La Bourse de Paris progresse avec retenue (+0,24%) avant la Fed

Publié le

La Bourse de Paris a timidement avancé (+0,24%) mardi, dans un marché privilégiant l’attentisme avant la décision de la Fed mercredi et qui gardait par ailleurs un oeil sur l’évolution des cours du pétrole.
CAC40
Bourse © stock.adobe.com

La Bourse de Paris progresse avec retenue (+0,24%) avant la Fed

L’indice CAC 40 a pris 13,28 points pour terminer à 5.615,51 points, dans un volume d’échanges moyen de 3,3 milliards d’euros. La veille, il avait fini en baisse de 0,94%.

La cote parisienne a évolué à proximité de l’équilibre la majeure partie de la séance, accélérant légèrement après des informations rassurantes sur la production pétrolière saoudienne.

"Nous approchons de ladécision de la Fed" mais "le marché n’est pas axé que là-dessus car il se passe beaucoup de choses", a souligné auprès de l’AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

"Des sources saoudiennes ont indiqué que 70% de la baisse de production liée aux attaques avait été restaurée, ce qui a fait retomber très vite le WTI sous les 60 dollars", a-t-il complété.

Les prix du pétrole, qui avaient flambé lundi, ont en effet chuté mardi après des informations de presse indiquant que la production saoudienne pourrait être rétablie d’ici deux à trois semaines.

De leur côté, les Etats-Unis ont indiqué mardi avoir la certitude que l’attaque contre l’Arabie saoudite a été menée depuis le sol iranien.

Mais les investisseurs avaient surtout les yeux tournés vers la Banque centrale américaine , qui a débuté mardi une réunionmonétaire de deux jours qu’elle devrait conclure avec une légère baisse des taux d’intérêt, la deuxième en deux mois.

"Le marché est en train de se demander si la Fed sera aussi accommodante que ce qu’il a pu anticiper dans ses prix jusqu’à présent, ce qui génère des réactionsde méfiance", a indiqué M. Baradez.

Car "les facteurs environnants ne plaident pas" en ce sens, selon le spécialiste, qui cite notamment la hausse des prix du pétrole ces derniers jours, l’accélération de l’inflation aux Etats-Unis ou encore le maintien du marché boursier américain à des niveaux très élevés.

"Il y a par ailleurs une détente affichée des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine", a ajouté M. Baradez.

Un vice-ministre chinois se rendra mercredi aux États-Unis afin de préparer les négociations commerciales bilatérales prévues début octobre, confirmant la tournure plus positive prise récemment par ce dossier.

Du côté des indicateurs, le moral des investisseurs allemands a fortement rebondi en septembre, selon le baromètre de l’institut ZEW.

Aux Etats-Unis, la production industrielle aaccéléré en août, dépassant les attentes des analystes, selon les chiffres de la Fed.

Outre-Manche, la Cour suprême du Royaume-Uni a commencé l’examen de la légalité de la suspension controversée du Parlement, décidée par le Premier ministre Boris Johnson mais dénoncée par ses opposants comme une manœuvre visant à imposer un Brexit sans accord.

- Le secteur pétrolier déchante -

En matière de valeurs, les pétrolières et para-pétrolières se sont ravisées après leur bond de la veille, imitant les prix du pétrole.

Total a terminé stable (+0,08% à 47,86 euros) tandis que TechnipFMC a perdu 6,14% à 22,33 euros. GTT a cédé pour sa part 1,15% à 86,20 euros, CGG 0,27% à 2,24 euros et Vallourec 1,87% à 2,78 euros. Maurel&Prom a reculé de son côté de 4,91% à 3,00 euros.

Les titres dits défensifs ont en revanche été privilégiés dans ce contexte incertain, Pernod Ricard ayant progressé de 2,53% à 166,40 euros, Safran de 1,36% à 142,10 euros et L’Oréal de 1,69% à 246,20 euros.

A l’inverse, l’automobile a souffert, à l’instar de Peugeot (-1,59% à 23,57 euros), Renault (-0,44% à 56,86 euros) ou encore Faurecia (-3,57% à 44,78 euros), Valeo (-3,97% à 29,74 euros) et Plastic Omnium (-2,90% à 26,48 euros).

Capgemini est monté de 2,23% à 109,80 euros. En pleine expansion avec l’achat en cours d’Altran, le groupe a annoncé la nomination d’Aiman Ezzat, qui prendra en mai 2020 le poste de directeur général du groupe dont Paul Hermelin restera président.

Virbac a profité à plein (+18,25% à 201,50 euros) d’un bénéfice net en forte croissance au premier semestre.

jra/vac/az

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris progresse : Publiez un commentaire ou posez votre question...