La Bourse de Paris suspendue aux négociations sur le Brexit (-0,09%)

Publié le

La Bourse de Paris a terminé quasiment stable mercredi (-0,09%), les investisseurs retenant leur souffle en attendant d’être fixés sur l’issue des intenses négociations en cours pour le Brexit.
CAC40
Bourse © stock.adobe.com

La Bourse de Paris suspendue aux négociations sur le Brexit (-0,09%)

L’indice CAC 40 a perdu 5,15 points à 5.696,90 points, dans un volume d’échanges moyen de 3,3 milliards d’euros. La veille, il avait progressé de 1,04% pour terminer à un nouveau plus haut depuis décembre 2007.

La cote parisienne a passé l’essentiel de la séance à proximité de l’équilibre.

"C’est la journée du Brexit et le marché a végété dans l’attente des derniers développementssur ce dossier", a observé auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, gérant actions à Dôm Finance.

Des discussions marathon étaient ainsi toujours en cours mercredi à Bruxelles pour tenter de trouver un accord de divorce même si les perspectives de les voir aboutir avant le sommet de jeudi semblaient s’amenuiser.

Il reste "d’importants problèmes à régler", a averti mercredi le négociateur de l’UE Michel Barnier, mais quelques heures plus tard, le président du Conseil européen Donald Tusk a indiqué que les bases d’un accord sur le Brexit étaient "prêtes" et pourraient se concrétiser dans les prochaines heures.

"La cote parisienne est en outre montée à ses plus hauts annuels hier, il est donc aussi normal qu’il y ait un peu de temporisation à ces niveaux-là", a complété M. Larrouturou.

Ce contexte a notamment profité aux valeurs les plus sensibles à la conjoncture, a-t-il poursuivi, à commencer par les banques, qui "ont en plus bénéficié des bons résultats des banques américaines, comme notamment JPMorgan et Bank of America".

Les publications des géants bancaires, bien accueillies mardi, se sont en effet poursuivies aux États-Unis : Bank of America Merrill Lynch a fait mieux que prévu malgré un plongeon de son bénéfice au troisième trimestre en raison d’une charge de 2,1 milliards de dollars due à une dépréciation d’actifs et un litige dans l’immobilier.

La veille quatre autres -JPMorgan Chase, Goldman Sachs, Citigroup et Wells Fargo- avaient aussi publié leur bulletin de santé trimestriel, surprenant favorablement des analystes qui anticipaient le pire en raison d’une cascade de facteurs négatifs pour le secteur, à commencer par les taux d’intérêt bas.

Dans cecontexte marquée par la politique, les indicateurs du jour et notamment "les ventes de détail aux Etats-Unis un peu faibles n’ont pas eu d’incidence particulière", a relevé M. Larrouturou.

Leur chute en septembre a non seulement surpris les analystes, mais également rompu avec six mois d’affilée de progression des dépenses des consommateurs américains.

La révision à la baisse en septembre de l’inflation en zone euro n’a pas eu davantage d’effet.

Le Livre Beige de la Fed est également attendu après la clôture des marchés européens.

- Les banques recherchées -

En matière de valeurs, les banques ont eu le vent en poupe. Crédit Agricole a gagné 1,97% à 11,64 euros, BNP Paribas 0,45% à 47,25 euros et Société Générale 0,89% à 25,98 euros.

L’automobile a également été bien orientée, Renault prenant 1,14%à 55,12 euros et Peugeot 1,15% à 23,75 euros.

DBV Technologies a été porté par un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "neutre" auparavant par Oddo BHF.

Soitec a profité (+3,07% à 100,60 euros) de ventes en progression de 46% au deuxième trimestre de son exercice décalé 2019-2020, portées notamment par les marchés liés aux communications mobiles et à la 5G.

Ipsen a avancé de 2,61% à 92,50 euros après un accord exclusif de licence avec Blueprint Medicines pour le développement et la commercialisation d’un traitement pour une maladie osseuse invalidante.

Casino a perdu en revanche 0,82% à 43,29 euros. Le groupe de distribution, engagé dans un programme de vente d’actifs non stratégiques, a finalisé la cession des murs de 31 magasins au fonds Apollo Global Management.

abx/cd/eb

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris suspendue : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également