Le CAC 40 vire au rouge, en perdant 0,80% (Vendredi 9 novembre, 9h35)

Publié le

La Bourse de Paris évoluait dans le rouge vendredi matin (-0,80%), influencée par la clôture dispersée de Wall Street, les investisseurs revenant à davantage de prudence après le rebond lié au résultat des élections américaines de mi-mandat.

La Bourse de Paris s’enfonce dans le rouge, en perdant 0,80%


A 09H35, l’indice CAC 40 perdait 41,28 points à 5.090,17points. La veille, il avait fini en petit repli de 0,13%.
Cette ouverture s’inscrit "dans le sillage des prises de bénéfice sur le marché américain et avant une échéance des options", ont estimé les experts de Mirabaud Securities Genève.
Les investisseurs semblent revenir à davantage de prudence, après avoir fait grimper les indices, soulagés par le résultat des élections américaines de mi-mandat marquées par la prise de contrôle des démocrates à la Chambre des représentants tandis que le Sénat restait ancré du côté républicain.
Plusieurs sujets d’incertitudes restaient d’actualité, notamment la question du budget italien, qui engendre des tensions entre l’Italie et les instances européennes.
Le gouvernement italien a notamment fustigé jeudi les prévisions économiques de la Commission européenne, bien plus pessimistes que les siennes.
Les acteurs de marché suivaient également de près l’évolution des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. L’administration américaine reçoit vendredi deux hauts responsables chinois pour une rencontre qui devrait permettre de dire si l’heure est bien à l’apaisement, trois semaines avant un tête-à-tête attendu entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping en marge du G20.
Du côté des indicateurs, la production industrielle française a reculé de 1,8% en septembre.
La Chine a pour sa part indiqué que les prix à la production étaient tombés à leur plus bas niveau en octobre depuis sept mois, confirmant le ralentissement de l’activité dans le pays.
Les investisseurs restaient dans l’attente de la première estimation du PIB du Royaume-Uni pour le troisième trimestre et de l’indice de confiance des consommateurs aux Etats-Unis pour novembre (préliminaire, université du Michigan).
- Le luxe dans le rouge -
En matière de valeurs, le luxe était mal orienté. Kering perdait 2,92% à 395,40 euros, LVMH 2,53% à 264,15 euros et Hermès 1,63% à 487,90 euros.
Legrand était pénalisé (-2,48% à 54,22 euros) par un abaissement de sa recommandation par Société Générale.
Nexans chutait de 16,90% à 4,53 euros, pénalisé par la révision à la baisse de sa prévision d’excédent brut d’exploitation (Ebitda) pour 2018, désormais attendu de l’ordre de 325 millions d’euros, contre 350 millions auparavant.
Rubis plongeait de 11,06% à 43,76 euros. Le groupe français spécialisé dans le stockage et la distribution de produits pétroliers a annoncé un chiffre d’affaires en hausse de 11% au troisième trimestre, malgré une légère baisse (-1%) des volumes distribués.
JCDecaux lâchait 4,89% à 29,20 euros, bénéficiant de la hausse de 6,2% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre à 867,7 millions d’euros. Le géant de l’affichage publicitaire français a annoncé une hausse de 6,2% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre mais prévu une croissance moins rapide au dernier trimestre.
Eurazeo ne parvenait pas à profiter (-1,22% à 64,85 euros) de la nette hausse de ses recettes au troisième trimestre, liée à une forte dynamique dans tous ses métiers.
Edenred s’adjugeait 1,59% à 33,94 euros, profitant de l’annonce de l’acquisition de l’entreprise américaine Corporate Spending Innovations (CSI), spécialisée dans les moyens de paiement, pour un montant de 600 millions de dollars (523,6 millions d’euros).
Assystem grignotait 0,58% à 25,80 euros, après avoir vu son chiffre d’affaires bondir de 13,4% au troisième trimestre à 106,9 millions d’euros, grâce à un retournement de tendancedans ses activités non nucléaires.
Groupe Flo montait de 6,47% à 0,26 euros, bénéficiant d’un chiffre d’affaires en hausse de 4,8% au troisième trimestre, porté par les fruits de sa politique de relance.
Gérard Perrier gagnait 1,73% à 47 euros, après avoir confirmé saprévision d’activité pour l’exercice en dépit d’une décélération de sa croissance au troisième trimestre.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Le CAC 40 vire au rouge, (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également