La Bourse de Paris termine en petite hausse, toujours portée par la Fed (+0,38%)

Publié le

La Bourse de Paris a terminé la semaine en hausse vendredi (+0,38%), toujours confortée par les discours accommodants du président de la Fed qui a laissé la porte ouverte à une prochaine baisse des taux d’intérêt.
La Bourse de Paris termine en petite hausse, toujours portée par la Fed (+0,38%)
©stock.adobe.com

La Bourse de Paris termine en petite hausse, toujours portée par la Fed (+0,38%)

L’indice CAC 40 a gagné 20,91 points à 5.572,86 points, dans un volume d’échanges faible de 2,6 milliards d’euros. La veille, il avait fini en repli de 0,28%.

Le marché a ouvert en légère hausse et a progressivement accru ses gains.

Au cours de la semaine écoulée, l’indice a perdu 0,37%. Ses gains depuis le 1er janvier atteignent 17,80%.

L’anticipation debaisse des taux d’intérêt par la Fed "fait que le marché continue d’être dans un environnement plutôt serein", a expliqué à l’AFP Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Mais, a-t-il ajouté, les mouvements du marché sont à prendre avec précaution car "toutes ces hausses ou baisses minimes comme hier" à la clôture "ne se font pas dans des gros volumes" d’échanges.

Le président de la Fed Jerome Powell a réitéré jeudi l’intention de la Banque centrale d’abaisser les taux d’intérêt après "le choc de confiance" provoqué par les tensions commerciales chez les industriels.

Mais à court terme, "les fondamentaux pourraient rapidement reprendre leurs droits et dicter marchés" alors que va débuter la saison des résultats, a estimé dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chezSaxo Banque.

Les indicateurs du jour ont quant à eux "été un peu ignorés car un peu sans surprise", selon M. Pichard.

Les exportations de la Chine ont connu en juin une forte baisse, tandis que les importations ont poursuivi leur dégringolade, dans un contexte de durcissement de la guerre commerciale avec Washington, dont les effets se font désormais sentir.

Par ailleurs, l’économie chinoise pourrait avoir encore ralenti au deuxième trimestre, en dépit des efforts de stabilisation de la conjoncture engagés par Pékin, selon des experts sondés par l’AFP.

Enfin, en zone euro, la production industrielle a crû de 0,9% en mai par rapport à avril, soit bien plus fortement que ce que prévoyaient les analystes.

- L’automobile se redresse -

Côté valeurs, Ingenico Group a profité (+2,10% à 78,74 euros) d’un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "neutre" auparavant par Goldman Sachs.

Le secteur automobile a terminé en forme après avoir été sous pression suite à l’abaissement par le constructeur automobileallemand Daimler de ses prévisions de résultats annuels, pour la deuxième fois en quelques semaines. Valeo a pris 1,46% à 25,02 euros, Faurecia 4,53% à 37,81 euros, Peugeot 1,90% à 22,03 euros et Renault 0,95% à 52,01 euros.

Société Générale a progressé de 1,09% à 22,73 euros. Les héritiers des propriétaires de ce qui fut l’une des plus grandes banques cubaines, nationalisée par le régime communiste de Fidel Castro, ont engagé des poursuites à Miami contre la banque française, invoquant la loi Helms-Burton pour demander des réparations de près de 800 millions de dollars.

TF1 a gagné 1,08% à 8,91 euros, porté par l’annonce que sa filiale, la société de production audiovisuelle Newen, va acquérir la majorité de Reel One, distributeur et producteur de téléfilms basé à Montréal (Canada), pour un montant qui n’a pas été communiqué.

Pierre et Vacances a profité (+3,67% à 16,38 euros) d’une hausse de 9,8% de son activité au troisième trimestre de son exercice déclaré 2018-2019, portée notamment par une croissance des locations (+14,5%).

Beneteau a bondi de 7,94% à 10,33 euros, stimulé par des ventes quiont crû de plus de 3% au troisième trimestre de son exercice décalé, à 434 millions d’euros, grâce en particulier à l’Europe, et de la confirmation de ses perspectives de croissance.

Maurel et Prom s’est replié de 2,25% à 3,04 euros, pénalisé par un chiffre d’affaires en reculau premier semestre, le groupe invoquant un retard d’enlèvement d’une partie de sa production au Gabon.

Abivax a bondi de 10,57% à 8,89 euros, après avoir réalisé une augmentation de capital de 12 millions d’euros pour développer son produit phare ciblant les maladies inflammatoireset l’oncologie.

as/ef/lem

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris termine en : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également