La Bourse de Paris termine la semaine à un nouveau plus haut (+0,65%)

Publié le

La Bourse de Paris a clôturé à un nouveau plus haut depuis juillet 2007 vendredi (+0,65%), soutenue principalement par des déclarations enthousiastes du conseiller économique à la Maison Blanche sur les relations commerciales avec Pékin.
CAC40
Bourse © stock.adobe.com

La Bourse de Paris termine la semaine à un nouveau plus haut (+0,65%)

L’indice CAC 40 a progressé de 38,19 points pour terminer à 5.939,27 points, un nouveau plus haut depuis le 23 juillet 2007, dans un volume d’échanges limité de 3,4 milliards d’euros. La veille, il avait terminé en très légère baisse .

En séance, l’indice est monté jusqu’à 5.947,62 points, un niveau qu’il n’avait plus atteint depuis le 24 juillet 2007.

Au cours de la semaine écoulée, l’indice est monté de 0,84%. Ses gains depuis le 1er janvier s’élèvent désormais à 25,55%.

L’optimisme a fait son retour sur la cote parisienne dès l’ouverture, après que cette dernière a marqué une pause les deux séances précédentes.

"Les hausses sont modestes mais nous sommes au plus haut en Europe et aux Etats-Unis, tous les jours nous grappillons un petit peu de points, même si l’on sent que le marché est un peu fatigué", a observé auprès de l’AFP Cédric Besson, gérant chez Gaspal Gestion.

"Nous sommes toujours pendus à cette signature de la phase un de l’accord (commercial entre Pékin et Washington)", a-t-il complété. "Nous n’avons pas d’idée de sa taille ni de son contenu mais cela a l’air d’avancer et c’est un commentaire pendant la nuit qui a rassuré."

Le conseiller économique à la Maison Blanche Larry Kudlow a en effet affirmé que les discussions avec Pékin sur le commerce étaient très constructives et un accord tout proche.

Par ailleurs, "nous avons épuisé la plupart des publications de résultats qui sont ressorties globalement meilleures que prévu, mais après avoir été révisées à la baisse au préalable", selon M. Besson.

Côté indicateurs, les ventes au détail aux Etats-Unis ont augmenté au mois d’octobre après le recul surprise du mois précédent, grâce à l’appétit du consommateur pour les voitures et ses dépenses en essence et dans l’alimentation.

Le rythme de progression de l’activité manufacturière dans la région de New York a en revanche ralenti quelque peu en novembre après un rebond surprise le mois précédent, selon l’indice mensuel Empire State.

- Vallourec ferme la marche -

Sur le front des valeurs, les déclarations de Larry Kudlow ont favorisé le secteur métallurgique, sensible au différend commercial : ArcelorMittal a gagné 2,52% à 15,16 euros et Aperam 1,55% à 27,67 euros.

L’automobile a aussi repris des couleurs, à l’instar de Renault (+0,52% à 44,45 euros), Peugeot SA (+0,68%à 23,79 euros), Faurecia (+1,44% à 47,98 euros) ou encore Valeo (+1,05% à 35,50 euros).

Europcar est monté de 2,75% à 3,59 euros. La société d’investissement Eurazeo a dit qu’elle "pourrait envisager la cession de tout ou partie de sa participation", actuellement de 29,9%, dans le groupe.

Vallourec s’est à l’inverse enfoncé de 7,30% à 2,41 euros, pénalisé par des "résultats qui n’ont pas été assez forts pour retirer les inquiétudes du marché", selon M. Besson. Le groupe a pourtant confirmé ses objectifs annuels après un troisième trimestre bien orientéet fait état de "bonnes perspectives" pour 2020, sans les chiffrer pour l’heure.

CNP Assurances a reculé de 1,37% à 17,97 euros, en dépit d’un bénéfice net en hausse de 3,4% sur les neuf premiers mois de l’année.

Akwel (ex-MGI Coutier) a gagné 5,95% à 20,30 euros, portépar des ventes en hausse de 8% à 260 millions d’euros au troisième trimestre, et des objectifs confirmés sur les exercices 2019 et 2020.

jra/soe/az

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La Bourse de Paris termine la : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également