La forte progression de l’utilisation des ETF pousse l’AMF à renforcer son encadrement en France

Publié le

Les ETF, au niveau mondial, sont en plein essor. Les trackers représentent ainsi, au 3eme trimestre 2016, pas moins de 7% des encours de la gestion collective mondiale. Le régulateur français, l’AMF souhaite donc adapter ses doctrines afin d’encadrer plus finement ces produits financiers.
Face à l’essor important des fonds indiciels cotés (exchange traded funds ou ETF), l’Autorité des marchés financiers souhaite faire évoluer sa doctrine et soumet à consultation publique trois propositions de modification. Cette consultation est ouverte pour une durée de deux mois, jusqu’au 24 mai 2017.
Les fonds indiciels cotés, ou ETF, ont connu une croissance spectaculaire ces dernières années : au 3e trimestre 2016, leur encours sous gestion a atteint 2 852 milliards d’euros, soit 7 % de l’encours total de la gestion collective dans le monde, et une augmentation des encours annuelle de 20 % sur les 4 dernières années [1]. Dans ce contexte de développement rapide, l’AMF suit avec attention les évolutions du marché et ses impacts, notamment sur la liquidité et la stabilité financière.
Dans une volonté d’adapter et renforcer le cadre applicable, le régulateur soumet à consultation publique trois propositions d’évolution de sa doctrine concernant les ETF de droit français :
  • Proposition 1 : élargissement des possibilités offertes aux ETF de droit français, dans certaines situations de marché, de rembourser les demandes de rachat en nature sur le marché primaire (hors cas de liquidation) ;
  • Proposition 2 : mise en place d’un plan d’action en cas de difficultés importantes de valorisation ou de liquidité sur le marché des actifs sous-jacents, afin d’envisager une suspension des souscriptions et des rachats ;
  • Proposition 3 : préparation d’un plan d’action de continuité en cas de défaut ou d’événement affectant une contrepartie.

[1source : EFAMA International Statistical Release Q3 2016.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La forte progression de (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également