une atténuation du repli des exportations en Chine lors du mois de mars laissant entrevoir un redémarrage de l’économie" du pays, a estimé John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud. Les exportations de la Chineont connu en mars un nouveau repli sur un an (-6,6%), en raison du coronavirus, selon les Douanes chinoises, mais cette contraction est toutefois moins prononcée que celle de janvier-février cumulés (-17,2%). Elle est aussi moins marquée que le plongeon d’au moins 10% qui était attendu en moyenne par les économistes sondés par l’agence Bloomberg. "Les marchés asiatiques ont réagi positivement à ces chiffres, tout comme à l’amélioration de la situation sanitaire en Europe", deux éléments qui permettent une "ouverture solide" aussi pour les indices européens, a soulignépour sa part Michael Hewson, un analyste de CMC Markets. La pandémie de coronavirus continue de sévir dans le monde, avec plus de 117.000 morts, mais certains des pays les plus touchés entrevoient une lueur d’espoir : après l’Espagne, où "l’hibernation" économique a pris fin, la France a fixé au 11 mai le début du déconfinement, et l’idée que "le pire est passé" fait aussi son chemin aux Etats-Unis.

Du côté des gouvernements et des banques centrales, les efforts ne faiblissent pas pour essayer d’atténuer le plus possible les ravages de la paralysie économique, alors que la semaine qui s’ouvre sera surtout marquée par le début de la saison des résultats outre-Atlantique. "Si les chiffres du premier trimestre devraient être mitigés, ce sont surtout les prévisions sur l’activité du deuxième trimestre et au-delà qui vont retenir l’attention", a observé Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.
"A condition, a-t-il poursuivi, que les entreprises jouent le jeu, mais beaucoup d’entre elles devraient botter en touche, estimant que l’incertitude est encore trop forte pour donner de nouvelles perspectives".

  • En matière de valeurs, Air Liquide prenait la tête de l’indice CAC 40 avec une hausse de 2,45% à 121,35 euros, suivi par Carrefour (+2,29% à 14,55 euros). Les deux titres font partie de ceux qui ont le mieux résisté depuis le début de l’année.
  • A l’autre extrémité, Bouygues perdait 2,78% à 29,42 euros. Sur la marche précédente, Accor perdait 2,44% à 27,94 euros.
  • Publicis reculait pour sa part de 2,06% à 29,46 euros, alors que le groupe qui se prépare à des trimestres difficiles du fait de l’épidémie,a annoncé un plan pour réduire ses coûts de 500 millions d’euros, ainsi qu’une baisse de son dividende et des rémunérations de ses dirigeants.
  • Air France-KLM perdait de son côté 1,63% à 5,19 euros. L’Etat est prêt à recapitaliser le groupe pour l’aider à sortir de la crise du coronavirus, a indiqué vendredi le secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, pour qui le groupe "peut tirer profit de cette crise".
  • Renault gagnait 1,42% à 18,80 euros. Le groupe a annoncé mardi renoncer à la production de véhicules à moteur thermique en Chine pour seconcentrer sur les modèles électriques et utilitaires. Vendredi, son président Jean-Dominique Senard, envisageait par ailleurs des prêts bancaires garantis par l’Etat français qui pourraient atteindre 4 à 5 milliards d’euros pour l’aider à passer la crise.
  • Orange profitait (+1,67% à11,56 euros) d’un relèvement de sa recommandation à "acheter" par UBS.
  • Eutelsat montait de 1,35% à 9,73 euros après avoir revu légèrement à la baisse son objectif de chiffre d’affaires pour son exercice 2019/2020. Le groupe va réduire de 30% le montant de son dividende versé auxactionnaires, à cause de la pandémie.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : récession, plus (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également